Aller au contenu principal

[Salon de l’agriculture] Une section de bœufs finis « Gascon des Pyrénées »

Les représentants du groupe gascon ont présenté cette année une section de bœufs finis en clin d’œil à la 150° édition du Concours Général Agricole. Une première.

La race gasconne a présenté une section uniquement composée de bœufs.
© F. d'Alteroche

Cette année, pas de concours d’animaux reproducteurs pour la Gasconne des Pyrénées au Salon de l’Agriculture, mais simplement une présentation de quelques reproducteurs de haut niveau, permettant d’apprécier sur pied les caractéristiques de cette race rustique qui, depuis un peu plus d’un an, a choisi d’associer son nom à la chaîne de montagne qui est aussi son berceau. Le terme « Gasconne des Pyrénées » lui permet en effet de mieux ancrer son identité à son terroir. En revanche les responsables du groupe gascon ont choisi d’innover en organisant un premier concours d’animaux de boucherie avec la présence de quatre véritables bœufs. Une catégorie d’animaux que l’on voit désormais très rarement dans les allées de la porte de Versailles où les stalles réservées aux bovins allaitant sont désormais essentiellement occupées par des taureaux et femelles d’élevage accompagnés par quelques génisses et vaches de boucherie lesquels permettent d’assurer la promotion des filières de qualité associées à ces races.

Les fondamentaux du CGA

« Le Concours général agricole a eu 150 ans cette année. Lors de ses premières éditions il rassemblait uniquement des animaux de boucherie prêts à être abattus dont une majorité de bœufs. Avec notre section de bœufs gras nous avons voulu faire un clin d’œil à cet anniversaire et dans un sens revenir aux fondamentaux du Concours général agricole ! » soulignait Jean-Pierre Gajan, directeur du groupe Gascon. Autant de Bœufs produits dans le cadre du Label Rouge viande gasconne « Pure Race, Pur Goût ». Cette présence a d’ailleurs permis une première participation au Salon pour certains de leurs propriétaires dont les objectifs de production avec leur troupeau sont davantage orientés sur la viande finie que les animaux reproducteurs. L’idée étant bien entendu également de chercher à attirer de nouveaux bouchers. Au sein des cheptels de Gasconne des Pyrénées quelques 160 broutards sont castrés chaque année peu après leur sevrage. Ils sont pour la plupart d’entre eux abattus à un peu plus de 36 mois et valorisés dans le cadre du label.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Lorsqu’elle est en position haute, la partie inférieure de la barrière se situe à 5 mètres du sol et n’est donc pas pénalisante pour rentrer dans la stabulation avec du gros matériel et en particulier pour curer le fumier. © F. d'Alteroche
Une stabulation aux nombreuses astuces
Au Gaec de l’Armançon en Côte-d’Or, la principale stabulation héberge 128 vaches suitées. Elle intègre différents équipements mis…
Les jeunes bovins au plus bas alors qu’ils devraient être au plus haut
Alors qu’ils devraient être au plus haut à cette période de l’année, les prix des taurillons finis sont au plus bas. Peu prisée…
La vente directe représente le  débouché pour en moyenne une vache par mois, parmi celles âgées de huit ans maximum. L'éleveur vend également en direct à peu près six veaux par an. © S. Bourgeois
Différents régimes pour l'engraissement des vaches de race Blonde d'Aquitaine
Des séries d’essais ont été menées dans le cadre du projet Défiblonde entre 2016 et 2020 pour affiner les connaissances sur les…
Franck Baechler. "Le bétail aide à redynamiser les flux de carbone." © S. Bourgeois
Franck Baechler : être autonome et construire mon sol
Installé depuis trois ans en agriculture de conservation des sols dans le Loir-et-Cher, Franck Baechler a introduit dans son…
Jérôme Mélard, éleveur à Puttigny en Moselle, diversifie les débouchés de son atelier d'engraissement avec des génisses Prim'herbe.  © Cloe
Des babynettes avec au moins 35 % d’herbe pour la filière Prim’herbe
L’union de coopératives Cloé démarre un partenariat avec le groupe Carrefour. La filière Prim’herbe vise à approvisionner le…
Le nombre de petits cheptels ne cesse de diminuer mais la progression des unités de grande dimension tend à se stabiliser.
Fortes évolutions démographiques à prévoir pour les systèmes allaitants
À la demande d’Interbev et de la Confédération nationale de l’élevage, l’Institut de l’élevage a analysé la décapitalisation…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande