Aller au contenu principal
Font Size

Alimentation des bovins
Quel niveau d´apport azoté en finition de génisses blondes ?

Le niveau des apports azotés en finition pour des génisses blondes de boucherie fait l´objet d´essais à la ferme expérimentale de Mauron en Bretagne.


Une enquête réalisée en Bretagne et Pays de la Loire par les Chambre d´agriculture et l´Institut de l´élevage a montré que les éleveurs apportaient en moyenne 115 g de PDI par UF à des génisses blondes d´Aquitaine en finition. Alors que les recommandations « classiques » sont pour des génisses « viande » de plutôt 80 à 90 g de PDI/UF (et 90 g de PDI/UF pour des vaches de réforme). Dans le cadre d´un essai à la ferme expérimentale de Mauron (Morbihan) ont été comparées les finitions de génisses blondes à 90 g de PDI/UF et à 125 g PDI/UF, avec un régime à base de maïs ensilé, foin, et d´un mélange tourteau de soja, blé et CMV. Les deux lots ont reçu la même quantité de concentré (0,8 kg de soja + 1,67 kg de blé pour le lot à 90 g de PDI et uniquement 2,47 kilos de soja pour le lot à 125 g PDI). « Le lot recevant plus d´azote a ingéré 0,65 kg de matière sèche par jour de plus que l´autre lot. Avec plus d´azote dans la ration, le transit est un peu plus rapide et l´appétit un peu augmenté », commente Alain Guillaume de l´EDE du Morbihan.

Les quantités de foin et de concentrés ayant été constantes, c´est du maïs ensilé en plus qu´elles ont consommé, et elles ont réalisé du coup une croissance équivalente à 100 g de plus par jour que les génisses à 90 g PDI/UF. Celles-ci ont eu besoin de vingt jours de plus pour atteindre le poids d´abattage visé de 718 kilos, vif. Aucun impact sur la conformation et l´état d´engraissement n´a été mis en évidence.
©S. Bourgeois

Une répétition de l´essai en cours
« La conduite avec 115 g PDI/UF a un coût d´alimentation un peu supérieur (15 euros par génisse dans l´essai) et les rejets azotés estimés selon la méthode du bilan des minéraux sont supérieurs de 30 % », note Alain Guillaume.
Une répétition de l´essai est en cours. Elle vise à comparer les performances de génisses blondes recevant 95-100 g de PDI/UF ou 135 g de PDI/UF. « Sur les trois premiers mois d´engraissement, le lot recevant 135 g de PDI/UF a réalisé 220 g de GMQ de plus que l´autre. » A suivre !
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

L’intérêt de l’épeautre en alimentation du troupeau allaitant tient à la présence des glumes.
L'épeautre, une céréale qui n'apporte pas que de l'énergie
Par la présence des enveloppes du grain riches en cellulose, l’épeautre est utile en engraissement pour sécuriser la ration. Il…
carte Arvalis estimation date de début de récolte du maïs ensilage
Les ensilages de maïs pourraient débuter plus tôt que prévu
Arvalis a publié une carte des dates de début possible des chantiers d'ensilage de maïs. Ce sera autour du 20 août en Rhône-Alpes…
abattage à la ferme loire atlantique
L'AALVie lance un financement participatif pour son projet d'abattage à la ferme
L'association AALVie (abattage des animaux sur le lieu de vie) a dévoilé son projet lors d'une conférence de presse le 7 juillet…
broutards charolais au pré
L'offre en broutards restera limitée dans les prochains mois

Au 1er juin 2020, on dénombrait 511 000 mâles de race allaitante âgés de 6 à 12 mois dans la BDNI : un effectif en recul de 3…

David Durand, éleveur au GAEC des Gariottes (à gauche) et Christophe Seringe, technicien d’élevage à la SCA Le pré vert (à droite), un tandem de choc pour développer le veau rosé bio. © E. Durand
Le veau rosé bio comme alternative au broutard
Le veau rosé bio s’est développé depuis une dizaine d’années dans le Sud-Ouest. Pour le Gaec des Gariottes en Corrèze, cette…
Un seul gros bovin est traité à la fois et le temps entre la saignée et l’éviscération ne doit pas dépasser une heure. © AALVIE
Un caisson mobile pour abattre les animaux à la ferme
Depuis trois ans, des éleveurs de Loire-Atlantique et de Vendée préparent la mise en place de caissons mobiles pour abattre les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande