Aller au contenu principal

Le conseil d’Emmanuelle Genevet, chambre d’agriculture d’Occitanie
« Alimenter sur parcours sans compromettre la ressource »

Les chèvres les plus habituées qui connaissent le parcours pourront montrer toutes les bonnes ressources aux autres plus naïves. © E. Genevet
Les chèvres les plus habituées qui connaissent le parcours pourront montrer toutes les bonnes ressources aux autres plus naïves.
© E. Genevet

« Dans les zones méditerranéennes, les élevages caprins profitent largement des pelouses plus ou moins embroussaillées, des landes et des sous-bois pour alimenter le troupeau. Même si un troupeau arrive naturellement à se nourrir sur parcours, il y a quand même des techniques pour que les chèvres en fassent une vraie ration.

D’abord, il faut éviter de les gaver de foin avant de les sortir. On peut leur donner un peu de fourrages pour les mettre en appétit. C’est surtout vrai en début de printemps, quand le parcours est riche en azote et pauvre en ressources ligneuses. C’est également le cas à l’automne lorsque les glands et châtaignes tombent au sol. Un tapis fibreux issu du fourrage leur évitera alors des problèmes digestifs.

Pas plus du tiers à prélever

Quand on les sort, les chèvres se mettent vite à manger de tout activement. Mais au bout d’un certain temps, elles peuvent se lasser et se mettre à regarder les mouches ou se battre avec les copines. Il faut donc relancer la dynamique de pâturage en les déplaçant sur une nouvelle zone. En garde, en parc ou en lâcher dirigé, il faut pouvoir les renvoyer dans un autre secteur si on veut qu’elles prélèvent leur ration dehors.

Élaborer le menu du troupeau en préservant les parcours

Enfin, il faut savoir gérer la ressource car les chèvres ont tendance à manger les arbres et arbustes et il ne faut pas qu’elles raclent trop. On estime que, dans une zone donnée, elles ne doivent pas prélever plus du tiers de la ressource sur une année. Certaines plantes comme le cornouiller ou la salsepareille sont très appètentes et vont vite disparaître. La viorne tin est aussi bien appréciée mais elle se défend mieux. On peut aussi se garder les zones les plus fraîches comme les fonds de vallons, les zones à lierres, les abords de cours d’eau ou les sous-bois plus épais pour l’été. En automne-hiver, les glands et châtaignes apportent autant d’énergie que des céréales. »

Plus d’infos dans le Guide pastoral caprin
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

La filière cherche en premier lieu à désengorger le marché et réduire massivement les surstocks de chevreaux.
L’engraissement de chevreaux dans l’incertitude
Les tractations se poursuivent pour que les chevreaux d’automne puissent être correctement engraissés et abattus.
Luzernes : Désialis absent du marché jusqu'à la fin septembre minimum
La dépêche
Face à une moindre production de luzerne sur les deux premières coupes, le déshydrateur est dans l’attente des résultats des deux…
Les chèvres d'Angélique sont choyées pour produire du lait qui sera transformé en fromages.
[ Vidéo ] Angélique raconte sa passion des chèvres et des fromages au lait cru
Angélique est éleveuse de chèvres et fabrique ses propres fromages au lait cru à la ferme. Elle nous invite à partager une…
La ferme de Pracoutel est une entreprise familiale au coeur de la Drôme et la fabrication des picodons est inscrit dans ses gènes. © B. Morel
Du picodon de qualité bien valorisé
Dans la Drôme, la ferme de Pracoutel produit du picodon fréquemment primé aux concours et bien valorisé auprès des consommateurs.
Il était une fois dans l'ouest, la chèvre des fossés © ASP La Chèvre des Fossés
Un ouvrage dédié à la chèvre des fossés
Il était une fois dans l’Ouest, la chèvre des fossés retrace l’histoire d’une race locale qui a bien failli disparaître. L’…
Les éleveurs passionnés aiment à se retrouver pour comparer la morphologie de leurs chèvres. © Caprin avenir passion
Quatre concours caprins en préparation pour cet automne
Cap avenir passion prépare quatre concours de chèvres pour cet automne. Si le Covid-19 l’en empêche, l’association de passionnés…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 7.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Chèvre
Consultez les revues Réussir Chèvre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Chèvre