Aller au contenu principal

Viande « in vitro » : 44 % des Français prêts à la tester

Une unité de production de produits alimentaires à base de protéines végétales à la « texture similaire à la viande » va voir le jour prochainement en France. Le marché des alternatives à la viande se développe et attire la curiosité du consommateur. Une enquête menée récemment indique que 44 % des Français et 58 % des Allemands seraient prêts à goûter de la viande « in vitro ».

© Mike Licht / flickr

Les deux fondateurs des « Nouveaux Fermiers » ont annoncé le 21 septembre le démarrage prochain en France d’une unité de production de « viande végétale », c’est ainsi qu’ils nomment leur innovation. Une première dans l’Hexagone qui risque de ne pas passer inaperçue.

« La ligne industrielle met en œuvre le processus de fabrication innovant de l’entreprise, qui lui permet d’obtenir, à partir de végétaux, une texture similaire à la viande », assurent les deux industriels dans leur communiqué. Pas un gramme de viande, et pourtant ça ressemble a de la viande, qui devrait donc bien se tenir dans les hamburgers !

Pas d’élevage, mais une texture et un goût comparables à la viande, c’est aussi le pari de la viande dite « cellulaire ». Un nouveau créneau de marché qui ne servirait pas que la cause animale, observe dans Réussir Bovins Viande Jocelyne Porcher, directrice de recherche à l’Inra. Une enquête menée récemment auprès des consommateurs allemands et français montre la curiosité suscitée par ce nouveau produit sorti des laboratoires.

Lire aussi « Une OPA sur la viande ? - Le "mélange des genres gênant" de Xavier Niel dénoncé par la FNSEA »

44% des Français seraient prêts à goûter de la viande "in vitro"

Cette étude menée par AgroSud Dijon, l'université de Bath (Royaume-Uni) et l'Ifop montre que 44% des Français seraient prêts à goûter de la viande "in vitro". 34% des consommateurs de viande seraient même prêts à remplacer la viande "classique" par sa version alternative cellulaire. C’est ce que révèle un article paru fin août dans le journal Foods (groupe MDPI). Pour parvenir à ce résultat, les chercheurs ont questionné via internet 1000 Français et 1000 Allemands issus de panels Ifop. « Les consommateurs allemands sont significativement plus ouverts au concept que les Français », notent les auteurs, avec 58% de répondants prêts à goûter et 53% prêts à remplacer leur consommation de viande "classique". « Des marchés substantiels pour la viande in vitro existent dans les deux pays », indique l'étude. Pour expliquer l'intérêt plus prononcé outre-Rhin pour ce type de viande, les chercheurs avancent que les omnivores qui n'envisagent pas de réduire leur consommation de viande y représentent moins de la moitié de la population, et ce « pour la première fois à notre connaissance ». « Les implications sociales pourraient être profondes, étant donnée l'importance de la normalité comme une justification centrale pour la consommation de viande », estiment les auteurs.

Lire aussi « La viande in vitro ne convainc pas toute la communauté scientifique »

Lire aussi « Le lobby de la viande cellulaire en embuscade » dans Réussir Volailles.

Les plus lus

Le meilleur de l'humour des agriculteurs sur les réseaux sociaux
L'humour agricole est une vieille tradition qui a trouvé sa place sur les réseaux sociaux. Autodérision, humour vache, absurde,…
Preview image for the video "😱 18 BATTEUSES DANS 1 PARCELLE - Dernières moissons à l'ETA GABARD".
18 batteuses dans une parcelle, qui est derrière la vidéo qui fait le buzz ?
Mise en ligne vendredi 29 juillet sur Youtube, la vidéo cumule les vues. Elle est signée Honoré Sarrazin, jeune vidéaste et futur…
L’agriculture bio tire le marché des produits phytos vers le haut
Les ventes de produits phytopharmaceutiques aux distributeurs pour l’année 2021 ont augmenté. C'est l'agriculture bio qui a…
Sophie Renaud, Miss France agricole 2021 : « On voit qu’il y a des femmes en agriculture grâce à Instagram »
Sophie Renaud s’est installée sur la ferme familiale en 2016. Elle communique beaucoup pour défendre son métier et la place des…
Production de fourrages : quel sera l’impact du changement climatique en 2070 ?
Le changement climatique s’accélère et l’agriculture est directement impactée. Quid des années futures avec le réchauffement…
Dans l'Eure, la préfecture interdit la moisson l'après-midi à cause de la sécheresse
La préfecture de l'Eure a interdit la moisson entre 14h et 18h ce lundi. Une mesure exceptionnelle qui avait été prise en 2019…
Publicité