Aller au contenu principal

Maladies respiratoires
Réagir tôt et surtout prévenir

Nombreux sont les élevages allaitants confrontés aux maladies respiratoires, surtout sur les animaux de moins d’un an. Savoir réagir vite et accepter de considérer le problème dans sa globalité sont alors essentiels.

Dans les cheptels allaitants, les problèmes respiratoires sont fréquents. Une enquête réalisée entre 2000 et 2003 par les GDS de Bourgogne, auprès des éleveurs adhérents de la Charte sanitaire, a montré que ces pathologies touchent environ un quart des élevages (parmi ceux qui ont répondu), au moins pour les jeunes animaux de 1 mois jusqu’au sevrage. Ces troubles respiratoires sont les problèmes sanitaires les plus fréquemment rencontrés pour cette catégorie d’animaux. Pour les animaux les plus jeunes, ils sont là aussi fréquents. Ils se situent en troisième position derrière les diarrhées néonatales et les gros nombrils. Pour estimer au plus juste l’impact que ces troubles peuvent avoir sur un élevage, il faut tenir compte de nombreux éléments. De nombreuses études (1) ont ainsi été menées, en particulier en atelier d’engraissement. Quelques chiffres : le taux de mortalité des animaux atteints de maladies respiratoires varie de 2,9 % à 9,5 %. La mortalité liée à ces troubles représente 45 à 60 % de la mortalité totale observée dans ces ateliers. Le temps passé pour les traitements individuels est de 10 à 45 minutes selon le système de contention disponible. Le ralentissement de la croissance se traduit par des pertes de GMQ de 60 à 70 grammes par jour en moyenne, mais peut atteindre 110 à 180 grammes par jour quand les troubles sont intenses. Des lésions irréversibles des poumons se traduisent aussi par des retards de croissance. Sont également pris en compte les coûts de traitement et de prévention (vaccins antibio, prévention). L’impact estimé est de 8 à 83 € par jeune bovin mis en lot, selon la gravité de l’épisode. En moyenne, les troubles respiratoires représentent 15 % du revenu des exploitations d’engraissement spécialisées. Le terme « pathologies respiratoires » est bien général… et pour cause ! Il est en fait très difficile de les distinguer les unes des autres par les seuls signes cliniques : les veaux toussent, mouchent, sont abattus… ou encore battent des flancs… De nombreux germes peuvent être incriminés ; à l’exception de certains cas particuliers, comme la bronchite vermineuse qui sévit en été, il s’agit le plus souvent de virus (RSV, PI3…) ou de bactéries (pasteurelles,mycoplasmes…), fréquemment associés, qui sévissent à des périodes à risques particuliers (allotement, froid, humidité…). Mais attention à ne pas se focaliser sur LA cause infectieuse ! Bien d’autres facteurs interviennent dans le déclenchement et le développement de ces maladies. D’une part, les bovins sont souvent qualifiés « d’insuffisants respiratoires chroniques », dans le sens où leurs poumons sont naturellement fragiles, sous-dimensionnés (12 litres pour 500 kilos, à comparer aux 42 litres des chevaux). D’autre part, ils peuvent être confrontés à de nombreux facteurs de risque : le niveau de transfert immunitaire, le parasitisme, la qualité de la ration, les mélanges et les introductions d’animaux, les stress… et le bâtiment. En effet, l’ambiance du bâtiment, son aménagement… jouent un rôle essentiel. Si on ne peut pas toujours avoir une stabulation idéale, ni la transformer de fond en comble, il y a parfois des moyens simples et peu coûteux pour améliorer une situation défavorable. Quand on est confronté à des problèmes respiratoires dans son élevage, il faut avant tout agir rapidement et précocement, en particulier dans la détection et la prise en charge des animaux malades; il s’agit alors de limiter la propagation de la maladie et le développement de lésions irréversibles. Mais il est également important de prendre le temps de considérer l’élevage dans son ensemble, que ce soit au niveau du bâtiment ou de la gestion des animaux.

(1) La Dépêche technique n°112, N. Bareille, E. Timsit, S. Assié.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Les litières sont composées de paille mais également de plaquettes forestières issues de l’entretien des nombreuses haies présentes sur le parcellaire avec le choix récent d’en laisser « monter » quelque unes pour conforter la ressource en bois sur pied et s’adapter aux évolutions du climat avec davantage d’ombre en été. © F. d'Alteroche
"Un maximum de productivité par UTH et par UGB avec mon troupeau Charolais"
Bonne productivité numérique, mortalité maîtrisée, croissances de bon niveau, vêlage à deux ans de plus en plus fréquent… Tous…
Benoît Dazy. "Nos portes sont ouvertes pour nos clients, aux écoles et à toute personne qui en émet le désir afin de partager notre vision de l’élevage." © S. Bourgeois
" Quarante vaches aubracs vendues en direct "
Benoît Dazy s’attache à garder un système ultra simple, avec 40 vêlages en système bœufs et vente directe. Il trouve un bon …
La Chine fait s'envoler les cours des matières premières pour l'engraissement des bovins
La hausse est impressionnante. Elle ne concerne malheureusement pas le prix de la viande bovine mais celle des différentes…
FCO : des mesures dérogatoires s'appliqueront avec l'Italie et l'Espagne
La Loi de Santé Animale s'applique à partir du 21 avril 2021. GDS France informe que des accords ont été trouvés avec l'Italie et…
signature du partenariat entre Cloé et Charal ayant eu lieu ce jour (Alexandre RAGUET, Directeur de Cloé et Franck LUCAS, Directeur des Etablissements Charal Metz)
Un contrat Label Rouge "gros bovins" entre Cloé, Charal et Cora
L'union de coopératives Cloé a signé le 7 avril 2021 un contrat tripartite avec les établissements Charal de Metz et Cora. Il est…
Les Japonais sélectionnent une souche de bovins pour l’élevage urbain
Nanifier les vaches pour les élever sur les toits des immeubles et favoriser ainsi l’élevage urbain et les circuits courts. Tel…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande