Aller au contenu principal

Comment envoyer ses coprologies en laboratoire ?

Les résultats d’analyses coprologiques peuvent être sous-estimés si on laisse les prélèvements plusieurs jours dans de mauvaises conditions de stockage. Conseils de Claire Boyer, chef de projet à l’Institut de l’élevage, pour réussir ses analyses.

« Afin de garantir la fiabilité des coprologies, il ne faut pas attendre trop longtemps avant d’envoyer ses prélèvements de fèces au laboratoire d’analyse sous peine d’éclosion des œufs de parasites gastro-intestinaux et de sous-estimation des résultats. Un essai conduit à la ferme du Pradel en 2021 a permis le suivi de trois élevages avec des niveaux d’infestation parasitaire différents. Trois températures de stockage ont été testées (5, 20 et 35 °C) avec ou sans la présence d’absorbeur d’oxygène.

Un stockage des fèces à basse température (5 °C) permet de fiabiliser le résultat durant sept jours. Les échantillons peuvent ainsi être envoyés en transport frigorifique ou simplement en intégrant un bloc réfrigérant dans le colis (sans contact direct avec les échantillons). Le choix et la rapidité du transport sont primordiaux, car les essais ont montré qu’à température ambiante (20 °C) et élevée (35 °C), les résultats des coprologies sont sous-évalués dès deux jours de stockage avec des fèces écrasées.

« Le temps est compté entre le prélèvement et l’analyse en laboratoire »

Les sachets avec la présence d’absorbeurs d’oxygène ont permis de ralentir l’éclosion des œufs. Les résultats sont ainsi fiabilisés lorsque les fèces sont stockées durant sept jours jusqu’à 20 °C et pendant quatre jours à 35 °C. Les prélèvements des fèces sont donc à réaliser le jour même de l’envoi et doivent être conservés impérativement au réfrigérateur avant l’envoi ! Il est conseillé d’envoyer les prélèvements en début de semaine et de prévenir votre laboratoire pour avoir un temps le plus court possible jusqu’à l’analyse coprologique. »

Les plus lus

Les lactations longues en élevage caprin
Nouveau guide pratique sur les lactations longues en élevage caprin
L’Institut de l’élevage publie un guide de 64 pages pour aider les éleveurs de chèvres à maîtriser les lactations de plus de 16…
Griffe du séchoir à foin
« J’ai investi dans une fabrique d’aliments à la ferme et un séchage en grange pour le confort de travail et l’autonomie alimentaire du troupeau de chèvres »
Dans l’Aveyron, Étienne Espinasse a fait évoluer son système alimentaire en remplaçant l’ensilage de maïs par du foin de luzerne…
Vue extérieur de la fromagerie Soignon
Soignon étudie un gros déménagement
La fromagerie Eurial qui fabrique les fromages de chèvre Soignon pourrait quitter son site historique des Deux-Sèvres pour s’…
Chèvre alpine au pâturage au Pradel en Ardèche
Une vraie rupture pour assainir le pâturage des chèvres
Ne pas faire revenir les chèvres pendant plus de trois mois dans une prairie en été a permis d’éliminer en moyenne 90 % des…
Christophe Maudet et Benoît Gavaland
Terrena réfléchit à une offre de chevreaux de sept jours
L’OP caprine de Terrena veut collecter une partie des chevreaux à sept jours afin d’étaler le pic de production de février.
Etirement à la salle de traite
« L’éleveur est un sportif qui s’ignore »
Le travail en élevage demande une bonne condition physique. Comme un sportif, un éleveur doit s’équiper correctement, s’…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Chèvre
Consultez les revues Réussir Chèvre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Chèvre