Aller au contenu principal
Font Size

Vaches : automne difficile

Après un premier semestre où les cours ont été en deçà des années précédentes, l’automne s’annonce difficile. « Au 1er juin 2016, la ferme France comptait 4,23 millions de vaches allaitantes soit + 0,2  % par rapport à 2015. En race allaitante, les naissances cumulées sur la période juillet 2015 - mai 2016 sont à + 1,2 % par rapport à 2015 », précise Coop de France.

Les niveaux de consommation sont trop modestes face aux disponibilités. Le travail de sape des militants pro-végan est une donnée supplémentaire freinant l’envie de consommer. « En cumul jusqu’au 15 mai, les volumes de viande achetés par les ménages ont baissé de 1,4 %/2015 pour l’ensemble des viandes de gros bovins. Le bœuf piécé continue de reculer (- 1,6 %), alors que le haché frais poursuit sa hausse (+ 1 % en incluant les préparations hachées). Le haché surgelé est en recul (- 3 %) », précise l’Institut de l’élevage.

Fin août, la remontée du creux estival semblait s’amorcer, mais le prix des animaux était encore bien timide pour signifier un véritable retournement de situation. La tendance est similaire en Italie. Qui plus est, les fortes disponibilités en réformes laitières laissent planer bien des interrogations pour cet automne alors même que le prix des JB tend classiquement à se raffermir à compter de la fin de l’été.

Presque exclusivement le fait de viande de taurillons, les exportations françaises de viande bovine s’affichent en légère baisse en début d’année. D’après les données statistiques des douanes, sur les quatre premiers mois de 2016, les exportations reculent de 1,6 % en tonnage et de 1,7 % en valeur, en lien avec la poursuite du repli des ventes vers l’Italie et la Grèce, et malgré une hausse des exportations vers l’Allemagne.

La nouvelle campagne de commercialisation du bétail maigre a démarré sur des niveaux de prix inférieurs à ceux de l’an dernier. Le débouché turc fait défaut et ne permet plus de stimuler les tarifs.
Après le déluge du printemps, c’est désormais le manque d’eau qui est d’actualité. Les prairies sont grillées dans la plupart des régions. Mi-août, cela ne se traduisait pas pour autant par une nette accélération des mises en marché.
D’après les données statistiques du ministère de l’Agriculture, sur les quatre premiers mois de 2016, les volumes exportés ont retrouvé un niveau plus habituel. « Globalement soutenus, ils ont été supérieurs de 2 % à la même période de 2015. Les exportations de broutards légers vers la Turquie reprennent légèrement en début d’année 2016, mais pour des volumes nettement moins importants qu’en 2015 et pour des animaux issus de zone indemne de FCO. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

L’intérêt de l’épeautre en alimentation du troupeau allaitant tient à la présence des glumes.
L'épeautre, une céréale qui n'apporte pas que de l'énergie
Par la présence des enveloppes du grain riches en cellulose, l’épeautre est utile en engraissement pour sécuriser la ration. Il…
carte Arvalis estimation date de début de récolte du maïs ensilage
Les ensilages de maïs pourraient débuter plus tôt que prévu
Arvalis a publié une carte des dates de début possible des chantiers d'ensilage de maïs. Ce sera autour du 20 août en Rhône-Alpes…
broutards charolais au pré
L'offre en broutards restera limitée dans les prochains mois

Au 1er juin 2020, on dénombrait 511 000 mâles de race allaitante âgés de 6 à 12 mois dans la BDNI : un effectif en recul de 3…

David Durand, éleveur au GAEC des Gariottes (à gauche) et Christophe Seringe, technicien d’élevage à la SCA Le pré vert (à droite), un tandem de choc pour développer le veau rosé bio. © E. Durand
Le veau rosé bio comme alternative au broutard
Le veau rosé bio s’est développé depuis une dizaine d’années dans le Sud-Ouest. Pour le Gaec des Gariottes en Corrèze, cette…
Le marché des reproducteurs bovins allaitants à l’heure du coronavirus
Sur le marché intérieur, le commerce des bovins reproducteurs allaitants est pénalisé par la décapitalisation, la mauvaise…
Vignette
L’aliment liquide apporte énergie fermentescible et azote soluble
Formulé à partir de coproduits locaux, l’aliment liquide est un moyen simple de complémenter des animaux. Il peut se distribuer…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande