Aller au contenu principal

Prendre en charge la douleur lors d’une césarienne

Un anti-inflammatoire non-stéroïdien administré au moment de la césarienne tend à améliorer l’IVV et le taux de gestation l’année suivante. C’est ce que montre une étude clinique portant sur 127 génisses charolaises.

Les douleurs dues à la césarienne sont à l’origine d’une diminution de la prise alimentaire, contribuant au déficit énergétique souvent observé et associé à une diminution de la fécondité.
© J.-M. Nicol

Une étude a été menée par l’École nationale vétérinaire de Maisons-Alfort, le GTV de Bourgogne-Franche-Comté et Boehringher-Ingelheim pour évaluer la prise en charge de la douleur et de l’inflammation lors d’une césarienne (1).

« La césarienne est un acte douloureux, plus douloureux qu’une mise bas par les voies naturelles, avec des conséquences en termes de récupération post-chirurgicale, d’involution utérine et de reprise de cyclicité », explique Vincent Mauffré de l’École nationale vétérinaire de Maisons-Alfort dans une communication publiée aux 3R en décembre 2018. « Ces douleurs sont à l’origine d’une diminution de la prise alimentaire, contribuant au déficit énergétique souvent observé et associé à une diminution de la fécondité. »

Un essai clinique a été conduit sur 127 génisses charolaises, âgées de trois ans environ et prévues pour le renouvellement ayant subi une césarienne. Elles n’avaient pas connu de problème de santé majeur auparavant, leur note d’état corporel était comprise entre 2,5 et 4, et elles ne présentaient pas de complication, ni préopératoire (déchirure de l’utérus…), ni post-césarienne (prolapsus utérin, métrite, péritonite). Le protocole chirurgical était standardisé. Une moitié d’entre elles ont reçu du meloxicam avant césarienne.

Les résultats montrent que le taux de vêlage dans l’année suivant la césarienne est plus élevé pour le lot ayant été traité avec du meloxicam : il est de 84,4 % contre 67,8 %. L’intervalle vêlage-vêlage n’est pas significativement différent entre les deux lots, mais il tend cependant à être plus court de 13 jours pour celles qui avaient reçu du meloxicam (406 jours contre 419 jours). Dans le lot ayant été traité, 63,3 % des vaches ont un IVV inférieur à la moyenne dans cette étude — 412 jours — contre 43,3 % pour le lot témoin. Le taux de réforme des deux lots est statistiquement équivalent, bien qu’il soit de 6 % pour le lot traité contre 13 % pour le lot témoin.

« Ces tendances nécessitent d’être confirmées sur un échantillon plus important, conclut Vincent Mauffré. Il semblerait que les effets bénéfiques soient plus prononcés lors d’une mise en œuvre de la prise en charge de la douleur au moment de la césarienne, ce qui est le cas dans cette étude, plutôt que dans les jours ou semaines suivantes comme pratiqué dans d’autres essais cliniques. »

(1) Prise en charge de la douleur post-opératoire lors de la césarienne chez la génisse allaitante et évaluation de paramètres de reproduction, Mauffré et collaborateurs, journées 3R 2018.

Une meilleure acceptation du veau

Des publications de 2014 avaient montré que l’utilisation de meloxicam lors de la césarienne « s’accompagnait d’une diminution des manifestations douloureuses chez les vaches traitées, avec une meilleure acceptation des veaux, veaux qui présentaient par ailleurs des niveaux d’IgG sériques supérieurs attestant d’un transfert colostral plus efficace. »

Les plus lus

Bovins viande : un revenu 2022 bas, sauf pour les systèmes avec cultures
L'Institut de l'Elevage a simulé sur cas-types le revenu 2022 des élevages bovins viande. Hausse des prix des bovins et hausse…
« Le marché italien et le développement de primes spécifiques à la vache allaitante, ont véritablement permis le maintien et le développement du naissage en France, notamment dans les zones défavorisées », souligne Philippe Chotteau, chef du département économie de l’Institut de l’élevage.
Bovins viande : vers un retour aux faibles effectifs des années 1980 ?
Rétrospective avec Philippe Chotteau, chef du département économie de l’Institut de l’élevage, sur les évènements qui ont jalonné…
taureau race limousine
A Lanaud, quatre taureaux limousins vendus aux enchères plus de 15 000 euros
100 % des veaux ont été vendus lors des enchères pour la deuxième série de taureaux limousins issus de la station nationale de…
Stéphanie Mocques-Goure donne la priorité aux résultats économiques. Sur son exploitation, tout est géré au mieux pour limiter les charges et pouvoir se dégager un revenu.
Bovins viande : « Je veux vivre de mon métier »
À Beaufort-en-Anjou dans le Maine-et-Loire, Stéphanie Mocques-Goure a transformé en profondeur son système pour réussir à se…
Elevage bovins viande : mieux s'organiser pour mieux vivre au travail
Elevage bovins viande : mieux s'organiser pour mieux vivre au travail
Le travail, sujet très personnel n’est pas facile à aborder. Pourtant, il est un point de tension de plus en plus fort pour les…
Les cours des broutards charolais stabilisés à haut niveau
Les cours des broutards charolais stabilisés à haut niveau
Durant les derniers mois de l’année 2022, les cours des broutards sont restés stables ou ont à peine diminué.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande