Aller au contenu principal

Vaches Les Blondes elles aussi à la peine Fleche stable

Même si les cotations FranceAgrimer font état d'un sursaut lié à l'effet concours de bêtes de boucherie, en ferme la tendance baissière est bien présente. Les ventes sur les concours se sont d'ailleurs déroulées avec moins de fluidité que l’an dernier. Les boucheries traditionnelles sont restées des fidèles de ces rendez-vous, mais la demande pour ces carcasses haut de gamme aurait affiché un certain recul, en particulier de la part des enseignes de la grande distribution, lesquelles déploreraient trop souvent une baisse du volume de leurs ventes dans les rayons à la coupe ces dernières semaines. Les disponibilités importantes en vaches de moindre conformation tendent à tirer l’ensemble des catégories vers le bas. Les Blondes d’Aquitaine avaient jusque-là bien résisté, mais sont désormais elles aussi concernées par l’érosion des tarifs.

Le prix des JB en Italie n’a pas enregistré de hausse sensible dans les semaines précédant Pâques. Tout comme en France, les prix sont stables mais supérieurs de pratiquement 20 centimes à ce qui se pratiquait l’an dernier à même époque.

« Les exportations françaises de viandes bovines ont totalisé 239 000 téc en 2015 », explique l’Institut de l’élevage. L’Italie reste notre premier client avec 38% des tonnages frais et congelés et 41% de la valeur. « Toutefois, les ventes vers le marché transalpin ont continué à baisser (-5% en volume /2014 et -4% en valeur). » Autre évolution importante, « l’Allemagne est passée devant la Grèce pour occuper la place de deuxième client de la France. Elle a absorbé 22% des exportations françaises de viandes (fraîches et congelées), en volume comme en valeur. »

La demande demeure satisfaisante pour les mâles de moins de 400 kilos vaccinés depuis plus de 60 jours. Aucune flambée des tarifs pour autant, alors que s’approche le creux saisonnier de mise en marché. Les repoussés lourds, proches du stade JB, sont peu prisés car ils seront prêts en été, saison guère favorable à la consommation.

Pour les caser sur les marchés d'exportation, les débouchés pays tiers n’affichent plus la même dynamique. « En Algérie, l’ouverture des contingents d’importation à droits nuls se fait toujours attendre pour l’ensemble des produits agricoles. » explique l’Institut de l’élevage. Dans ce pays où le gaz naturel est une source de devises stratégique, les conséquences de la baisse des hydrocarbures pourraient expliquer ce délai. « Beaucoup d’animaux lourds destinés à l’Algérie attendent dans les exploitations françaises, leurs prix se dégradent et des flux se développent vers le Liban ou la Lybie. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Lorsqu’elle est en position haute, la partie inférieure de la barrière se situe à 5 mètres du sol et n’est donc pas pénalisante pour rentrer dans la stabulation avec du gros matériel et en particulier pour curer le fumier. © F. d'Alteroche
Une stabulation aux nombreuses astuces
Au Gaec de l’Armançon en Côte-d’Or, la principale stabulation héberge 128 vaches suitées. Elle intègre différents équipements mis…
Les jeunes bovins au plus bas alors qu’ils devraient être au plus haut
Alors qu’ils devraient être au plus haut à cette période de l’année, les prix des taurillons finis sont au plus bas. Peu prisée…
La vente directe représente le  débouché pour en moyenne une vache par mois, parmi celles âgées de huit ans maximum. L'éleveur vend également en direct à peu près six veaux par an. © S. Bourgeois
Différents régimes pour l'engraissement des vaches de race Blonde d'Aquitaine
Des séries d’essais ont été menées dans le cadre du projet Défiblonde entre 2016 et 2020 pour affiner les connaissances sur les…
Franck Baechler. "Le bétail aide à redynamiser les flux de carbone." © S. Bourgeois
Franck Baechler : être autonome et construire mon sol
Installé depuis trois ans en agriculture de conservation des sols dans le Loir-et-Cher, Franck Baechler a introduit dans son…
Le nombre de petits cheptels ne cesse de diminuer mais la progression des unités de grande dimension tend à se stabiliser.
Fortes évolutions démographiques à prévoir pour les systèmes allaitants
À la demande d’Interbev et de la Confédération nationale de l’élevage, l’Institut de l’élevage a analysé la décapitalisation…
Une rémunération possible des éleveurs pour les efforts fournis en matière de réduction de l’empreinte carbone
Les webinaires d’automne de l’Institut de l’élevage ont été l’occasion de faire un point sur le plan carbone de la filière viande…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande