Aller au contenu principal

Les Français et la viande « bio »
Une viande chère mais de qualité

Si la majorité des Français connaissent et ont déjà consommé de la viande issue de l´agriculture biologique, son prix jugé trop élevé freine sa consommation.


Les raisonnements et comportements d´achat des consommateurs ne sont pas des données faciles à cerner. Pour mieux appréhender ces derniers à l´égard de la viande issue de l´agriculture biologique, la commission Viande Bio d´Interbev a fait réaliser une étude au mois de mars dernier(1).
Quel que soit le type d´aliment pris en compte, les trois quarts des personnes interrogées déclarent consommer - même si ce n´est qu´occasionnellement - des produits issus de l´agriculture biologique. Comme d´autres produits bio, la viande fait donc partie des habitudes alimentaires puisque la moitié de l´échantillon déclare en consommer. Il n´y a en fait que très peu de consommateurs véritablement réfractaires à la viande biologique. Seuls 38 % des interviewés déclarent que ce produit n´apporte rien de plus qu´une viande traditionnelle. 13 % des interviewés ne voient pas l´utilité d´en acheter et 11 % ne « croient pas » à ce produit.

« On observe que la plupart des consommateurs sont dits mixtes puisqu´ils sont 49 % à consommer à la fois de la viande classique et biologique, mais 2 % seulement à consommer exclusivement de la viande biologique », souligne le compte-rendu de cette étude. Le boeuf est alors la première viande consommée devant le veau, l´agneau et le porc. Quand les enquêteurs ont demandé quelles étaient les raisons qui incitaient les personnes sondées à acheter de la viande bio, les premières raisons citées étaient la qualité intrinsèque de la viande, à savoir son meilleur goût (41 % des raisons citées), avant le critère de sécurité alimentaire (32 %). 22 % évoquent la qualité de la viande et 15 % son côté « plus sain ».
Le volet alimentation de l´animal est le premier à être mis en avant lorsque l´on demande au grand public de donner une définition de la viande issue de l´agriculture biologique. « Celle-ci doit se faire à base de produits naturels, sains, sans produits chimiques et sans traitements (61 % des citations), d´herbe, de foin ou de végétaux (21 %), ou d´une alimentation issue de l´agriculture biologique (20 %). On note moins de 15 % d´évocations liées aux hormones de croissance ou substituts hormonaux et la même proportions évoquant les poudres ou farines animales. Les traitements spécifiques (piqûres/ antibiotiques/vaccins) ne sont évoqués que par 7 % des interviewés, au même niveau que les OGM », souligne le compte-rendu de l´étude. On en déduit donc que l´opinion publique définit d´abord la viande biologique à travers la qualité de l´alimentation que reçoit l´animal plutôt qu´à travers la qualité de son environnement, de son élevage ou de son bien-être.
Plus de 80 % des interviewés estiment que la viande biologique dispose d´un cadre réglementaire très sérieux et que sa production est très contrôlée.

Viande biologique : toujours trop cher pour le consommateur
Le prix de vente plus élevé de la viande bio est sans surprise le principal frein au développement de son achat. 52 % des non acheteurs de viande bio n´en achètent pas pour ces raisons et 49 % déclarent spontanément qu´ils en achèteraient si les prix étaient pour eux plus accessibles. Mais même s´il est le plus fréquemment cité, l´aspect financier n´est pas le seul à être pris en compte en matière de frein à l´achat. La volonté d´avoir une meilleure garantie des bénéfices que peut avoir la viande bio sur la santé et l´environnement sont également mis en avant. « Une opinion très peu évoquée spontanément et qui pourtant recueille 82 % d´opinions favorables est que consommer de la viande biologique contribue à préserver l´environnement et à protéger la nature », souligne le compte-rendu de l´enquête. Autre frein en matière d´achat : la difficulté à trouver des points de vente. « Une meilleure information/ communication et une plus grande visibilité de la viande biologique (plus repérable en rayon) permettront probablement de développer sa consommation à la condition que son prix reste accessible », conclut le compte-rendu de l´enquête.
(1) Étude réalisée les 10 et 11 mars derniers par Ifop auprès d´un échantillon national représentatif de la population française, composé de 845 personnes âgées de plus de 25 ans.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

 © Agricentre
Le teff grass, une nouvelle fourragère estivale
Eragrostis tef ou teff grass, graminée cultivée comme céréale secondaire en Afrique, arrive en France comme fourragère. Sa…
Le bâtiment est en bois avec une ventilation naturelle, une bonne ambiance à l’intérieur et des écarts de température diurne-nocturne atténués par la toiture en panneaux « sandwich » de 4 centimètres d’épaisseur. © F. d'Alteroche
Une stabulation sur caillebotis double usage pour les vaches allaitantes
Dans le Cantal, la nécessité d’accroître les capacités de stockage en lisier d’un bâtiment entravé a incité les associés du Gaec…
Les vaches ont très vite adopté les logettes et les cornadis suédois leur ont permis de sauver leurs cornes, sans dommages jusqu’à présent. © F. d'Alteroche
Des caillebotis pour les vaches, pour ne pas remettre en cause l’autonomie
Le Gaec d’Éole utilise à peine 12 tonnes de paille-hiver pour les seules cases à veaux et cases de vêlage d’une stabulation « …
Les atouts du caillebotis pour les vaches allaitantes
Les stabulations intégrant au moins une partie de caillebotis sur fosse sont courantes en élevage laitier, plus rares en système…
 © M-H André
L’Argentine, cette usine à bœufs qui tourne au ralenti
Dans bon nombre d’élevages naisseurs argentins, le potentiel de production est loin d’être utilisé à 100 % de ses capacités. Une…
De la Stabiliser à la Redyblack, vers une nouvelle race bovins viande en France
Portée par l’association Bovinext, la RedyBlack est la première race bovine depuis des décennies à obtenir son agrément OS en…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande