Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Chez Jean-Yves Bien à Jallais
Un excellent bilan des minéraux

Dans le Maine-et-Loire, Jean-Yves Bien recherche pour son exploitation de 50 Charolaises et 60 ha un système fourrager économe en évitant les achats coûteux. C´est sur les surfaces qui ont été récoltées en foin ou ensilage que l´apport de fumier est systématiquement réalisé à l´automne suivant.


A Jallais dans le Maine-et-Loire, le bilan des minéraux sur l´exploitation de Jean-Yves Bien fait apparaître un excédent de 75 unités d´azote, 15 unités de phosphore et 50 unités de potassium en moyenne sur cinq ans. Le chargement est de 2 UGB/ha SFP et 13 hectares de la surface est en cultures. « Les exportations d´azote, potassium et phophore par le foin ou l´ensilage d´herbe sont compensées par les apports du fumier et la fertilisation minérale est faible. C´est ce qui explique que le bilan se situe à environ 30 unités d´excédent en moins par rapport aux repères habituels pour un tel système d´élevage », explique Bertrand Galisson de la Chambre d´agriculture du Maine-et-Loire.
C´est en effet sur les surfaces qui ont été récoltées en foin au printemps précédent que l´apport de fumier est systématiquement réalisé. Et ces surfaces tournent d´une année à l´autre.

Au-dessous des recommandations habituelles
Jean-Yves Bien apporte du fumier vieilli, c´est-à-dire tassé et stocké pendant trois à quatre mois. L´apport est fait avec un épandeur, à l´automne, à raison de 15 tonnes par hectare. Jean-Yves Bien apporte par ailleurs 100 kilos par hectare, au printemps, d´un engrais complet sur toute la surface en herbe. « Je prends la formule la plus simple possible », commente l´éleveur. Douze hectares soit un cinquième de la surface sont aussi chaulés chaque année.
Finalement en moyenne sur les cinq dernières années, les parcelles uniquement pâturées ont reçu 45 unités d´azote, celles avec foin + pâturage, 55 unités d´azote. Rappelons qu´il s´agit de mélanges de quatre fourragères dont un peu de trèfle. Celles de RGI avec une exploitation « ensilage + foin(s) + pâturage » ont reçu 70 unités de moyenne.

Ces chiffres sont bien en-dessous des recommandations habituelles et peuvent laisser songeur. Les rendements en 2004 ont été de 7,6 t MS/ha pour l´ensilage, 4,1 tMS/ha pour la première coupe de foin et 2,5 tMS/ha pour la deuxième. Une analyse réalisée en 2001, alors que ces pratiques étaient déjà installées depuis plusieurs années, a montré que le niveau de nutrition en P et K de l´herbe était bon (indice proche de 100 %).
Ceci indique que le sol a fourni suffisamment d´éléments pour assurer une croissance et une qualité de l´herbe. « On dit que les premières unités d´azote apportées sont les plus efficaces », commente l´éleveur.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Bovins Viande.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande