Aller au contenu principal

Une destinée contrastée entre veaux laitiers et allaitants

graphique Institut de l'Elevage veaux laitiers et veaux allaitants

 

Même si tous finiront tôt ou tard à l’abattoir, le devenir des veaux français est très contrasté selon qu’ils sont issus du troupeau laitier ou allaitant. La première différence réside dans la proportion d’animaux qui seront conservés dans le but d’élever les génisses de renouvellement destinées par la suite à remplacer leurs aînées. D’après des données statistiques rapportées par l’interprofession, cette proportion est de 22 % pour les veaux allaitants et pratiquement le double pour les veaux laitiers traduisant par là même la faible espérance de vie moyenne d’une vache laitière comparativement à une allaitante. Autre différence très significative : la part des veaux destinés à devenir des veaux de boucherie sur le territoire français : 6 % en allaitant contre 37 % dans les élevages laitiers où il s’agit du débouché majoritaire des mâles.

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, le nombre de veaux destinés à devenir des bœufs penche très nettement en faveur des petits mâles laitiers. Ils seraient quelque 145 000 à avoir été châtrés l’an dernier contre environ 400 000 pour leurs homologues du cheptel allaitant. Une pratique en forte érosion ces dernières années. Les bœufs allaitants ne font plus partie des animaux de boucherie les plus prisés en dehors de quelques petits débouchés devenus assez limités côté volume.

Les plus lus

Bovins viande : un revenu 2022 bas, sauf pour les systèmes avec cultures
L'Institut de l'Elevage a simulé sur cas-types le revenu 2022 des élevages bovins viande. Hausse des prix des bovins et hausse…
« Le marché italien et le développement de primes spécifiques à la vache allaitante, ont véritablement permis le maintien et le développement du naissage en France, notamment dans les zones défavorisées », souligne Philippe Chotteau, chef du département économie de l’Institut de l’élevage.
Bovins viande : vers un retour aux faibles effectifs des années 1980 ?
Rétrospective avec Philippe Chotteau, chef du département économie de l’Institut de l’élevage, sur les évènements qui ont jalonné…
taureau race limousine
A Lanaud, quatre taureaux limousins vendus aux enchères plus de 15 000 euros
100 % des veaux ont été vendus lors des enchères pour la deuxième série de taureaux limousins issus de la station nationale de…
Stéphanie Mocques-Goure donne la priorité aux résultats économiques. Sur son exploitation, tout est géré au mieux pour limiter les charges et pouvoir se dégager un revenu.
Bovins viande : « Je veux vivre de mon métier »
À Beaufort-en-Anjou dans le Maine-et-Loire, Stéphanie Mocques-Goure a transformé en profondeur son système pour réussir à se…
Elevage bovins viande : mieux s'organiser pour mieux vivre au travail
Elevage bovins viande : mieux s'organiser pour mieux vivre au travail
Le travail, sujet très personnel n’est pas facile à aborder. Pourtant, il est un point de tension de plus en plus fort pour les…
Les cours des broutards charolais stabilisés à haut niveau
Les cours des broutards charolais stabilisés à haut niveau
Durant les derniers mois de l’année 2022, les cours des broutards sont restés stables ou ont à peine diminué.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande