Aller au contenu principal
Font Size

Pour une appellation veau inscrite dans les textes

La filière veau d’Aveyron et du Ségala souhaite que la dérogation, qui lui permet d’utiliser l’appellation veau jusqu’à 10 mois, figure noir sur blanc dans les textes réglementaires.

Elevé sous la mère, le veau d’Aveyron et du Ségala est abattu à un âge moyen de 247 jours et à un poids moyen carcasse de 231 kg. Il représente 50 % de la production française de veaux label rouge.
© B. Griffoul

On croyait l’affaire réglée, mais elle ne l’était pas. La filière veau d’Aveyron et du Ségala, qui bénéficie d’une double identification (label rouge et IGP), revient à la charge pour faire reconnaître définitivement son appellation veau. En 2007, la réglementation française a fixé la barre à 8 mois pour l’appellation veau. Entre 8 et 12 mois, l’animal est un jeune bovin. Or, l’âge d’abattage des animaux, dans la filière aveyronnaise, se situe entre 6 et 10 mois, avec une moyenne à 8 mois et 5 jours. En 2007, la filière, faisant valoir son antériorité, a obtenu une dérogation européenne pour considérer toute sa production comme du veau. Mais le découplage ultérieur de l’IGP, européenne, et du label rouge, français, a créé une incohérence entre les deux signes de qualité : l’IGP permettant l’appellation veau pour tous les animaux, le label rouge jusqu’à 8 mois seulement. Un « deal » avec l’administration française a néanmoins permis à continuer à utiliser l’appellation veau pour toute sa production. Mais sans que cela ne soit écrit noir sur blanc. Les quatre abattoirs agréés travaillent tous les animaux labellisés comme du veau. « Les personnes ont changé dans l’administration et, parfois, les nouveaux interlocuteurs s’en tiennent au texte, explique Agnès Mallet de Chauny, directrice de l’interprofession (IRVA). Les remises en cause administratives sont de plus en plus fréquentes, dues à ce que l’administration française n’a jamais écrit ce qu’elle applique de fait sur le terrain. » L’interprofession veut donc saisir l’occasion de la réécriture des conditions de production communes aux produits label rouge, qui est en cours, pour que le droit d’utiliser pleinement l’appellation veau soit définitivement inscrit dans les textes. « Nous ne remettons pas en cause la réglementation, mais nous demandons une position claire de la France pour que le label rouge nous autorise à continuer d’appeler veau la totalité de notre production, tout simplement parce que c’est un veau », poursuit la directrice de l’IRVA.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

L’intérêt de l’épeautre en alimentation du troupeau allaitant tient à la présence des glumes.
L'épeautre, une céréale qui n'apporte pas que de l'énergie
Par la présence des enveloppes du grain riches en cellulose, l’épeautre est utile en engraissement pour sécuriser la ration. Il…
carte Arvalis estimation date de début de récolte du maïs ensilage
Les ensilages de maïs pourraient débuter plus tôt que prévu
Arvalis a publié une carte des dates de début possible des chantiers d'ensilage de maïs. Ce sera autour du 20 août en Rhône-Alpes…
abattage à la ferme loire atlantique
L'AALVie lance un financement participatif pour son projet d'abattage à la ferme
L'association AALVie (abattage des animaux sur le lieu de vie) a dévoilé son projet lors d'une conférence de presse le 7 juillet…
broutards charolais au pré
L'offre en broutards restera limitée dans les prochains mois

Au 1er juin 2020, on dénombrait 511 000 mâles de race allaitante âgés de 6 à 12 mois dans la BDNI : un effectif en recul de 3…

David Durand, éleveur au GAEC des Gariottes (à gauche) et Christophe Seringe, technicien d’élevage à la SCA Le pré vert (à droite), un tandem de choc pour développer le veau rosé bio. © E. Durand
Le veau rosé bio comme alternative au broutard
Le veau rosé bio s’est développé depuis une dizaine d’années dans le Sud-Ouest. Pour le Gaec des Gariottes en Corrèze, cette…
Un seul gros bovin est traité à la fois et le temps entre la saignée et l’éviscération ne doit pas dépasser une heure. © AALVIE
Un caisson mobile pour abattre les animaux à la ferme
Depuis trois ans, des éleveurs de Loire-Atlantique et de Vendée préparent la mise en place de caissons mobiles pour abattre les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande