Aller au contenu principal

Engraisser les chevreaux à la ferme pour mieux les valoriser

Lors du salon Capr’Inov, Franck Moreau et Jean-Philippe Bonnefoy de la Fnec ont présenté l’intérêt d’engraisser ses chevreaux à la ferme.

 

Franck Moreau, Fnec et Interbev

« On a besoin d’abattoirs ou de revoir la réglementation »

Franck Moreau, Fnec et Interbev

« Au fur et à mesure du développement de la filière caprine, l’engraissement de chevreaux a été sous-traité au point que seul un quart des chevreaux sont actuellement engraissés à la ferme. Les éleveurs de chèvres ont sous-traité l’engraissement pour des raisons d’organisation de travail, de manque de rentabilité, de temps disponible ou de disponibilité des bâtiments. Avec la Fnec et Interbev, nous avons remis en avant la destinée des chevreaux. Le projet Valcabri a permis d’asseoir cette possibilité d’engraisser les chevreaux à la ferme, une chose qui était complètement sortie de l’esprit des éleveurs avec des faibles valorisations. Les éleveurs peuvent maintenant se réapproprier la destinée de leurs chevreaux.

Mais aujourd’hui, les trois gros abattoirs spécialisés français ne font pas de prestations d’abattage à la demande. C’est donc les abattoirs prestataires qui le font, non sans difficultés. Si on veut amener des éleveurs vers l’engraissement des chevreaux, on a besoin d’abattoirs sur toute la France. Peut-être faut-il aussi revoir la réglementation pour que ce soit possible d’abattre les chevreaux à la ferme puisque avec leurs 10 kilos, ils sont réglementairement plus proches de la volaille que des ruminants. D’ailleurs, les chevreaux étaient autrefois ramassés par les volaillers. »

Jean-Philippe Bonnefoy, vice-président de la Fnec

« Engraisser ces chevreaux, c’est rentable »

Jean-Philippe Bonnefoy, vice-président de la Fnec

« Dans ma région, les engraisseurs demandent que les chevreaux sachent téter avant de partir dans les ateliers d’engraissement. Or ce long travail d’apprentissage représente la plus grosse tache, mais n’est pas rémunéré. Concrètement, une exploitation de 200 chèvres qui vend des chevreaux à 8 jours va y passer 45 heures de travail, et cela pour un chiffre d’affaires dérisoire de . En revanche, en les engraissant jusqu’au bout, cela fait 95 heures de travail pour un chiffre d’affaires de . Même si ce n’est pas énorme, c’est plus valorisant moralement de se dire qu’on ne travaille pas pour rien.

Quitte à y passer du temps, autant essayer de les engraisser jusqu’au bout. En gardant trois semaines de plus un chevreau de 6 kilos, il n’y a pas un travail supplémentaire énorme et on peut espérer une valorisation d’une trentaine d’euros qui permet de payer le temps de travail passé. La moitié des éleveurs de chèvres sont des fromagers fermiers qui sont directement au contact des clients. Ces éleveurs ont la capacité de mettre en valeur la viande de chevreau en proposant des recettes et en la faisant goûter aux consommateurs. C’est une viande très fine, très tendre, festive qui est très souvent consommée dans les pays méditerranéens. »

Lire aussi : Le renouveau du chevreau 

Les plus lus

Bouc de race saanen
Quels boucs choisir en 2024 ?
Le catalogue Capgènes des semences de boucs alpins et saanen vient de paraître. Le meilleur de la génétique caprine française est…
Elise, Jérôme et leurs deux filles, de 8 et 11 ans, vivent au milieu des animaux. Lapins, cochons, chèvres, chevaux, vaches, oies, ânes et chiens cohabitent à la ferme ...
« Mon mari boucher vend de la viande de porc et de chevreau de la ferme »
Élise et Jérôme Happel élèvent des chèvres et des porcs en Alsace. Boucher de métier, Jérôme valorise la viande caprine issue de…
Répartition régionale du cheptel français de chèvres au 1er novembre 2023 et évolution par rapport à 2022
Recul du cheptel caprin quasi généralisé en 2023
Le cheptel caprin français est en recul dans quasiment toutes les régions. Analyse et graphique de l’Institut de l’élevage.
Émilien Retailleau et ses chèvres poitevines
« Je vends des chevreaux élevés sous la mère »
Émilien Retailleau, éleveur d’une cinquantaine de chèvres poitevines à la ferme de la Bonnellerie dans la Vienne, commercialise…
Améliorer le bien-être des chèvres via l’aménagement des bâtiments
Un mini-guide pour enrichir l'espace de vie des chèvres
L'Anicap édite une plaquette qui montre quatre types d'aménagements à installer facilement dans une chèvrerie.
Chèvrerie vue d'avion
« On veut travailler dans de bonnes conditions et que les chèvres soient bien »
L’EARL des Tilleuls a investi dans un bâtiment tout confort pour travailler dans de bonnes conditions. Salle de traite, stalle de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Chèvre
Consultez les revues Réussir Chèvre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Chèvre