Aller au contenu principal

"Un très bon ensilage d’herbe récolté le 28 octobre"

Les conditions météo de l’automne ont permis à certaines prairies d’exprimer leur potentiel, avec en plus une forte minéralisation. Le Gaec des Ravauds, en Saône-et-Loire, a récolté fin octobre entre 1,5 et 1,8 tMS/ha d’ensilage d’herbe à 26 % de MAT.

Florent Roux du Gaec du domaine des Ravauds à Volesvres en Saône-et-Loire, 150 charolaises sur 260 ha (dont 220 de prairies naturelles).
Florent Roux du Gaec du domaine des Ravauds à Volesvres en Saône-et-Loire, 150 charolaises sur 260 ha (dont 220 de prairies naturelles).
© C. Sudraud

"Avec mon père Pascal, c’est la première fois que nous récoltons des prairies fin octobre. À cette saison, nous n’avions récolté jusqu’à présent que des dérobées (avoine brésilienne et vesce, sorgho fourrager à enlever), et seulement certaines années. L’ensoleillement et la température du sol ont permis cette année une belle pousse d’automne sur les prairies, avec en plus une minéralisation de l’azote probablement plus forte que d’habitude.

Avec notre conseiller Christophe Sudraud de Scaner, nous avons décidé d’ensiler deux parcelles de prairies : un RGI associé à un mélange de trèfles semé le 25 août sur 9 hectares, qui n’était pas assez portant pour être pâturé, et, pour compléter le chantier de fauche, une prairie longue durée de 9 hectares semée l’an dernier sous couvert de méteil. Celle-ci avait été fauchée début mai et fin juin, et laissée ensuite au repos vu la météo.

L’ensilage fait 21,5 % MS et a donné entre 1,5 et 1,8 tMS/ha. Il est très riche, avec 0,91 UFL et 25,9 % de MAT (1). Ce silo a une valeur de 12 000 à 15 000 euros avec le prix actuel de la protéine, donc ce chantier, malgré le coût du carburant, est rentable. Nous fauchons en 9 mètres de largeur, ce qui limite le risque de tassement du sol à cette saison. Nous fauchons à plat, puis nous utilisons un andaineur à tapis et récoltons à l’autochargeuse et nous appliquons un conservateur biologique. Cette fauche favorisera le redémarrage de la pouse au printemps prochain.

Nous travaillons en ration complète mélangée. Cet ensilage, équivalent à un complémentaire protéique, sera réparti dans les rations des différentes catégories d’animaux mais ne convient pas aux vaches en préparation au vêlage car il est trop riche en azote soluble et chargé en potasse (d’où une Baca trop élevée).

Au printemps, la récolte d’ensilage d’herbe a été correcte, et celle de foin a été bonne en qualité mais avec à peu près 30 % de volume en moins que d’habitude. Nous avons des stocks de 2021 qui vont permettre de pérenniser notre système fourrager, et un bon orage le 21 juin nous a aidés. Finalement, nous avons nourri les vaches pendant trois à quatre semaines en août, puis à partir du 15 septembre, la pousse de l’herbe est repartie. Nous avons la chance d’avoir des sols assez lourds.

Les laitonnes et les génisses pâtureront jusqu’en décembre au moins. Les vaches sont rentrées mi-novembre pour faire la transition alimentaire avant les vêlages qui démarrent début décembre."

 

(1) UFL : unité fourragère lait ; MAT : matière azotée totale. Baca : bilan alimentaire anins cations

Les plus lus

Bovins viande : un revenu 2022 bas, sauf pour les systèmes avec cultures
L'Institut de l'Elevage a simulé sur cas-types le revenu 2022 des élevages bovins viande. Hausse des prix des bovins et hausse…
« Le marché italien et le développement de primes spécifiques à la vache allaitante, ont véritablement permis le maintien et le développement du naissage en France, notamment dans les zones défavorisées », souligne Philippe Chotteau, chef du département économie de l’Institut de l’élevage.
Bovins viande : vers un retour aux faibles effectifs des années 1980 ?
Rétrospective avec Philippe Chotteau, chef du département économie de l’Institut de l’élevage, sur les évènements qui ont jalonné…
taureau race limousine
A Lanaud, quatre taureaux limousins vendus aux enchères plus de 15 000 euros
100 % des veaux ont été vendus lors des enchères pour la deuxième série de taureaux limousins issus de la station nationale de…
Stéphanie Mocques-Goure donne la priorité aux résultats économiques. Sur son exploitation, tout est géré au mieux pour limiter les charges et pouvoir se dégager un revenu.
Bovins viande : « Je veux vivre de mon métier »
À Beaufort-en-Anjou dans le Maine-et-Loire, Stéphanie Mocques-Goure a transformé en profondeur son système pour réussir à se…
Les cours des broutards charolais stabilisés à haut niveau
Les cours des broutards charolais stabilisés à haut niveau
Durant les derniers mois de l’année 2022, les cours des broutards sont restés stables ou ont à peine diminué.
Avant de faire entrer les animaux dans les cases, il convient d’étaler avec un godet une dizaine de centimètres d’écorce broyée puis de « pailler » une à deux fois par semaine.
Des écorces de bois comme alternative à la paille
Les plaquettes de bois ne sont pas le seul produit issu de la biomasse forestière à pouvoir être utilisé comme alternative à la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande