Aller au contenu principal

Races rustiques : recueillir de nouveaux phénotypes

Sérustic est un programme de recherche lancé par les trois races rustiques Aubrac, Gasconne des Pyrénées, Salers et le collectif Coram afin d’approfondir la collecte sur certains phénotypes.

Aménagements pour l'individualisation de l'auge d'alimentation à la station d'évaluation de Saint-Chély-d'Aubrac dans l'Aveyron.
© Union Aubrac

Lancé en juillet 2017 pour une durée de trois ans, le projet Sérustic (1) a pour objectif de valoriser au maximum le temps de présence des animaux en station, en expérimentant un recueil de nouveaux phénotypes tout en répondant à l’enjeu de la double performance économique et environnementale. Il le fait, bien évidemment, de manière complémentaire au protocole réglementaire, appliqué pour toutes les races à viande. Ce programme concerne les trois races rustiques Aubrac, Gasconne des Pyrénées et Salers et implique les trois organismes de sélection des races, le Coram (collectif des races des massifs) et l’Institut de l’élevage. L’école nationale vétérinaire de Toulouse et l’Inra de Theix viennent également en appui.

« Quatre axes de recherche ont été définis comme prioritaires (sanitaire, efficacité alimentaire, qualité de viande, comportement), un spécifique pour chaque race et un commun aux trois races. La station raciale gasconne, à Villeneuve du Paréage dans l’Ariège, se consacre au volet sanitaire. Ceci passe par une meilleure connaissance des mécanismes naturels de résistance génétique aux parasites internes et externes, dans l’optique de limiter les traitements sur des animaux à vocation pastorale. La station raciale Aubrac de la Borie, à Saint-Chély-d’Aubrac dans l’Aveyron, évalue quant à elle, la capacité de valorisation des fourrages des veaux en station, au travers de leur capacité d’ingestion et de la transformation des fourrages grossiers. L’objectif étant de renforcer l’autonomie des exploitations par la valorisation optimale des ressources alimentaires fournies par les estives, parcours, prairies… La station raciale Salers de Saint-Bonnet-de-Salers, dans le Cantal, s’emploie à l’estimation de la qualité organoleptique et nutritionnelle des viandes par des mesures de la composition corporelle (évaluation du rapport muscle/gras) en vue de fournir des animaux répondant mieux aux exigences qualitatives des cahiers des charges des labels raciaux (persillé, tendreté de la viande…) et aux attentes des consommateurs », note Germain Tesnière, ingénieur de recherche au Coram.

Le dernier axe, commun aux trois races, concerne l’évaluation génétique de la docilité et la réactivité à l’homme dans les protocoles station et son intégration dans les objectifs de sélection. Son intérêt est de simplifier le travail des éleveurs dans un contexte d’agrandissement des troupeaux. Si les résultats obtenus sur les protocoles sanitaire et qualité de viande apparaissent prometteurs, ils pourront alors être transposés à l’une des deux autres races rustiques du projet en troisième année d’essais.

(1) Développement d’un protocole complémentaire en station d’évaluation des races rustiques bovines allaitantes, financé par le compte d’affectation spéciale "développement agricole et rural" (Casdar) attribué par FranceAgriMer au Coram.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Lorsqu’elle est en position haute, la partie inférieure de la barrière se situe à 5 mètres du sol et n’est donc pas pénalisante pour rentrer dans la stabulation avec du gros matériel et en particulier pour curer le fumier. © F. d'Alteroche
Une stabulation aux nombreuses astuces
Au Gaec de l’Armançon en Côte-d’Or, la principale stabulation héberge 128 vaches suitées. Elle intègre différents équipements mis…
Les jeunes bovins au plus bas alors qu’ils devraient être au plus haut
Alors qu’ils devraient être au plus haut à cette période de l’année, les prix des taurillons finis sont au plus bas. Peu prisée…
La vente directe représente le  débouché pour en moyenne une vache par mois, parmi celles âgées de huit ans maximum. L'éleveur vend également en direct à peu près six veaux par an. © S. Bourgeois
Différents régimes pour l'engraissement des vaches de race Blonde d'Aquitaine
Des séries d’essais ont été menées dans le cadre du projet Défiblonde entre 2016 et 2020 pour affiner les connaissances sur les…
Franck Baechler. "Le bétail aide à redynamiser les flux de carbone." © S. Bourgeois
Franck Baechler : être autonome et construire mon sol
Installé depuis trois ans en agriculture de conservation des sols dans le Loir-et-Cher, Franck Baechler a introduit dans son…
Jérôme Mélard, éleveur à Puttigny en Moselle, diversifie les débouchés de son atelier d'engraissement avec des génisses Prim'herbe.  © Cloe
Des babynettes avec au moins 35 % d’herbe pour la filière Prim’herbe
L’union de coopératives Cloé démarre un partenariat avec le groupe Carrefour. La filière Prim’herbe vise à approvisionner le…
Le nombre de petits cheptels ne cesse de diminuer mais la progression des unités de grande dimension tend à se stabiliser.
Fortes évolutions démographiques à prévoir pour les systèmes allaitants
À la demande d’Interbev et de la Confédération nationale de l’élevage, l’Institut de l’élevage a analysé la décapitalisation…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande