Aller au contenu principal

« Un abattoir ferme tous les mois depuis septembre 2023 », alerte Culture Viande

Sécuriser les éleveurs, c’est sécuriser les abattoirs, rappelle Culture Viande, à l'occasion d'une conférence de presse le 20 février à Paris. Freiner la décapitalisation est la priorité numéro un du syndicat des entreprises françaises de l’abattage-découpe.

Carcasses de bovins suspendues dans un abattoir
La plupart des abattoirs tournent quatre jours sur cinq, faute d'offre suffisante.
© Lucie Pouchard

Entre décapitalisation, flambée des charges industrielles et effets de l'inflation, « un abattoir ferme chaque mois depuis septembre 2023 », alarme Yves Fantou, président de Culture Viande, lors d’une conférence de presse organisée le 20 février à Paris. Pour le syndicat des entreprises françaises de l’abattage-découpe, les fermetures s’expliquent par un manque d’offre et des coûts d’exploitation de plus en plus difficiles à répercuter sur des volumes en diminution.

Entre décapitalisation et augmentation des charges

« Le point important qui a motivé le dépôt de bilan des derniers abattoirs, c’est avant tout le problème de la hausse des coûts des intrants industriels », explique Paul Rouche, directeur de Culture Viande, qui souligne que « le coût de l’énergie a été multiplié par trois ». Les plus petits outils ont été particulièrement affectés. Des charges que les abatteurs peinent à répercuter sur des volumes en diminution, d’autant que les coûts des coproduits payés par les équarrisseurs se sont effondrés. L’Observatoire des prix et des marges reflète bien cette situation : « Pour la viande bovine, la marge nette était passée de 1,2 % en 2021 à 0,8 % en 2022 », cite Paul Rouche, « et ça va s'empirer en 2023 ».

Pour Culture Viande, la priorité doit être de freiner voire d’enrayer la décapitalisation.

 
Yves Fantou président de Culture Viande
Yves Fantou, président de Culture Viande © Culture Viande

« Il est vital pour nos entreprises, notre filière et notre souveraineté alimentaire de tout mettre en œuvre pour assurer le soutien des producteurs et la pérennité de nos élevages », affirme Yves Fantou, président de Culture Viande.

 

 

 

Dans cet objectif, Culture Viande indique avoir encouragé la contractualisation depuis plusieurs années. À date, les adhérents de Culture Viande comptabilisent 10 % d’approvisionnement contractualisés toutes espèces et catégories confondues, allant jusqu’à 40 % pour les jeunes bovins laitiers. « En viande bovine, nous sommes premier acheteur entre 10 et 15 % des volumes » rappelle Paul Rouche.

L’aval se joint aux appels pour la simplification des dossiers administratifs

« On cherche à simplifier [la loi Egalim] de façon que ce soit plus accessible pour nos éleveurs », indique Yves Fantou. En effet, la contractualisation est un dispositif complexe, qui engage les éleveurs sur au moins trois ans. « Le modèle de contrat proposé par Interbev […] fait quand même une dizaine de pages, et où figurent au moins une quarantaine d’informations à fournir, à la fois pour le producteur et pour l’acheteur », complète Paul Rouche. Un changement de paradigme pour le secteur, habitué à la négociation libre. « Sans compter qu’il y a un nombre de producteurs et d’éleveurs de bovins conséquents, donc ça fait des paquets de contrats à signer », ajoute le président du syndicat.

Tout comme les éleveurs, Culture Viande appelle par ailleurs à une simplification des démarches administratives. Parmi les dossiers prioritaires figurent notamment le règlement de lutte contre la déforestation. Autre sujet commun, la dématérialisation des documents d’accompagnements des bovins. Culture Viande souhaite une aide pour financer les investissements lourds que nécessite cette transition jugée essentielle. « En 2024, il faut pouvoir disposer d'outils plus fluides que les boucles », estime Paul Rouche. « Tout ce qu’on peut alléger, gagner en fluidité, nous permettra d’être plus compétitifs et aux éleveurs de gagner plus d’argent », reprend-il.

Le Plan abattoir doit éviter la distorsion de concurrence

« Concernant la Stratégie Abattoirs mise en place par le ministère de l’Agriculture, Culture Viande, le syndicat majoritaire de la branche, a rappelé que le Plan, s’il a pour vocation de préserver un maillage pertinent au niveau de chaque territoire, doit se mettre en œuvre sous conditions : renforcer exclusivement les outils d’abattage conformes à la totalité de la législation, dotés d’une structure viable et ne rentrant pas dans un système subventionné de concurrence déloyale », précise Culture Viande.

Des prix moyens records en 2023 pour les gros bovins

« Le prix moyen pondéré des gros bovins finis a atteint un plafond en mars 2023 à 5,28 €/kg de carcasse (contre 4,71 €/kg en mars 2022), avant de se rétracter pour tomber à 4,90 €/kg en décembre (contre 5,17€ un an plus tôt). En moyenne sur l’année, il a atteint le record absolu de 5,15 €/kg (+4 % par rapport à 2022 et +35 % par rapport à 2021), » indique Culture Viande.

Les plus lus

Camion d'abattoir mobile du Boeuf ethique
L’abattoir mobile du Bœuf éthique vendu aux enchères à Beaune le 17 avril

Plus d’un an après la liquidation du Bœuf Ethique, premier outil d’abattage mobile en France, son matériel est mis en vente…

parage fonctionnel des pieds bovins
Boiteries : « Je me suis formé au parage fonctionnel »

Guillaume Sansoit, éleveur de charolaises dans la Nièvre, a suivi avec un de ses salariés une journée de formation sur le…

L’implantation de la cage est à raisonner pour qu’un homme seul puisse y amener ses bovins en sécurité.
Boiteries : choisir une cage de parage adaptée aux vaches allaitantes

La cage de parage devient un équipement incontournable pour les exploitations touchées par la dermatite digitale. Veillez à…

Les prix d'honneur ont été difficiles à départager au concours de Varennes-sur-Allier (Allier), tenu les 15, 16 et 17 mars en race charolaise. « Une série d'une vingtaine de génisses, aux conformation et qualité de viande hors-normes, s'est particulièrement démarquée. Le lot était très homogène, avec des volumes de carcasse qui dépassaient les 650 kg », rapporte Olivier Chaveroche, responsable au concours.
Bovins de boucherie : les concours de Pâques enregistrent de belles ventes

Après une édition 2023 en demi-teinte, les organisateurs des traditionnels concours de Pâques tirent un bilan plutôt positif…

Légende
« Je conduis mes vaches gasconnes des Pyrénées à 100 % en IA et en système plein air »

Dans le piémont de la montagne Noire, Myriam Collignon élève une centaine de gasconnes des Pyrénées conduites en plein air et…

jeunes bovins charolais boiteries morbihan bretagne
Boiteries : « Nous avons dû jouer sur plusieurs fronts pour lutter contre panaris, Mortellaro et fourbure »

Gwendal Marchand a résolu une bonne partie des problèmes de boiteries sur son exploitation grâce à un audit approfondi avec…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande