Aller au contenu principal

Pour une appellation veau inscrite dans les textes

La filière veau d’Aveyron et du Ségala souhaite que la dérogation, qui lui permet d’utiliser l’appellation veau jusqu’à 10 mois, figure noir sur blanc dans les textes réglementaires.

Elevé sous la mère, le veau d’Aveyron et du Ségala est abattu à un âge moyen de 247 jours et à un poids moyen carcasse de 231 kg. Il représente 50 % de la production française de veaux label rouge.
© B. Griffoul

On croyait l’affaire réglée, mais elle ne l’était pas. La filière veau d’Aveyron et du Ségala, qui bénéficie d’une double identification (label rouge et IGP), revient à la charge pour faire reconnaître définitivement son appellation veau. En 2007, la réglementation française a fixé la barre à 8 mois pour l’appellation veau. Entre 8 et 12 mois, l’animal est un jeune bovin. Or, l’âge d’abattage des animaux, dans la filière aveyronnaise, se situe entre 6 et 10 mois, avec une moyenne à 8 mois et 5 jours. En 2007, la filière, faisant valoir son antériorité, a obtenu une dérogation européenne pour considérer toute sa production comme du veau. Mais le découplage ultérieur de l’IGP, européenne, et du label rouge, français, a créé une incohérence entre les deux signes de qualité : l’IGP permettant l’appellation veau pour tous les animaux, le label rouge jusqu’à 8 mois seulement. Un « deal » avec l’administration française a néanmoins permis à continuer à utiliser l’appellation veau pour toute sa production. Mais sans que cela ne soit écrit noir sur blanc. Les quatre abattoirs agréés travaillent tous les animaux labellisés comme du veau. « Les personnes ont changé dans l’administration et, parfois, les nouveaux interlocuteurs s’en tiennent au texte, explique Agnès Mallet de Chauny, directrice de l’interprofession (IRVA). Les remises en cause administratives sont de plus en plus fréquentes, dues à ce que l’administration française n’a jamais écrit ce qu’elle applique de fait sur le terrain. » L’interprofession veut donc saisir l’occasion de la réécriture des conditions de production communes aux produits label rouge, qui est en cours, pour que le droit d’utiliser pleinement l’appellation veau soit définitivement inscrit dans les textes. « Nous ne remettons pas en cause la réglementation, mais nous demandons une position claire de la France pour que le label rouge nous autorise à continuer d’appeler veau la totalité de notre production, tout simplement parce que c’est un veau », poursuit la directrice de l’IRVA.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Lorsqu’elle est en position haute, la partie inférieure de la barrière se situe à 5 mètres du sol et n’est donc pas pénalisante pour rentrer dans la stabulation avec du gros matériel et en particulier pour curer le fumier. © F. d'Alteroche
Une stabulation aux nombreuses astuces
Au Gaec de l’Armançon en Côte-d’Or, la principale stabulation héberge 128 vaches suitées. Elle intègre différents équipements mis…
Les jeunes bovins au plus bas alors qu’ils devraient être au plus haut
Alors qu’ils devraient être au plus haut à cette période de l’année, les prix des taurillons finis sont au plus bas. Peu prisée…
La vente directe représente le  débouché pour en moyenne une vache par mois, parmi celles âgées de huit ans maximum. L'éleveur vend également en direct à peu près six veaux par an. © S. Bourgeois
Différents régimes pour l'engraissement des vaches de race Blonde d'Aquitaine
Des séries d’essais ont été menées dans le cadre du projet Défiblonde entre 2016 et 2020 pour affiner les connaissances sur les…
Franck Baechler. "Le bétail aide à redynamiser les flux de carbone." © S. Bourgeois
Franck Baechler : être autonome et construire mon sol
Installé depuis trois ans en agriculture de conservation des sols dans le Loir-et-Cher, Franck Baechler a introduit dans son…
Le nombre de petits cheptels ne cesse de diminuer mais la progression des unités de grande dimension tend à se stabiliser.
Fortes évolutions démographiques à prévoir pour les systèmes allaitants
À la demande d’Interbev et de la Confédération nationale de l’élevage, l’Institut de l’élevage a analysé la décapitalisation…
Une rémunération possible des éleveurs pour les efforts fournis en matière de réduction de l’empreinte carbone
Les webinaires d’automne de l’Institut de l’élevage ont été l’occasion de faire un point sur le plan carbone de la filière viande…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande