Aller au contenu principal

Une tonne d’herbe de qualité par hectare à pâturer sur l’hiver

Les données issues du programme Herby mettent en évidence le potentiel du pâturage en période hivernale.

Le pâturage hivernal est une pratique d’avenir

Sur les années 2015 à 2020, la pousse de début novembre à fin février a représenté en moyenne 0,86 tMS/ha d’après la base de données du programme Herby. Elle a varié de 0,67 tMS/ha en 2017 à 1,09 tMS/ha en 2016.

« Cette pousse a un potentiel de près d’une tonne de matière sèche par hectare, et elle a représenté en moyenne 10 à 15 % du tonnage pâturé sur la parcelle dans l’année », observe Joséphine Cliquet de la cellule innovation et développement de la Caveb.

Le pâturage hivernal est une pratique d’avenir

Ces résultats ont été obtenus à partir du suivi de 25 parcelles de prairies - temporaires et permanentes - choisies pour être représentatives des systèmes de polyculture-élevage des Deux-Sèvres, et conduites en pâturage tournant dynamique selon la méthode Herby. Sur les 25 parcelles suivies, entre 6 et 10 selon l’année ont été pâturées en hiver.

À chaque fois qu’un tour de pâturage était commencé, un prélèvement d’herbe « à hauteur de pâturage » était réalisé, le rendement évalué par la méthode des quadrats et l’analyse de la valeur alimentaire réalisée par l’Inrae de Lusignan.

La valeur alimentaire de l’herbe sur ces mois d’hiver est très bonne. Elle est stable autour de 1 UFL/kgMS avec 20 % de MAT d’après ces données. Sachant que dans ce programme, les pratiques de pâturage amenaient à offrir toute l’année de l’herbe au bon stade.

Le pâturage hivernal est une pratique d’avenir

« Quand on peut faire pâturer, il faut aller chercher cette tonne de matière sèche de très bonne valeur alimentaire », conseille Joséphine Cliquet. Dans l’idée, 10 hectares de prairies à 1 tonne permettent de nourrir un lot de quinze génisses pendant deux mois. « On économise sur les charges alimentaires et de mécanisation mais on prépare aussi ses prairies pour le printemps suivant. Avec les aléas climatiques, il faut aller chercher l’herbe quand elle est là parce qu’on ne sait jamais quand on va en avoir à nouveau », résume Joséphine Cliquet.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

« A cause des campagnols terrestres, nos vaches ont mangé de la terre tout l’hiver »
« A cause des campagnols terrestres, nos vaches ont mangé de la terre tout l’hiver »
Alexandra, Jean-Pierre et leur fils Florian Lannez travaillent en Gaec avec 95 vaches sur 140 ha. Ils sont confrontés aux…
De combien augmente le coût de production de la viande bovine avec la flambée des charges ?
L’Institut de l’Elevage a simulé l’impact de la flambée des charges sur le coût de production du kilo de viande bovine.
Fin de la rétention des jeunes bovins
Depuis fin mars, les sorties de jeunes bovins de type viande sont plus importantes. Elles correspondent à un décalage des ventes…
Alexis Thibault, Gaec de la Vallée des Blondes, 250 mères Blondes d’Aquitaine naisseur-engraisseur, 3 associés, à Le Busseau, dans les Deux-Sèvres
[Bioscurité] « J’utilise une cloche pour protéger les cadavres de bovins adultes»
Alexis Thibault du Gaec de la vallée des blondes dans les Deux-Sèvres a acheté une cloche à cadavres de grande dimension, qui…
Angeline, Thierry et Martin Radiguet. « On n’envisageait pas de passer l’exploitation en agriculture biologique sans finir nos animaux. La bascule est un outil indispensable pour piloter cette phase."
D’un système naisseur conventionnel à un système naisseur-engraisseur bio
Au Gaec des Hautes Broudières à Tourouvre au Perche dans le Perche ornais, le passage à l’agriculture biologique a été synonyme d…
Le projet Pheno 3D émane d’une demande de modernisation de la part du réseau des organismes Bovins croissance.
Le pointage et la pesée des veaux allaitants s’automatisent grâce à l’imagerie 3D
Une petite révolution se prépare pour le pointage et la pesée des veaux. Les tests d’un prototype démarrent ce printemps. En 2024…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande