Aller au contenu principal

Produire une viande bas carbone : un avantage également économique !

Le gouvernement a doté la France d’un objectif ambitieux, atteindre la neutralité carbone en 2050. L’agriculture, comme l’ensemble des secteurs à émissions diffuses (habitat, déchets…), devra donc participer à l’effort de réduction des émissions de gaz à effet de serre.

 © F. d'Alteroche
© F. d'Alteroche

Alors que la forêt amazonienne brûle, que nos gouvernements signent de plus en plus d’accords de libre-échange permettant l’arrivée massive de viandes peu vertueuses, que le secteur des transports explose, que notre société est de plus en plus consommatrice de biens, on peut se demander pourquoi réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES) de l’élevage ! Le premier argument est économique ! Car efficience environnementale (qualité air, eau, sol ; biodiversité ; moins d’émissions) rime avec efficience technico-économique ! Ensuite, « au même titre que les autres secteurs d’activité, l’élevage est concerné par la lutte contre le réchauffement climatique, auquel il est directement confronté », souligne Caroline Guinot d’Interbev. Le Giec est formel, les besoins en adaptation seront moindres si on reste à + 1,5 °C plutôt qu’à + 2 °C. Il faut donc réduire les émissions de GES et les compenser en stockant du carbone dans les sols et la biomasse. Et l’élevage et le secteur forestier sont les seuls à avoir une carte à jouer dans les deux cas.

À l’heure où les controverses et questionnements autour des GES dans l’agriculture sont nombreux, notamment depuis la publication du rapport de la FAO (Livestock long shadow) en 2006, il est important de se saisir du sujet. « L’interprofession avec l’Institut de l’élevage s’engagent depuis de nombreuses années à répondre aux nouveaux enjeux de durabilité, en essayant de mieux identifier GES, leviers de réduction des émissions et stockage carbone. Ce travail s’est concrétisé fin 2015 avec le lancement du programme de recherche de la filière viande bovine (Life Beef Carbon). Il est important pour l’éleveur de pouvoir faire le lien entre pratiques et impacts sur le changement climatique et de savoir en parler », ajoute Caroline Guinot. Dans un contexte d’urgence climatique (réchauffement, amenuisement des ressources), on n’a que le choix de produire plus et mieux avec moins.

Définition

On entend par neutralité carbone, l’atteinte de l’équilibre entre les émissions de gaz à effet de serre et les absorptions anthropiques (forêt, prairies, sols agricoles, zones humides…) à l’échelle territoriale.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

La réforme des cotations "gros bovins entrée abattoir" entre en application
Depuis le 2 août 2022, est entrée en vigueur la réforme des cotations "gros bovins entrée abattoir". Des cotations mensuelles…
[Maïs ensilage] Valoriser au mieux les parcelles touchées par la sécheresse et la canicule
Arvalis Institut du Végétal donne des clés d’orientations pour la conduite des chantiers de maïs ensilage dans les parcelles plus…
Net recul des naissances de veaux allaitants sur la campagne 2021-2022
L’érosion du cheptel allaitant se traduit sans surprise par un net recul des naissances de veaux de race à viande. Les effets de…
[Sécheresse] "Une situation inédite et très préoccupante pour les éleveurs"
Julien Tuffery, éleveur d'aubracs et vice-président de la Chambre d'agriculture de Lozère, évoque les difficultés rencontrées par…
Les coproduits peuvent avoir différentes voies de valorisation comme l’alimentation animale, la valorisation comme matière première dans une autre industrie, la valorisation agronomique (compostage, fertilisation) et les valorisations énergétiques (méthanisation, combustion).
Coproduits pour l'alimentation des bovins : un gisement de plus en plus convoité
La valorisation des coproduits issus des industries agroalimentaires a longtemps permis aux éleveurs du Grand Est de bénéficier…
Des stimuli aversifs, audio ou électriques sont générés par un appareil fixé sur le cou de chaque animal, en lien avec la position de ce dernier.
Clôtures virtuelles : premiers résultats intéressants en fermes expérimentales
Arvalis et l’Institut de l’élevage livrent les premiers résultats des essais scientifiques menés dans leurs stations…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande