Aller au contenu principal

La fromagerie Fréval change de mains

Amalt’Up vient de rejoindre la fromagerie JC Fréval sur le site de la ferme de La Biche à Betz-le-Château, en Indre-et-Loire. Une nouvelle étape pour son fondateur Sébastien Duboc.

Élus, partenaires, amis, famille… ils sont venus nombreux sous le soleil de Touraine pour la soirée organisée à l’occasion de la reprise de la fromagerie JC Fréval par Amalt’Up. Créé en 2018 par Sébastien Duboc, Amalt’Up développe et commercialise des spécialités apéritives à base de lait de chèvre. « Avant de lancer Amalt’Up, j’ai eu un parcours varié et, surtout, une passion pour la filière caprine. C’est une des raisons pour lesquelles l’entreprise est installée en Touraine, au cœur de la zone de production de lait de chèvre », explique son fondateur.

Barres de céréales, tartinades, trempettes, nappages, pâtes à tartiner et crakers, le tout à partir de lait de chèvre, composent la gamme très variée d’Amalt’Up. Les nappages (sauce blanche) à base de lait de chèvre, pour accompagner viandes, poissons et légumes, ont reçu il y a quelques semaines le prix de l’innovation au salon Rest’Hotel de Tours.

80 % de chèvre dans les crackers

Avec 1 200 points de vente en direct (crémeries, fromageries, épicerie fine, magasins spécialisés bio) et le référencement dans des réseaux de distribution bio, la gamme d’Amalt’Up a fait son chemin en cinq ans. « Nous concevons et commercialisons les produits, et travaillons avec des partenaires de la région pour la fabrication : un confiturier, un conserveur et un fabricant de biscuits. Nos crackers, par exemple, contiennent 80 % de lait de chèvre et sont produits par déshydratation », précise le jeune entrepreneur.

« La reprise de la fromagerie Fréval marque un tournant dans notre activité avec un nouveau métier : fromager », indique-t-il. À la ferme de La Biche à Betz-le-Château, plus de chèvres depuis le début des années 2020, mais du lait livré tous les deux jours par la laiterie Cloche d’or.

Chaque année, 300 000 litres de lait y sont transformés. Son produit phare, La Couronne Lochoise, représente 50 % des ventes. « J’ai racheté la marque déposée en même temps que l’entreprise », précise Sébastien Duboc. Ce fromage, créé il y a 25 ans, est une bonne porte d’entrée pour l’ensemble de la gamme des deux entreprises. « Nous allons pouvoir capitaliser sur La Couronne et la créativité d’Amalt’Up », avance-t-il.

Développer l’agrotourisme

« L’intégration d’un outil de transformation est une suite logique pour moi, c’est un nouveau maillon de la filière. Il y a des points communs, mais aussi des différences entre les deux métiers. Outre les aspects de transformation fromagère, qui bien sûr sont nouveaux, la logistique est aussi complètement différente. Les fromages doivent être expédiés aux clients toutes les semaines, par exemple, avec un transport frigorifique », développe l’entrepreneur.

Aujourd’hui, il y a quatre postes en fromagerie et deux et demi à Amalt’Up. En 2022, les deux sociétés avaient un chiffre d’affaires équivalent : 750 000 euros pour Amalt’Up et 600 000 euros pour la fromagerie JC Fréval. L’objectif de Sébastien Duboc est d’atteindre un chiffre d’affaires combiné de 1,5 million d’euros dans un an.

Depuis le début de l’année, Sébastien Duboc travaille en fromagerie pour apprendre ce nouveau métier, connaître et comprendre les processus. En septembre, sa compagne Maeva Rouablé va le rejoindre et mûrir un projet d’agrotourisme. Une ancienne grange est en cours de réhabilitation et transformée en salle pédagogique. La jeune femme, aujourd’hui professeur des écoles, souhaite y accueillir des groupes scolaires. De belles aventures en perspective pour Amalt’Up et la fromagerie Fréval.

Les plus lus

Les lactations longues en élevage caprin
Nouveau guide pratique sur les lactations longues en élevage caprin
L’Institut de l’élevage publie un guide de 64 pages pour aider les éleveurs de chèvres à maîtriser les lactations de plus de 16…
Griffe du séchoir à foin
« J’ai investi dans une fabrique d’aliments à la ferme et un séchage en grange pour le confort de travail et l’autonomie alimentaire du troupeau de chèvres »
Dans l’Aveyron, Étienne Espinasse a fait évoluer son système alimentaire en remplaçant l’ensilage de maïs par du foin de luzerne…
Vue extérieur de la fromagerie Soignon
Soignon étudie un gros déménagement
La fromagerie Eurial qui fabrique les fromages de chèvre Soignon pourrait quitter son site historique des Deux-Sèvres pour s’…
Chèvre alpine au pâturage au Pradel en Ardèche
Une vraie rupture pour assainir le pâturage des chèvres
Ne pas faire revenir les chèvres pendant plus de trois mois dans une prairie en été a permis d’éliminer en moyenne 90 % des…
Christophe Maudet et Benoît Gavaland
Terrena réfléchit à une offre de chevreaux de sept jours
L’OP caprine de Terrena veut collecter une partie des chevreaux à sept jours afin d’étaler le pic de production de février.
Etirement à la salle de traite
« L’éleveur est un sportif qui s’ignore »
Le travail en élevage demande une bonne condition physique. Comme un sportif, un éleveur doit s’équiper correctement, s’…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Chèvre
Consultez les revues Réussir Chèvre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Chèvre