Aller au contenu principal

Un marché européen du jeune bovin contrasté

D'après la lettre mensuelle de conjoncture de l'Institut de l'Elevage, le marché du jeune bovin est lourd en Espagne, en Pologne et en Allemagne. Il est par contre équilibré en Italie, et se tient bien en France pour les mâles de races à viande.

jeunes bovins en Italie
© S.Bourgeois

« La production de jeunes bovins en Pologne n’a pas fini de payer le scandale sanitaire lié à la commercialisation de vaches malades » explique l’Institut de l’Elevage dans sa lettre de conjoncture mensuelle Tendances. Les cours des jeunes bovins n’ont pas cessé de reculer depuis février dernier. La demande européenne en viande polonaise s’est nettement réduite. D’après Eurostat, seulement 61 000 mâles ont été abattus en février soit 21 % de moins qu’en 2018. Mais cumulée sur deux mois, la baisse des abattages n’est que de 4 %. « Les mâles restant à écouler, qui ne bénéficient plus du marché turc, devraient peser sur les marchés dans les mois à venir » analyse l’Institut de l’Elevage.    

En Espagne également, le marché des jeunes bovins est lourd. Les abattages ont nettement progressé depuis l’automne 2018, en lien avec l’effondrement du marché turc pour les bovins vivants. D’après Eurostat, 7 % de plus de jeunes bovins ont été abattus en février par rapport à l’année précédente. « Ces abattages supplémentaires pèsent sur le marché domestique espagnol comme sur le marché communautaire du jeune bovin. »

En Allemagne, la demande limitée fait pression sur les cours. L’offre en jeunes bovins est pourtant en net recul (-14 % entre début avril et début mai par rapport à 2017). Mais la demande évolue de façon structurelle (davantage de haché et transformé à partir de vaches, que de piécé issu de jeunes bovins). Et la concurrence des viandes à griller de porc et volailles se fait sentir.

En Italie par contre, le marché du jeune bovin semble équilibré. Les cours sont stables depuis plusieurs semaines, et d’ailleurs les cours sont repassés au-dessus du niveau de l’an dernier à la même date. « L’offre toujours modérée fait face à une demande des abatteurs plutôt limitée. »

En France enfin, avec toujours moins de jeunes bovins laitiers sur le marché et des stocks de mâles en ferme limités, les sorties de mâles devraient rester limitées dans les mois à venir. Par rapport à l’an dernier, la BDNI recense -10 % de mâles de race à viande de 12 à 18 mois et -7% de 18-24 mois. Les exportations de jeunes bovins gras vers le Maghreb sont dynamiques cette année, et elles devraient contribuer également à réduire les abattages en France. Le jeune bovin U cote mi-mai au-dessus des deux années précédentes, à 3,97 euro/kgC. Le JB R a par contre perdu quelques centimes ces dernières semaines, à 3,77 euro/kgC, mais il se situe quand même 1 % au-dessus de celui de l’an dernier.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Emmanuelle Ducros © DR
Emmanuelle Ducros : « le RIP pour les animaux est un piège intellectuel "
Emmanuelle Ducros, journaliste économique et spécialiste des questions agricoles à l’Opinion nous éclaire sur le référendum pour…
Face à l’évolution des prix des broutards « incompréhensible et inacceptable », les Eleveurs du grand Massif Central appellent à la rétention de ces animaux en ferme.
Les éleveurs bovins du Grand Massif Central sont appelés à retenir au maximum les broutards en ferme
Les prix des broutards ne cessent de baisser depuis plusieurs semaines, aussi les Eleveurs de races à viande du grand Massif…
Paul et son oncle Philippe Couvé. « On privilégie les animaux de race Charolaise car on trouve toujours acquéreur. » © C. Delisle
Une conduite simple mais efficace des jeunes bovins
À la SCEA Couvé et fils, dans l’Orne, le bien-être animal a été privilégié, sans compromis pour autant sur les performances des…
Le lecteur de glycémie donne directement les résultats dans la pâture.  © B. Gavage
La conséquence d’un déficit énergétique en fin de gestation
Cette vache âgée a perdu beaucoup d’état en fin de gestation. Elle souffre d’une pathologie classique en élevage ovin mais moins…
Quentin Gougeon, éleveur à Vaiges en Mayenne (à droite). « Depuis mon installation, je travaille au maintien du bocage pour abriter les bovins et les céréales conduites en agriculture biologique. On valorise une partie de notre production de bois par le biais de la SCIC Mayenne bois énergie. » « La structure se charge d’organiser la commercialisation d’un bois durable et équitable », ajoute Olivier Lepage, chargé de développement à la SCIC. © C. Delisle
Chez Quentin et Dominique Gougeon, les haies sont un patrimoine à valoriser
Sur l’exploitation de Quentin et Dominique Gougeon à Vaiges en Mayenne, les haies sont conduites comme une culture à part entière…
Davantage de viande Charolaise pour les restaurants McDonalds
La viande charolaise sera plus largement utilisée dans les restaurants McDonalds tout au long du mois d’octobre. Elle concernera…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande