Aller au contenu principal

Alimentation des bovins
Quel niveau d´apport azoté en finition de génisses blondes ?

Le niveau des apports azotés en finition pour des génisses blondes de boucherie fait l´objet d´essais à la ferme expérimentale de Mauron en Bretagne.


Une enquête réalisée en Bretagne et Pays de la Loire par les Chambre d´agriculture et l´Institut de l´élevage a montré que les éleveurs apportaient en moyenne 115 g de PDI par UF à des génisses blondes d´Aquitaine en finition. Alors que les recommandations « classiques » sont pour des génisses « viande » de plutôt 80 à 90 g de PDI/UF (et 90 g de PDI/UF pour des vaches de réforme). Dans le cadre d´un essai à la ferme expérimentale de Mauron (Morbihan) ont été comparées les finitions de génisses blondes à 90 g de PDI/UF et à 125 g PDI/UF, avec un régime à base de maïs ensilé, foin, et d´un mélange tourteau de soja, blé et CMV. Les deux lots ont reçu la même quantité de concentré (0,8 kg de soja + 1,67 kg de blé pour le lot à 90 g de PDI et uniquement 2,47 kilos de soja pour le lot à 125 g PDI). « Le lot recevant plus d´azote a ingéré 0,65 kg de matière sèche par jour de plus que l´autre lot. Avec plus d´azote dans la ration, le transit est un peu plus rapide et l´appétit un peu augmenté », commente Alain Guillaume de l´EDE du Morbihan.

Les quantités de foin et de concentrés ayant été constantes, c´est du maïs ensilé en plus qu´elles ont consommé, et elles ont réalisé du coup une croissance équivalente à 100 g de plus par jour que les génisses à 90 g PDI/UF. Celles-ci ont eu besoin de vingt jours de plus pour atteindre le poids d´abattage visé de 718 kilos, vif. Aucun impact sur la conformation et l´état d´engraissement n´a été mis en évidence.
©S. Bourgeois

Une répétition de l´essai en cours
« La conduite avec 115 g PDI/UF a un coût d´alimentation un peu supérieur (15 euros par génisse dans l´essai) et les rejets azotés estimés selon la méthode du bilan des minéraux sont supérieurs de 30 % », note Alain Guillaume.
Une répétition de l´essai est en cours. Elle vise à comparer les performances de génisses blondes recevant 95-100 g de PDI/UF ou 135 g de PDI/UF. « Sur les trois premiers mois d´engraissement, le lot recevant 135 g de PDI/UF a réalisé 220 g de GMQ de plus que l´autre. » A suivre !
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Lorsqu’elle est en position haute, la partie inférieure de la barrière se situe à 5 mètres du sol et n’est donc pas pénalisante pour rentrer dans la stabulation avec du gros matériel et en particulier pour curer le fumier. © F. d'Alteroche
Une stabulation aux nombreuses astuces
Au Gaec de l’Armançon en Côte-d’Or, la principale stabulation héberge 128 vaches suitées. Elle intègre différents équipements mis…
Les jeunes bovins au plus bas alors qu’ils devraient être au plus haut
Alors qu’ils devraient être au plus haut à cette période de l’année, les prix des taurillons finis sont au plus bas. Peu prisée…
La vente directe représente le  débouché pour en moyenne une vache par mois, parmi celles âgées de huit ans maximum. L'éleveur vend également en direct à peu près six veaux par an. © S. Bourgeois
Différents régimes pour l'engraissement des vaches de race Blonde d'Aquitaine
Des séries d’essais ont été menées dans le cadre du projet Défiblonde entre 2016 et 2020 pour affiner les connaissances sur les…
Franck Baechler. "Le bétail aide à redynamiser les flux de carbone." © S. Bourgeois
Franck Baechler : être autonome et construire mon sol
Installé depuis trois ans en agriculture de conservation des sols dans le Loir-et-Cher, Franck Baechler a introduit dans son…
Le nombre de petits cheptels ne cesse de diminuer mais la progression des unités de grande dimension tend à se stabiliser.
Fortes évolutions démographiques à prévoir pour les systèmes allaitants
À la demande d’Interbev et de la Confédération nationale de l’élevage, l’Institut de l’élevage a analysé la décapitalisation…
Une rémunération possible des éleveurs pour les efforts fournis en matière de réduction de l’empreinte carbone
Les webinaires d’automne de l’Institut de l’élevage ont été l’occasion de faire un point sur le plan carbone de la filière viande…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande