Aller au contenu principal

Allier autonomie alimentaire et productivité en élevage caprin

L’organisme de conseil élevage Adice a organisé le 23 juin dernier une journée portes ouvertes au sein de l’EARL Les Pampilles, à Alixan dans la Drôme. L’occasion de revenir sur les itinéraires techniques mis en place dans cette exploitation caprine 100 % autonome.

Le troupeau compte au total 125 chèvres, au pâturage de fin février à septembre. Les prairies sont découpées en huit parcelles.
Le troupeau compte au total 125 chèvres, au pâturage de fin février à septembre. Les prairies sont découpées en huit parcelles.
© A. Tournier

Ardèche, Drôme & Isère Conseil Élevage (autrement dit Adice) est engagé dans le programme national Cap’Protéines. C’est dans ce contexte que l’organisme a invité les éleveurs caprins de la région à venir découvrir l’exploitation Les Pampilles, implantée dans la Drôme. Une cinquantaine d’éleveurs et partenaires ont répondu présents.

« Nous suivons dans le cadre de ce programme quatre élevages. C’est le seul à être 100 % autonome en fourrages ainsi qu’en concentrés. Cet élevage nous a donc paru intéressant. Avec Cap’Protéines, l’idée est de développer des systèmes plus autonomes en protéines et résilients. Là, on est en plein dedans », a résumé Jean-Philippe Goron, conseiller élevage et entreprise, responsable équipe caprine chez Adice.

Climat sec et venté

Située en plaine, entre Valence et Romans-sur-Isère, l’EARL des Pampilles possède 125 chèvres. Le lait produit (950 l/chèvre) est transformé à la ferme (trois quarts des volumes), et le reste est commercialisé auprès d’une coopérative. L’exploitation s’appuie également sur 40 hectares de terres : 20 hectares sont tournés vers la production de maïs, orge et blé, 14 hectares sont dédiés à la luzerne et au foin. « L’orge, le maïs et la luzerne servent à l’alimentation des chèvres. Le surplus est vendu. Le blé est vendu en totalité », précise Lionel Mossière, gérant de l’EARL. L’exploitation fait, aussi, la part belle au pâturage tournant : les animaux peuvent ainsi profiter d’une prairie multiespèce d’une surface de six hectares. Le mélange choisi est de type suisse et les variétés résistent au sec. La majeure partie de ces terres sont irrigables.

À vrai dire, lorsque les Mossière ont racheté cette exploitation en 2007, leur objectif était d’être autonomes en termes d’alimentation. Et la qualité est au rendez-vous, comme ne manque pas de le rappeler Jean-Philippe Goron : « Cet éleveur produit du foin de très bonne qualité, sans matériel spécifique mais en profitant d’un climat sec et venté et en n’hésitant pas à faire des coupes très précoces ».

Un foin de luzerne de qualité séché au sol

Pour y parvenir, l’éleveur ne laisse rien au hasard. « Si je fauche la luzerne le lundi. Généralement, je ne touche pas la parcelle le mardi. Je retourne simplement les andains le mercredi matin. Ça, on va le faire lorsque la rosée commence à partir. S’il y a trop de rosée, on attend. Il faut jongler pour qu’il y ait juste ce qu’il faut de rosée. Il ne faut pas que ça enferme l’humidité dans l’andain. On fait cela jusqu’à ce que le foin soit sec. Pour savoir s’il est sec, le soir – vers 18 h 30-19 heures -, je fais le tour de mes parcelles et je vais casser la tige de la luzerne pour voir si elle se brise. Si, autour de mon doigt, elle s’entortille comme un fil, ce n’est pas sec. Si elle se brise, c’est sec. Lorsque c’est sec, le lendemain au soir, je vais presser à la tombée de la rosée. Je fais cela entre 21 heures et 3, 4, 5 heures du matin.  »

En hiver, les chèvres sont nourries avec du foin de luzerne à volonté, ainsi que du maïs grain-orge (400 g). « On ne donne rien d’autre. » Des rations qui sont aujourd’hui données par un robot d’alimentation. De quoi gagner du temps et un gain de pénibilité. Mais pas seulement. « On a aussi gagné un peu en taux et en production laitière », précise l’éleveur.

« Les deux points forts de cette exploitation, ce sont véritablement le pâturage tournant et la récolte du foin », note Jean-Philippe Goron. Avant de conclure. « Cet exemple permet de montrer que l’on peut faire de l’autonomie alimentaire et de la productivité. Techniquement et économiquement, c’est une exploitation qui tourne. »

Pâturage fil avant sur huit parcelles

Lionel Mossière s'est installé dans la Drôme en 2007 et est 100 % autonome pour l'alimentation de ses 125 chèvres. © A. Tournier
De fin février à septembre, les chèvres profitent donc des pâtures (irriguées). « Les chèvres vont rester sept jours sur une parcelle. J’avance un fil avant et le tonneau à eau tous les jours. J’ai découpé mon parcellaire en huit et on tourne. J’essaie d’alterner une pâture et une fauche afin d’éviter le parasitisme. » Un procédé qui permet également d’assurer une meilleure homogénéité de la repousse. Pour l’heure, ces parcelles de pâture – qui n’ont qu’une année – ne possèdent aucun arbre. Un point sur lequel l’éleveur souhaite s’améliorer, histoire d’apporter un peu d’ombrage, mais aussi de pouvoir couper le vent. « En attendant, lorsqu’il y a de fortes chaleurs, je sors les animaux à 7 heures du matin et je les rentre à 14 heures. »
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Chèvre.

Les plus lus

« Nous sommes démunis et épuisés face au loup »
Si l'on compte moins de chèvres que de brebis parmi les victimes d'attaques de loups, les éleveurs caprins des zones de prédation…
Sanders détaille son plan d’aide de 6 millions d’euros pour l’élevage
Annoncé au printemps dernier, le plan d’aide aux éleveurs d’un montant de six millions d’euros a été exposé par Sanders et Avril…
[Sécheresse] Acheter du fourrage ou réduire l’effectif caprin ?
Alors que de nombreux éleveurs ont puisé dans leurs stocks hivernaux à cause de la sécheresse, l'arbitrage entre achat de…
La ferme expérimentale caprine du Pradel vous donne rendez-vous à Mirabel, en Ardèche, le 18 octobre prochain pour sa porte-ouverte. Huit ateliers et trois circuits de visite sont proposés.
Portes ouvertes au Pradel : « des idées à partager, des pratiques à adopter »
Le 18 octobre, la ferme expérimentale caprine du Pradel en Ardèche ouvre ses portes. Huit ateliers, trois circuits de visite et…
Les prix des chevreaux naissants ne devrait pas connaître d'embellie au cours des prochains mois.
Pas d’éclaircie en vue pour le chevreau naissant
Après deux années de crise, le prix du petit chevreau reste en deçà des espérances. Si la collecte semble assurée, la recherche…
Cellules et fertilité à l'IA peuvent être la cause de réformes et impactent donc indirectement la longévité des chèvres.
Fertilité à l’IA et cellules intégreront l’index combiné caprin début 2023
Afin de prendre en compte des critères contribuant à la longévité des carrières des chèvres, les cellules et la fertilité à l’IA…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Chèvre
Consultez les revues Réussir Chèvre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Chèvre