Aller au contenu principal

Guerre en Ukraine : des solutions pour maîtriser son coût alimentaire en élevage caprin

Avec en moyenne 570 g de concentrés utilisés pour produire un litre de lait en 2020 (source Inosys-Réseaux d’élevage) et une autonomie protéique de 47 %, les élevages caprins sont particulièrement sensibles aux hausses des prix de l'alimentation. L'institut de l'Elevage propose, de façon non exhaustive, des pistes de réflexion sur la conduite alimentaire du troupeau caprin afin d'atténuer les effets de la flambée des prix des matières premières.

La guerre en Ukraine : quels possibles impacts sur les filières ruminants et quels leviers pour atténuer les effets de la flambée des matières premières ?
© V. Hervé-Quartier

"Les élevages caprins sont parmi les plus impactés par la hausse des prix des intrants, et plus particulièrement par celle des grains et des oléagineux, exposent les conseillers de l'Institut de l'élevage en préambule du dossier consacré aux leviers pour atténuer les effets de la flambée des prix des intrants. En effet, les aliments achetés représentent à eux-seul la moitié de l’Ipampa, indice des prix des intrants pour la production de lait de chèvre. En janvier 2022, avant même la guerre en Ukraine et ses conséquences sur la flambée des prix, l’Ipampa aliments achetés affichait déjà une hausse de +14,3% d’une année sur l’autre (et +13,9% pour l’Ipampa global)."

"Au vu des prix atteints à ce jour, cette nouvelle envolée des intrants pourrait se traduire par une hausse importante et rapide sur le coût de production des ateliers caprins. Il n’existe pas de solution universelle. Chaque éleveur peut cependant activer un ou plusieurs leviers d’adaptation en fonction de la structure de son exploitation et de son système de production."

Pour consulter l'article complet sur les leviers en élevage caprin, cliquez ICI

Pour consulter la note de conjoncture : guerre en Ukraine : quels possibles impacts sur les filières ruminants ?, cliquez ICI.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Chèvre.

Les plus lus

installé à Blou, dans le Maine et Loire, Laurent Ruau tire le meilleur parti des 115 ha de l'exploitation pour alimenter le troupeau.
« Je produis 9 000 l de lait par hectare de SFP avec 600 chèvres en bio »
Produire fourrages et concentrés pour 600 chèvres en bio avec un coût alimentaire réduit, c’est l’objectif que s’est fixé Laurent…
"Il manque aujourd’hui 90 à 100 €/ 1000 L pour les éleveurs caprins" alerte la Fnec
Il manque aujourd’hui 90 à 100 €/ 1000 L pour permettre aux éleveurs de tenir et de ne pas impacter irréversiblement les…
La hausse des charges pourrait atteindre 122 €/1 000 L
Entre 28 et 122 €/1 000 L de hausse des charges en élevage caprin
La flambée des prix des aliments achetés, des engrais et de l’énergie pourrait entraîner une hausse des charges allant de 28 à…
Fromagora 2022 : inscrivez-vous avant le 20 mai
L'édition 2022 du concours national des fromages de chèvre fermiers Fromagora aura lieu le samedi 4 juin à Rocamadour dans le Lot…
Romain Dumortier, éleveur à St-Martin-en-Haut, dans le Rhône
Des jeux suspendus pour les chèvres dans les aires paillées
« Au départ, je cherchais un moyen d’éviter que les chèvres s’attaquent aux parties en bois du bâtiment : les supports des…
Entre autres dispositions, avec la loi dite loi EGAlim 2, le contrat écrit pluriannuel devient la norme et la non-contractualisation, l’exception.
« Avec EGAlim 2, le contrat écrit devient la norme »
Lait, fromages fermiers, viande : tous ces produits caprins sont concernés, à moins d’une demande de dérogation, par la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Chèvre
Consultez les revues Réussir Chèvre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Chèvre