Aller au contenu principal

Un contrat Egalim2 signé entre Unicor et Carrefour

Dans le cadre du Salon de l'agriculture, Unicor et Carrefour ont signé un contrat conforme à Egalim2 pour des vaches limousines en filière Label Rouge Blason Prestige. 

De gauche à droite, pendant le Sia : Julien Volpelier, directeur des directeur des activités Aval d'Unicor, Pierre Cabrit, président de l'Organisation de producteurs bovine, Jean-Claude Virenque, président d'Unicor ; Julien Denormandie, ministre de l'Agriculture ; Rami Baitièh, directeur exécutif de carrefour et Bertrand Eon, directeur filière boeuf pour Carrefour
© Unicor

L'organisation de producteurs bovine du groupe coopératif Unicor a signé un contrat avec Carrefour dans le cadre du Salon de l'agriculture. L'abattage et la découpe sont réalisés en prestation de services par Ruthène Viandes, filiale à 100 % d'Unicor à Sainte-Radegonde dans l'Aveyron.

80 % coût de production - 20 % cotations

C'est un contrat conforme à la loi Egalim2. "Nous avons travaillé avec Carrefour à partir de notre expérience commune dans le cadre d'Egalim1 sur ce type d'animaux" explique Julien Volpelier, directeur des activités "aval" du groupe coopératif Unicor.

Ce contrat de trois ans démarre avec dix vaches limousines livrées par semaine en Label Rouge Blason Prestige pour des rayons traditionnels. Le prix payé aux éleveurs est calculé avec 80 % du coût de production établi par l’interprofession et 20 % de la moyenne des cotations du trimestre, auquels est ajoutée la plus-value "signe officiel de qualité".

Au-delà d'Egalim2 pour la pérennité du contrat

En particulier, figure dans ce contrat la mention de l'obtention de l'équilibre carcasse exclusivement au sein du rayon traditionnel. Un point clé pour que le contrat soit durable et valorisant pour les deux parties.

"Nous allons aussi, dans un contrat à part, prendre des engagements avec notre partenaire sur l'encadrement du coût des prestations de découpe et d'approche. Aller ainsi au-delà de la loi Egalim 2 est nécessaire pour que la valeur ne soit pas diluée, et revienne bien aux producteurs" explique Julien Volpelier.

Un potentiel de 1 000 animaux par an

Huit magasins sont engagés sur ce contrat pour leur rayon traditionnel. Entre 500 et 600 vaches engraissées par 93 adhérents de l'OP seront livrées chaque année pour démarrer. Le potentiel de cette filière est estimé à environ 1 000 vaches par an si quelques magasins supplémentaires sont recrutés. 

"Le contrat donne de la visibilité aux éleveurs. En prouvant son efficacité, il permet aux éleveurs de modifier leurs pratiques de renouvellement pour augmenter à moyen terme leur production de vaches répondant aux exigences du label rouge" fait valoir Julien Volpelier.

L'organisation de producteurs bovine d'Unicor rassemble 1 500 adhérents au total, sur l'Aveyron et les départements limitrophes dont le Cantal et la Lozère.

Les plus lus

Charlie Peltier est installé depuis trois ans. Son système fourrager est basé sur un ensilage de méteil pour le volume et les prairies multiespèces pour la qualité.
En viande bovine, une installation bien pensée et bien vécue

Installé depuis trois ans en Loire-Atlantique, Charlie Peltier a choisi de conduire un système naisseur économe et autonome en…

génisses rouges des prés
Pac : le montant de l’aide aux bovins allaitants de plus de 16 mois fixé à 106 euros par UGB

À compter de la campagne 2023, les deux aides distinctes pour les bovins allaitants (ABA) et laitiers (ABL) sont remplacées…

Dans un contexte de forte augmentation des charges de fonctionnement des entreprises et des contraintes administratives, la Fédération française des commerçants en bestiaux (FFCB) apporte son soutien total aux éleveurs mobilisés.
Colère des agriculteurs : les négociants en bestiaux menacent de manifester à leur tour

À l’heure où la mobilisation des agriculteurs s’amplifie partout en France, la Fédération française des commerçants en…

vaches de race aubrac
MHE : les critères d’éligibilité pour bénéficier de l’aide d’urgence sont précisés par décret

Dans un décret paru au Journal officiel ce 4 février 2024, le ministère de l’Agriculture détaille le plan d’aide…

bâtiment engraissement jeunes bovins
Colère des agriculteurs : « Nous croulons sous les contraintes et les soutiens manquent à l'appel »

Maxime Latrace, éleveur de bovins viande dans la Nièvre en Gaec avec son frère Antoine, n'a pas l'habitude de participer à des…

SCEA Chaudesaigues dans l’Aude / élevage de gasconnes des Pyrénées
Les huit dossiers sur lesquels la Fédération nationale bovine attend des réponses concrètes en soutien à l’élevage

En conférence de presse ce mardi 23 janvier, la Fédération nationale bovine (FNB) a exprimé, au nom des éleveurs, un…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande