Aller au contenu principal

Vaches Retard dans les abattages fleche en baisse

Et ça continue de baisser ! La situation est démoralisante pour les animaux qui ne sont pas à même d’intégrer les créneaux de la boucherie traditionnelle et de certains rayons à la coupe. Avec, pour les catégories les plus ordinaires, des stocks d’animaux sur pieds conséquents - accusant jusqu’à 4 semaines de retard dans les délais d’abattage - la crainte est désormais d’avoir une période de soudure inexistante alors qu’il y a classiquement une petite tension sur les prix en cours de printemps.

Les vidéos sur les maltraitances en abattoirs ont été abondamment médiatisées avec des amalgames grossiers affectant les tous les professionnels des produits carnés. Difficile pour autant de quantifier leur réel impact sur la consommation dans la mesure où différents facteurs se cumulent pour tirer le volume des achats à la baisse.

En Italie, le prix du JB dégringole depuis fin mars et les cotations françaises évoluent dans la même direction. En Allemagne aussi, les prix sont sous pression et dans ce pays la baisse des tarifs a commencé à être sensible dès le début  du mois de février.

Le marché est engorgé. La saison estivale se rapproche. Sans faire abstraction des possibilités de vente en grillades ou brochettes, la chaleur des belles journées d’été qui se profilent va désormais être moins favorable à la consommation de viande bovine.

L'indice des prix d'achat des moyens de production agricole (Ipampa) pour la viande bovine tend à s’éroder depuis les douze derniers mois. Cette baisse est toutefois modeste. Parmi tous les intrants nécessaires au fonctionnement d’une exploitation c’est essentiellement sur le poste carburant que le recul des prix aura été le plus sensible.

Le prix des broutards est lié à leur statut vaccinal, leur ouvrant ou non les portes vers les autres pays de l’Union. Le débouché turc a continué à être favorable aux animaux légers de la zone non réglementée. Dans l’état actuel (le 21 avril) de la réglementation, l’impossibilité d’exporter sur la Turquie depuis la zone réglementée préoccupe. L’Italie ne pourra avaler seule toute l’offre française dès que les apports vont se renforcer, à compter de la fin du printemps.

L’inquiétude porte aussi sur les veaux laitiers. Jusqu’au 30 juin ils peuvent être exportés sur l’Espagne s’ils sont issus de cheptels vaccinés ou avec PCR négative. À partir du premier juillet, en l’état actuel des discussions, seuls pourront être exportés sur ce pays les veaux nés dans des cheptels vaccinés. Cela augure de sérieuses difficultés si la réglementation n’évolue pas d’ici cet été.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

 © C.Delisle
Un « RIP » qui agace bien des acteurs de la ruralité
Un Référendum d’initiative partagée pour les animaux a été lancé début juillet par le journaliste Hugo Clément. Cette initiative…
Vignette
Photovoltaïque, une énergie simple à mettre en œuvre
Produire une énergie décarbonée tout en finançant la construction d’un bâtiment, c’est l’opportunité qu’offre le photovoltaïque…
Un marché des broutards mâles sérieusement engorgé
La demande n’est pas au rendez-vous pour les taurillons finis et l’abondance de cette marchandise dans la plupart des pays…
Claude Piet (à droite) et Mickaël Lelaure de Terrena. « Le changement le plus net est que les jeunes bovins sont plus calmes et passent plus de temps couchés. » © S. Bourgeois
Une alimentation compacte pour éviter tout tri de la ration
Au Gaec des Puits dans le Maine-et-Loire, de l’eau est ajoutée dans la ration complète des jeunes bovins, depuis deux ans. Ce…
Le bâtiment de la Sepab permet de faire le tampon entre l’arrivée des animaux et leur chargement sur le bateau dans des conditions confortables. A Tarragone (Espagne), principal concurrent de Sète, ils attendent dans les camions ! © Sepab
Sète, le seul port européen certifié bien-être animal
À Sète, les animaux sont choyés dans un bâtiment flambant neuf. L’acheminement et le séjour au port sont certifiés bien-être…
 © C. Mandin
Cédric Mandin, FNB : « il faut se focaliser sur les indicateurs de marché »
Cédric Mandin, éleveur en Vendée et secrétaire général de la Fédération nationale bovine, tire le bilan de l’action de retenue en…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande