Aller au contenu principal

Sauvegarder la rentabilité

La collecte et l’analyse des données réalisées par les réseaux d’élevages Charolais et Rustique ont permis d’étudier plusieurs pistes (nouvelle PAC, conduite d’élevage...) afin de préserver la rentabilité des élevages bovins viande dans un contexte de baisse des prix. Ils ont présenté une partie de leurs travaux au dernier Sommet de l’élevage.

© S. Leitenberger

Quels leviers pour améliorer la rentabilité des élevages bovins viande ? Poser cette question alors même que les prix des bovins finis et du maigre ne cessent de s’éroder depuis le milieu de l’été et que rien de bon n’est annoncé pour les semai- nes à venir sonne comme une provocation. Cette question était pourtant le fil conducteur d’une conférence organisée par les réseaux d’élevages des deux bassins « Charolais » et « Rustique » lors du dernier Sommet de l’élevage — conférence à partir de laquelle est issu l’essentiel du contenu des pages du dossier qui suit.

 

« S’ils sont impuissants face à la conjoncture, les éleveurs peuvent agir dans leur exploitation »


Une évidence tout d’abord : les éleveurs n’ont guère la possibilité d’infléchir les évolutions de la conjoncture. Ils sont impuissants face aux aléas de la diplomatie et aux décisions d’ouverture ou de fermeture des frontières prises par certains pays, lesquelles sont souvent lourdes de conséquences sur le prix des bovins. « Il leur est en revanche possible d’agir sur ce qui se passe dans leurs exploitations », soulignait Emmanuel Bernard, éleveur dans la Nièvre, et président du comité de filière viande bovine de l’Institut de l’élevage.
« Que ce soit sur les bassins Charolais et   Rustique ou dans toutes les autres zones françaises, la collecte et l’analyse des données réalisées par les réseaux d’élevages est riche d’enseignements pour les éleveurs », précisait-il. Le travail de prospective réalisé par ces réseaux est précieux pour analyser bien en amont l’impact de différents scénarios sur le fonctionnement des exploitations.

Pour en savoir plus

voir dossier Réussir Bovins viande de novembre 2014. RBV n°220, p. 25.

Au sommaire :

p. 26 - Le salut ne passera pas par la nouvelle PAC
Les modalités d’attribution des aides

p. 30 - Vérifier si tous les postes sont optimisés
Dans la zone d’élevage Charolais

p. 34 - Améliorer le revenu dans le réseau « rustique »
Autonomie fourragère, finition ...

p. 36 - Une conduite économe à la dimension du cheptel
Willy Auvrouin, éleveur dans l’Aveyron

p. 38 - 140 euros de plus-value par tête pour dix très jeunes bovins
Michel Fruquière dans le Cantal

p. 40 - Le vêlage à 2 ans pour réduire les UGB improductives
Jean-Louis Magne, éleveur dans le Cantal

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Prix des céréales : les raisons de la flambée des cours
Grandes Cultures
Blé, orge, maïs : les prix de l'ensemble des marchés des céréales ont connu une hausse brutale ces dernières semaines. Cette…
filet brise-vent
Plan de relance : des aides pour la biosécurité et le bien-être animal
Le volet agricole du plan de relance comprend une mesure « pacte biosécurité et bien-être animal ». Le dispositif sera piloté par…
Cette année, la campagne de vêlages se passe vraiment bien avec 85 % de vêlages sans aide, et les retours en chaleurs sont nettement plus rapides qu’auparavant. Pour certaines, c’est quinze jours après le vêlage. © S. Bourgeois
Une approche globale pour une reproduction au top
Des vaches bien préparées au vêlage retournent vite en chaleurs. C’est l’expérience qu’a faite Jean-Michel Michelot, éleveur dans…
Le plan protéines n’oublie pas l’herbe

La stratégie nationale protéines végétales, dévoilée le 1er décembre vise à réduire la…

"Un veau qui ne se lève pas se remarque rapidement ce qui permet de le prendre en charge sans délai », soulignent les éleveurs interrogés sur leur conduite de limitation des tétées. © C. Delisle
Y a-t-il un intérêt à limiter l’accès des veaux à leurs mères ?
Dans le cadre du projet Optirepro, l’Institut de l’élevage et la chambre d’agriculture des Pays de la Loire se sont penchés sur…
Laurent Poirier, naisseur engraisseur de Charolaises. « Je ne vois pas le blocage des veaux comme une contrainte mais plutôt comme l’opportunité de faire un point sur la production laitière de mes vaches. » © C. Delisle
« Mes veaux sont plus dociles et homogènes avec la limitation des tétées »
Laurent Poirier trouve de nombreux avantages à limiter les tétées à deux lâchers par jour à compter de la rentrée stabulation…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande