Aller au contenu principal

Un contrat Egalim2 signé entre Unicor et Carrefour

Dans le cadre du Salon de l'agriculture, Unicor et Carrefour ont signé un contrat conforme à Egalim2 pour des vaches limousines en filière Label Rouge Blason Prestige. 

De gauche à droite, pendant le Sia : Julien Volpelier, directeur des directeur des activités Aval d'Unicor, Pierre Cabrit, président de l'Organisation de producteurs bovine, Jean-Claude Virenque, président d'Unicor ; Julien Denormandie, ministre de l'Agriculture ; Rami Baitièh, directeur exécutif de carrefour et Bertrand Eon, directeur filière boeuf pour Carrefour
© Unicor

L'organisation de producteurs bovine du groupe coopératif Unicor a signé un contrat avec Carrefour dans le cadre du Salon de l'agriculture. L'abattage et la découpe sont réalisés en prestation de services par Ruthène Viandes, filiale à 100 % d'Unicor à Sainte-Radegonde dans l'Aveyron.

80 % coût de production - 20 % cotations

C'est un contrat conforme à la loi Egalim2. "Nous avons travaillé avec Carrefour à partir de notre expérience commune dans le cadre d'Egalim1 sur ce type d'animaux" explique Julien Volpelier, directeur des activités "aval" du groupe coopératif Unicor.

Ce contrat de trois ans démarre avec dix vaches limousines livrées par semaine en Label Rouge Blason Prestige pour des rayons traditionnels. Le prix payé aux éleveurs est calculé avec 80 % du coût de production établi par l’interprofession et 20 % de la moyenne des cotations du trimestre, auquels est ajoutée la plus-value "signe officiel de qualité".

Au-delà d'Egalim2 pour la pérennité du contrat

En particulier, figure dans ce contrat la mention de l'obtention de l'équilibre carcasse exclusivement au sein du rayon traditionnel. Un point clé pour que le contrat soit durable et valorisant pour les deux parties.

"Nous allons aussi, dans un contrat à part, prendre des engagements avec notre partenaire sur l'encadrement du coût des prestations de découpe et d'approche. Aller ainsi au-delà de la loi Egalim 2 est nécessaire pour que la valeur ne soit pas diluée, et revienne bien aux producteurs" explique Julien Volpelier.

Un potentiel de 1 000 animaux par an

Huit magasins sont engagés sur ce contrat pour leur rayon traditionnel. Entre 500 et 600 vaches engraissées par 93 adhérents de l'OP seront livrées chaque année pour démarrer. Le potentiel de cette filière est estimé à environ 1 000 vaches par an si quelques magasins supplémentaires sont recrutés. 

"Le contrat donne de la visibilité aux éleveurs. En prouvant son efficacité, il permet aux éleveurs de modifier leurs pratiques de renouvellement pour augmenter à moyen terme leur production de vaches répondant aux exigences du label rouge" fait valoir Julien Volpelier.

L'organisation de producteurs bovine d'Unicor rassemble 1 500 adhérents au total, sur l'Aveyron et les départements limitrophes dont le Cantal et la Lozère.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

La nette érosion en cours et probablement à venir du cheptel allaitant va mathématiquement se traduire par une réduction des disponibilité en animaux maigres laquelle commence à sérieusement préoccuper les opérateurs de l'aval, qu'ils soient français, espagnols ou italiens.
Net recul de la production de viande bovine à échéance 2030
Entamée il y a six ans, l’érosion du cheptel bovin français commence à donner des sueurs froides aux intervenants de l’aval. Et…
A Lanaud, un taureau limousin adjugé à 17 200 euros
Les premières ventes aux enchères de la campagne 2022-2023 de la race limousine se sont déroulés les 16 et 17 novembre, dans le…
Les chiffres des premiers croisés Limousine x Angus de la ferme expérimentale de Thorigné
À la ferme expérimentale de Thorigné-d’Anjou, une expérimentation de longue durée analyse l’intérêt du croisement Angus sur des…
Quatre nouveaux taureaux limousins « qualités maternelles » chez Créalim
Pour cette campagne, Créalim entre au catalogue quatre taureaux labellisés « qualités maternelles » aux profils relativement…
Les derniers chiffres de la décapitalisation en élevage bovin

Entre décembre 2016 et décembre 2021, le troupeau allaitant français a perdu 330 000…

Flavien Fayolle mesure 1,75 mètre et malgré un été caniculaire très déficitaire en eau son switchgrass en seconde année de végétation a réalisé une belle croissance.
Deux hectares de panic érigé pour réduire les achats de paille de litière
Pour remédier en partie à leur déficit en paille, les associés du Gaec Fayolle en Corrèze ont semé l’an dernier quatre parcelles…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande