Aller au contenu principal
Font Size

Jacques Agabriel, Inra
« Un outil d’aide à la réflexion pour les décideurs »

L’Inra a été chargé de réaliser une étude prospective pour les filières « viande de ruminant » du Massif central à l’horizon 2050. Cinq scénarios sont envisagés.

Pourquoi ce travail ?

Jacques Agabriel - Ce projet a été mené à l’initiative du Commissariat général à l’égalité des territoires (CGET). 15% du cheptel bovin allaitant européen est élevé dans le Massif central défini en tant qu’entité géographique. Dans les années à venir, ces filières seront amenées à évoluer sous l’effet des changements économiques (marché, PAC, règlements), environnementaux (climat), et des nouvelles attentes sociétales. L’enjeu est de fournir aux décideurs et aux acteurs économiques de ce grand bassin d’élevage un outil d’aide à la réflexion pour aider les prises de décision.

Notre groupe de travail repose sur trois ingénieurs de l’Inra, appuyés par un consultant spécialisé en études prospectives (AScA), auxquels ont été associés une vingtaine d’experts, travaillant à l’amont et à l’aval de ces filières. L’Inra apporte d’abord ses connaissances techniques et sa rigueur scientifique pour mener à bien ce travail d’expertise.

Comment avez-vous procédé ?

J. A. - Nos travaux ont démarré il y a dix-huit mois. Nous avons d’abord réalisé une analyse rétrospective de ce qui s’est passé entre 1950 et 2010, en analysant les facteurs qui ont fait évoluer la dynamique de l’élevage de cette grande région, et notamment les tendances lourdes et les points de rupture. Puis nous avons construit les « décors » dans lesquels ont été inscrits les cinq scénarios décrits, analysés et chiffrés.

Quels sont ces cinq scénarios ?

J. A. - Notre travail sera présenté dans son intégralité à l’occasion d’une conférence organisée le 7 octobre dans la matinée lors du Sommet de l’élevage. Nous avons bâti différentes hypothèses. Il ne nous est pas possible d’en dévoiler davantage pour l’instant, mais leur intitulé traduit une partie de leur contenu.

- Viande à l’herbe du Massif central, une référence d’excellence en réaction à la forte baisse de consommation ;

- Le Massif central s’adapte au sein de marchés libéralisés ;

- La viande agro-écologique pour tous ;

- La distribution alliée aux Régions : un partenariat pour une viande de massif ;

- La viande géopolitique.

Avez-vous des exemples de problématiques prises en compte pour bâtir ces scénarios ?

J. A. - On a considéré différents niveaux de consommation. Le plus défavorable table sur un recul de 60 % à l’échelle de l’Union européenne. Par contre, l’émergence de la demande dans les pays du pourtour méditerranéen a été prise en compte. C’est même un élément moteur pour un de nos scénarios. Il fait écho à une autre étude prospective(1) de l’Inra faisant état d’une dépendance alimentaire accrue des pays d’Afrique du nord et du Moyen-Orient.

Autre problématique, celle du changement climatique : les évolutions vont dans le sens de printemps plus précoces et d’automnes plus tardifs. Ils pourront se traduire par des animaux qui sortent plus tôt et rentrent plus tard avec une part des stocks fourragers utilisés au cœur de l’été.

La colonisation de ce territoire par les prédateurs comme le loup a été prise en compte. Un de nos scénarios est très impacté plus particulièrement pour le volet ovin.

Viande et lait sont deux productions très liées. Comment avez-vous pris en compte les interactions entre ces deux secteurs ?

J. A. - On a fait un distinguo entre le lait transformé en fromages AOP ou valorisé dans d’autres créneaux rémunérateurs, et le lait « standard » destiné à des marchés de grande consommation. Dans les scénarios où les systèmes allaitants prennent de l’importance, la production de lait standard tend à devenir une variable d’ajustement avec une réduction du nombre de ces élevages en faveur de la progression de la dimension des systèmes allaitants. Cela va dans le sens d’une spécialisation accrue.

Quels sont les messages clé issus de ces cinq scénarios ?

J. A. - Le contexte est globalement défavorable pour les aspects consommation et prix en Europe. Pour autant, les stratégies d’adaptation des filières, différentes selon les scénarios envisagés, peuvent engendrer des situations positives pour le Massif central. Le point central de notre analyse réside dans la part des surfaces en herbe sur ce territoire et la façon dont elles seront valorisées avec de possibles adaptations.

Les différents acteurs économiques auront entre les mains différents scénarios d’évolution possibles. À eux de s’en saisir pour alimenter leurs réflexions.

(1) Étude Inra - Pluriagri octobre 2015.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Bâchage des silos : des pistes pour dégager les pneus
Machinisme
La bonne conservation du tas d’ensilage passe par la pose d’une couverture parfaitement hermétique. Si la qualité des bâches est…
L’intérêt de l’épeautre en alimentation du troupeau allaitant tient à la présence des glumes.
L'épeautre, une céréale qui n'apporte pas que de l'énergie
Par la présence des enveloppes du grain riches en cellulose, l’épeautre est utile en engraissement pour sécuriser la ration. Il…
carte Arvalis estimation date de début de récolte du maïs ensilage
Les ensilages de maïs pourraient débuter plus tôt que prévu
Arvalis a publié une carte des dates de début possible des chantiers d'ensilage de maïs. Ce sera autour du 20 août en Rhône-Alpes…
broutards charolais au pré
L'offre en broutards restera limitée dans les prochains mois

Au 1er juin 2020, on dénombrait 511 000 mâles de race allaitante âgés de 6 à 12 mois dans la BDNI : un effectif en recul de 3…

David Durand, éleveur au GAEC des Gariottes (à gauche) et Christophe Seringe, technicien d’élevage à la SCA Le pré vert (à droite), un tandem de choc pour développer le veau rosé bio. © E. Durand
Le veau rosé bio comme alternative au broutard
Le veau rosé bio s’est développé depuis une dizaine d’années dans le Sud-Ouest. Pour le Gaec des Gariottes en Corrèze, cette…
Le kéfir est distribué à la naissance puis une fois par jour pendant les deux jours suivants. © L. Lamarre
Le kéfir pour hygiéniser le tube digestif des veaux
Le kéfir est une boisson fermentée fabriquée à partir de lait ou de sucre. Son usage se développe beaucoup en élevage bovin ces…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande