Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

Un nouvel index pour la Salers Nord-américaine

Des scientifiques nord-américains ont mis en place un nouvel index pour les bovins de race Salers. Il leur permet de sélectionner les animaux les plus adaptés pour une conduite du bétail avec des chevaux.

Le professeur John Whitfish et ses stagiaires se rendent régulièrement dans les grandes plaines nord-américaines pour vérifier la qualité de leur travail de sélection.
© F. d'Alteroche

Les premières Salers sont arrivées aux Etats-Unis à la fin des années soixante-dix. Exportées depuis les montagnes Auvergnates jusqu’aux grandes plaines Nord-Américaines, ces premiers animaux ont su séduire les « ranchers » de l’ouest américain. Même si la Salers est actuellement moins en vogue que l’Angus, elle conserve de nombreux adeptes de la part d’éleveurs qui apprécient en particuliers ses légendaires qualités d’élevage. « Avec mes salers, je sèvre 5,8 % de veaux supplémentaires comparativement à mes voisins dont le cheptel est principalement composé de bétail croisé issu en particulier de souches Hereford et Angus. » indique Stephaan Longhorn, un jeune éleveur du Montana. Après avoir repris le ranch familial en 2008, il conduit avec deux salariés un cheptel de 2 850 mères avec un ratio d’une vache suitée pour huit hectares de parcours et une complémentation hivernale essentiellement basée sur le foin dont une partie de foin de luzerne de très haute qualité. Ses vaches vêlent en mars-avril. Tous les veaux mâles sont castrés peu de temps après, puis simultanément marqués au fer rouge. Sevrés en fin d’automne autour de 300 kg, ils rejoindront pour la plupart des feed-lot de l’Iowa où ils seront finis avec les habituelles rations très intensives classiquement utilisées aux Etats-Unis.

Nouvel index pour mieux identifier certaines lignées

Le cheptel de Stéphaan Longhorn est très largement manipulé avec des chevaux. « Même à l’heure des quads, des drones, des smartphones et des tablettes, on n’a encore rien inventé de plus efficace dans les grandes plaines Nord-Américaines et sur les contreforts des Montagnes Rocheuses pour déplacer, rassembler puis trier le bétail. » souligne Stéphaan. Depuis déjà de nombreuses décennies, bien des cow-boys s’étaient rendus compte que certaines lignées de bovins semblaient plus faciles à trier que d’autres avec des chevaux. C’est ce qui a incité l’Association des éleveurs de Salers du Colorado, du Montana et du Wyoming à contacter leurs collègues canadiens de l’Alberta pour chercher à mettre en place une réelle évaluation scientifique de cette aptitude, de façon à mieux sélectionner avec toute la rigueur nécessaire les meilleures lignées de bovins salers dont l’aptitude à être triées à cheval leur faciliterait ensuite leur travail au quotidien. « Dans des pays comme les Etats-Unis ou le Canada, nous nous devons de mettre en avant des méthodes innovantes pour faciliter le travail de nos « ranchers ». On ne peut pas se contenter de propos de terrain. Il nous faut toute la rigueur scientifique nécessaire. » explique le professeur John Whitfish de l’université Firstapril du Colorado, dont les services sont en charge de la mise en place de cette indexation. Cette dernière se base sur le temps nécessaire à un cow-boy pour capturer un veau au moment de son marquage. Pour chaque veau, des données sont donc chronométrées au dixième de seconde près par chaque propriétaire de Ranch. Accompagnées des origines paternelles et maternelles de chacun, elles sont ensuite transmises aux différents stagiaires en charge de cette nouvelle indexation sous l’autorité du professeur John Whitfish. « Plus le veau est attrapé rapidement et plus il sera apte à être manipulé avec des chevaux. Nous avons noté des différences significatives entre certaines souches. Elles facilitent grandement le travail au quotidien des cow-boys ! » indique John Whitfish. « Il semblerait même que les animaux les plus à même d’être triés avec des chevaux soient aussi ceux qui extériorisent par la suite les meilleures croissances à l’engraissement. » Les travaux se poursuivent. Un nouveau bilan de ce travail sera dévoilé le premier avril prochain.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Florent Calmès. « Je travaille plus sur le coût de production que sur le GMQ. » © B. Griffoul
Chez Florent Calmès : simplifier le travail pour gérer seul un cheptel de 125 vaches
Florent Calmès, installé dans l’Aveyron, ne fait pas de compromis sur le résultat économique mais a fortement simplifié le…
Élodie et Florent Gobet élèvent 75 à 80 Charolaises à Propières dans le Rhône) et commercialisent tout en vente directe. © Gaec Gobet
Chez Elodie et Florent Godard : « avec le confinement, la demande en vente directe a nettement augmenté »

« Avec mon mari, Florent, nous élevons 75 à 80 Charolaises à Proprières, dans le Rhône. Je gère l…

clôture virtuelle Nofence
Un premier test de clôtures virtuelles par Arvalis
Arvalis a testé pendant deux mois à l’automne 2019 le système de clôtures virtuelles Nofence à la ferme expérimentale de Saint-…
Didier Guillaume a annoncé une prochaine réunion au ministère pour débattre sur le prix trés dégradé de la viande bovine à la production.
[Covid 19] Selon Didier Guillaume, la baisse de rémunération des éleveurs bovins est « inadmissible »
La dégringolade du prix des bovins finis suscite un sentiment de dégoût chez les éleveurs et ne va pas inverser l’actuelle…
Antoine et Pascal Perrin ont apprécié que cette plante valorise très bien l’eau tombée. © C. Sudraud/SAS Scanner
"Le sorgho fourrager multicoupe pour compléter les stocks"
Le Gaec Perron a cultivé en 2019 du sorgho fourrager multicoupe sur 3,5 hectares. Semé mi-mai, en choisissant une variété bon…
Quentin Alteyrac. « Les 280 hectares conduits en pâturage de précision représentent le cœur de la ferme. Ils sont d’un seul tenant. Seule une route avec peu de passages sépare la partie garrigue, exposée Sud, de la partie prairie exposée Nord. Chaque parcelle a son point d’eau. » © Ferme de Fajac
Quentin Alteyrac dans l'Aude : « améliorer l’efficience du système dans son ensemble »
Dans l’Aude, sur la ferme de Fajac, gérée par Quentin Alteyrac, lorsque le système tout herbe a été modifié pour mettre en place…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande