Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

Chez Nicolas Onfroy : « Tendre vers une viande zéro carbone »

Pour réduire au maximum l’empreinte carbone de ses Limousines, Nicolas Onfroy, installé dans la Manche a couplé marges de progrès techniques et production d’énergie issue des haies et du solaire.

« Les médias grand public laissent souvent entendre que les producteurs de viande bovine sont des pollueurs. J’ai pourtant l’impression d’être vigilant. Il était important pour moi de mesurer l’impact environnemental de ma ferme et de pouvoir communiquer à mon échelle auprès du consommateur », confie Nicolas Onfroy, à la tête d’un troupeau de 100 mères limousines conduites en agriculture biologique sur 170 hectares de prairies permanentes, à Sainte-Marie-du-Mont, dans la Manche.
L’éleveur a repris la ferme familiale (laitière) en 2014 après un passage dans l’industrie. Il s’est engagé en 2016 dans le projet Life Beef Carbon dont il avait eu écho dans un groupe de travail. Son exploitation fait aujourd’hui partie des 125 fermes innovantes du programme. De ce fait, un diagnostic CAP’2ER de niveau 2 y a été réalisé. Deux journées ont été nécessaires pour évaluer l’empreinte précise du site (mesures de parcelles, gestion des fumiers, achats d’aliments…).
À la restitution des résultats, « j’ai été à la fois agréablement surpris et un peu déçu. Agréablement surpris car mon empreinte carbone était alors de 2,5 kilos équivalent CO2 par kilo de viande vive produite quand la moyenne mondiale est de 27. Déçu sur le coup car il allait être difficile d’établir un plan d’actions ! Mais étant jeune installé, il me restait des marges de progrès techniques. Et pourquoi, ne pas viser une viande neutre en carbone, voire négative. »

Un steak sans impact sur l’environnement

La moyenne nationale des naisseurs s’élève à 12 kg équivalent CO2 par kilo de viande vive produite. L’exploitation dispose donc d’un très bon résultat. Résultat permis en grande partie par le stockage carbone des prairies de l’exploitation. « Mon système tout herbe sur un parcellaire à 70 % en zone de marais, riche en haies (15 976 mètres linéaires) et en ruisseaux, offre une compensation importante des émissions brutes de GES générées par l’élevage et qui s’élève à 83 %. »
Pour continuer à limiter l’impact sur l’environnement, plusieurs pistes ont été suivies pour, à la fois capter le carbone et diminuer les émissions. À commencer par la réduction des animaux improductifs, en limitant le nombre de vaches vides et en raccourcissant le délai entre le dernier vêlage et la réforme. « J’étais en phase d’accroissement (+ 30 vêlages, + 100 hectares par rapport à 2014). J’avais donc tendance à garder des femelles un peu décalées. » Dorénavant un suivi repro est effectué à l’entrée en bâtiment. Les femelles vides partent à l’engraissement. Les veaux sont sevrés. La période de vêlages s’étale sur mars, avril, voire mai. « Je ne compte pas jouer sur l’âge au vêlage. La mise en place de mises bas à l’automne est difficilement compatible avec mon système toute herbe. Seules les femelles engraissées reçoivent un aliment bio acheté en local (13 tonnes par an). Les mères sont au foin l’hiver. Les génisses, vaches de réforme et taureaux, à l’enrubannage. Le surplus de foin produit est aujourd’hui vendu ou échangé contre de la paille », souligne Nicolas Onfroy.

Augmenter la productivité numérique

L’accroissement de la productivité numérique représente un autre axe de travail. L’objectif étant de passer de 247 à 262 kg vv/UGB. Pour cela, l’éleveur s’est penché sur la mortalité des veaux (taux à 10 %), le poids des réformes et des broutards et la réduction de l’intervalle vêlage-vêlage. Les mères sont désormais vaccinées pour limiter les diarrhées des veaux. Les taureaux sont soigneusement sélectionnés pour améliorer la génétique du troupeau et ainsi augmenter de 10 kilos le poids vif des broutards et de 10 kilos le poids carcasse des vaches. Un salarié, pour deux tiers, de son temps a été embauché sur l’exploitation pour seconder l’éleveur, lui-même à mi-temps sur la ferme (gestion d’un hôtel-restaurant avec sa femme en parallèle).
La gestion des fumiers a également été évoquée mais n’a pas été retenue dans le plan d’actions. « Idéalement, il faudrait épandre le fumier dès la sortie de la stabulation, ce que je ne peux pas faire. L’épandage a lieu à l’automne. »

 

graph bilan carbone neutre viande bovine

 

Produire de l’énergie pour compenser les émissions

Pour capter davantage de carbone, trois leviers d’actions ont été identifiés : l’implantation d’arbres et de haies, la valorisation énergétique des haies et l’installation d’une centrale photovoltaïque. « Je suis actuellement à la recherche de financement pour l’implantation de haies dans les marais. Je commence également à réfléchir à l’implantation d’arbres. J’ai par ailleurs substitué ma chaudière fuel pour une chaudière plaquettes pour une valorisation énergétique des haies. J’en consomme un tiers. Le reste est commercialisé localement. » Enfin, 1 600 m2 de panneaux photovoltaïques (250 000 kw) ont été installés sur la stabulation des mères. La centrale photovoltaïque produit de l’énergie à 7 grammes de CO2 par kWh par an, là où la moyenne française est à 20 grammes. « Outre son intérêt environnemental (incidence sur l’empreinte carbone de - 67 %), les panneaux représentent un investissement économiquement intéressant. Ils me permettent de compenser en grande partie les annuités du bâtiment (charpente, cornadis, bétons). »
La mise en place du plan d’actions a permis à l’éleveur d’abaisser son empreinte carbone nette à 1,8 kg eq CO2/kg de viande vive produite. En intégrant les plaquettes bocagères à vocation de chauffage et les panneaux photovoltaïques, la production d’énergie n’étant pas prise en compte dans la démarche, l’empreinte carbone de l’élevage est nulle. Toutes les démarches mises en œuvre n’ont pas impacté le revenu de l’éleveur, la rémunération permise avant et après reste supérieure à 2 Smic/UMO.
« Commercialisant une partie de la production en vente directe et dans mon restaurant (3 à 4 veaux par an, 6 à 7 vaches en vente directe et 5 gros bovins dans le restaurant), j’ai l’occasion d’échanger avec le consommateur sur la performance environnementale de l’élevage. Ils sont plutôt réceptifs lorsque je leur parle d’émissions de gaz ramenées au niveau de viande produite. Les échanges sont globalement positifs », conclut le jeune installé.

Chiffres clés

170 ha de SAU tout herbe
100 Limousines conduites en agriculture biologique
Engraissement des femelles
Vente des mâles en veaux, en broutards ou en reproducteurs
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

chargement de bovins en ferme
[Covid-19] Les abatteurs se démènent pour remplir leur mission

Après une première semaine folle, au cours de laquelle la demande en viande a explosé, les entreprises du commerce et de l'…

Cette étude confirme que le rapport entre le poids de l’animal à la sortie de la ferme et la viande nette réellement utilisable (250 kg), varie selon de nombreux critères amont (race, catégorie de l’animal, état d’engraissement…). © C. Delisle
De l’animal au steak, des rendements passés à la loupe
L’Institut de l’élevage et Interbev ont mis à jour les rendements d’abattage et de découpe des principales races bovines abattues…
[Covid-19] Le marché de la viande bovine bouleversé
Les restrictions prises par les différents Etats membres pour contenir la pandémie de Covid-19 auront inévitablement des effets…
France Conseil Elevage demande le report de toute intervention en élevage
Les entreprises de conseil en élevage demandent le report des interventions de leur techniciens dans les exploitations, se…
Vaches du lot "moins de 8 ans avec une NEC supérieure à 2 à la mise en finition". Ici, 75 jours après le début de la période expérimentale, soit un mois avant abattage.  © OIER des Bordes
Un essai à la ferme des Bordes croise l’effet de l’âge et de la note d’état sur l’engraissement de Charolaises
Avec de jeunes vaches, les croissances en finition sont assurées. Une vache âgée peut être très performante en finition ou pas du…
Yves Lagorsse est parti d’une idée de son épouse pour imaginer et construire ce parc mobile associant râtelier et cornadis et destiné à bloquer des bovins et intervenir plus aisément sur des lots à l’herbe. Construit il y a une vingtaine d’années avec deux voisins à partir de matériaux de récupération, l’outil est toujours utilisé aujourd’hui. Avec 10,5 mètres de long, « il n’est pas aux normes actuelles pour aller sur la route ». Lorsqu’il ... © E. Durand
Un parc mobile pour intervenir en pâtures
Yves Lagorsse, éleveur en Corrèze (19), utilise un parc mobile depuis plus de vingt ans. Il est très pratique pour intervenir sur…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande