Aller au contenu principal

Elevage bovin
Un nombre limité d´animaux labellisés par élevage


Le ratio du nombre moyen d´animaux labellisés produits par élevage donne pour la plupart des labels, un chiffre oscillant autour d´une demi-douzaine. Cette valeur est très variable suivant les exploitations. Pour l´association Charolais Label Rouge, ce chiffre varie dans une très large fourchette. L´analyse statistique des données 2003 fait ainsi état de nombreux élevages qui ont produit une à deux bêtes par an alors que trois en ont produit plus de 100. « En 2003, 50 % des livraisons ont été assurées par 16 % des éleveurs », résume Sonia Renon, la directrice de ce label. Ce nombre parfois élevé d´animaux par producteur s´explique par des engraisseurs procédant à des rachats d´animaux maigres d´une qualité suffisante pour convenir à ces démarches et qui viennent en complément de ceux nés sur leur propre exploitation.
Qualification « Fournisseur de bovins maigres »
« Ces engraisseurs sont pour nous précieux. Ils sortent des produits de qualité très régulière qui permettent d´avoir plus facilement un phénomène de lissage des volumes de production et ainsi de mieux tamponner les apports très régulièrement 52 semaines par an. »
Ce schéma de production pourtant des plus traditionnel dans de nombreuses régions d´élevage n´est cependant pas vu partout d´un très bon oeil.
Les démarches label rouge ont une connotation et une image d´élevage naisseur traditionnel et la tendance au sein de la Commission nationale des labels serait de privilégier les schémas de production du type naisseur-engraisseur, plutôt qu´engraisseur ou emboucheur, même si ce dernier est aussi un naisseur qui procède simplement à quelques rachats complémentaires.
Cette pratique est fort heureusement encore autorisée dans la mesure où le chargement n´excède pas les deux UGB/ha, mais elle doit concerner uniquement des animaux nés sur des exploitations qualifiées.

« C´est pour cela que nous avons mis en place avec l´interprofession la démarche de qualification Fournisseur de bovins maigres (FBM) qui correspond pour un élevage au niveau de qualification de base pour pouvoir fournir un animal maigre par la suite susceptible d´intégrer une démarche de viande certifiée, qu´il s´agisse d´un label rouge ou d´une Certification conformité produit (CCP) », explique Marc Pagès.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

La réforme des cotations "gros bovins entrée abattoir" entre en application
Depuis le 2 août 2022, est entrée en vigueur la réforme des cotations "gros bovins entrée abattoir". Des cotations mensuelles…
[Maïs ensilage] Valoriser au mieux les parcelles touchées par la sécheresse et la canicule
Arvalis Institut du Végétal donne des clés d’orientations pour la conduite des chantiers de maïs ensilage dans les parcelles plus…
Net recul des naissances de veaux allaitants sur la campagne 2021-2022
L’érosion du cheptel allaitant se traduit sans surprise par un net recul des naissances de veaux de race à viande. Les effets de…
Les coproduits peuvent avoir différentes voies de valorisation comme l’alimentation animale, la valorisation comme matière première dans une autre industrie, la valorisation agronomique (compostage, fertilisation) et les valorisations énergétiques (méthanisation, combustion).
Coproduits pour l'alimentation des bovins : un gisement de plus en plus convoité
La valorisation des coproduits issus des industries agroalimentaires a longtemps permis aux éleveurs du Grand Est de bénéficier…
La loi Egalim2 permet en utilisant les différentes options possibles de définir son niveau d'engagement avec ses premiers acheteurs.
Contractualisation en viande bovine : un outil de gestion du risque "prix"
Avec la loi Egalim2, la négociation des prix a lieu en amont des ventes de bovins. L’obligation de contractualisation pose la…
Des stimuli aversifs, audio ou électriques sont générés par un appareil fixé sur le cou de chaque animal, en lien avec la position de ce dernier.
Clôtures virtuelles : premiers résultats intéressants en fermes expérimentales
Arvalis et l’Institut de l’élevage livrent les premiers résultats des essais scientifiques menés dans leurs stations…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande