Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Une production toujours en hausse pour 2017

Pour les femelles, l’Institut de l’élevage prévoit pour cette année une production en légère hausse, avec autant de réformes laitières qu’en 2016 mais davantage de réformes allaitantes. Le mouvement initié en 2014 d’augmentation du cheptel allaitant est en phase de stabilisation depuis quelques mois. Ceci devrait libérer encore davantage de réformes allaitantes en 2017, d’autant plus que les génisses prêtes à entrer en production restent nombreuses. Le nombre de réformes laitières devrait rester à son apogée sur l’année, malgré la poursuite du redressement du prix du lait, à un niveau quasi identique à celui de 2016. Finalement, la production totale de femelles est prévue à 842 000 tec, soit 1,8 % de plus qu’en 2016.

Les exportations de broutards pourraient légèrement baisser, de 1 % par rapport à 2016, avec une offre globalement stable du fait du ralentissement de la capitalisation allaitante. L’évolution de la demande vers davantage de femelles se poursuivra. « Les flux vers l’Espagne resteront dynamiques. L’ouverture du marché israélien pourrait compenser le quasi arrêt des ventes vers la Turquie », indique l'Institut de l'élevage.

Pour les jeunes bovins, la production devrait baisser très légèrement, de 0,6 %. L’effectif des jeunes bovins laitiers sera toujours en recul. L’effectif des jeunes bovins allaitants au 1er décembre dans la BDNI est en baisse, mais la hausse du poids de carcasse devrait compenser cet effet.

La consommation française, calculée par bilan, a baissé de 1 % en 2016 et devrait poursuivre sur cette tendance cette année. L’Institut de l’élevage prévoit des volumes importés en baisse, du fait des disponibilités en viandes de femelles françaises et de l’obligation d’étiquetage sur les plats préparés. Les exportations pourraient augmenter légèrement. « Non seulement la demande française pour le jeune bovin sera restreinte, étant donnés les volumes de viande de femelles sur le marché, mais certains marchés exports seront demandeurs, comme la Grèce et l’Allemagne. Le débouché italien pourrait en revanche être quelque peu saturé », conclut l'Institut.

S. B.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Bovins Viande.

Vous aimerez aussi

Vignette
Marché très fluide pour les broutardes
En ce début de printemps, l'afflux saisonnier de petites femelles maigres est absorbé sans problème par un marché italien…
Vignette
Profondes évolutions dans les flux européens de veaux laitiers
Entre 2005 et 2017, le nombre de veaux maigres achetés et vendus entre les différents pays membres de l’Union…
Vignette
Charolais de Bourgogne trace sa route
Un an après son lancement officiel sous IGP, la filière Charolais de Bourgogne est sur la bonne lancée pour atteindre les…
Vignette
La Turquie a battu en 2018 des records d'importation de broutards
La Turquie a importé 1 210 000 broutards en 2018, soit deux fois plus qu’en 2017. La très grande majorité des animaux sont venus…
Vignette
Interbev rappelle l'objectif de 20 % de bio en restauration collective en 2022

Interbev rappelle que dans les objectifs de la Loi alimentation promulguée le 30 octobre 2018, figure…

Vignette
Trophée de l'innovation viande bio en restauration : du boeuf cuit façon Salaté

Basée à Montluçon dans l’Allier, la société Puigrenier a reçu un trophée de "l’innovation viandes bio…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande