Aller au contenu principal

Sébastien Cluzel, secrétaire général du herd-book Charolais
« Nous défendons un modèle ouvert et partenarial »

Deux organismes de sélection sont reconnus en race Charolaise. Le herd-book Charolais poursuit son travail d’accompagnement des éleveurs. Il défend le modèle d’un système qui permettra aux éleveurs de garder la main sur l’orientation de la race.

Sébastien Cluzel est éleveur de Charolaises dans le Puy-de-Dôme et secrétaire général du herd-book Charolais.
© S. Bourgeois
Gènes Diffusion a obtenu ce 8 août la reconnaissance d’un nouvel organisme de sélection en race Charolaise : Charolais +. Que va-t-il se passer maintenant pour les éleveurs ?
Sébastien Cluzel - "Un nouveau paysage s’impose à nous. À l’application du nouveau règlement zootechnique de l’Union européenne, il y aura deux populations, avec pour l’instant deux gestions complètement séparées entre Charolais France et Charolais +. Un certain nombre de points pratiques restent à éclaircir d’ici le printemps prochain. On peut déjà expliquer que tout animal inscrit dans un des deux livres ne rentrera pas automatiquement dans l’autre livre. Le Règlement zootechnique européen est clair sur ce point. Cette décision relève du choix de l’éleveur. Ce dernier aura la liberté d’inscrire son animal dans un ou deux livres, s’il adhère aux deux structures, ce qui revient à multiplier les charges de l’éleveur dans un contexte économique déjà difficile."
Il n’a donc pas été possible de trouver une solution pour maintenir l’unité raciale, avec une gestion commune du Livre entre les deux organismes de sélection, comme en race Montbéliarde par exemple ?
S. C. - "C’est ce que nous avons défendu. Malgré toutes les actions menées et les échanges initiés depuis deux ans par les élus avec les représentants Gènes Diffusion, cette demande n’a pas été entendue. La sanction est tombée cet été. C’est une sanction car ce sont les éleveurs charolais qui ne voulaient pas d’autre organisme de sélection qui devront prendre en charge les frais inhérents à cette création. Pourquoi ? car cette situation engendre de nouvelles charges, qui ne sont d’ailleurs pas encore chiffrées, et pour lesquelles le financement n’est pas encore arrêté. Mais d’une façon ou d’une autre, c’est de la poche des éleveurs que sortira de quoi régler la facture. Or nous n’acceptons pas cette situation. On ne peut pas privatiser les bénéfices et mutualiser les charges."
Quelle est votre réaction face à cette nouvelle situation ?
S. C. - "Le herd-book Charolais a activement milité pour défendre l’intérêt des éleveurs, en défendant la cohésion et l’unité raciale, aux côtés des membres de l’organisme de sélection qui partagent la même ambition. Nous continuerons à défendre la liberté des éleveurs de pouvoir continuer à faire leurs propres choix de sélection dans les exploitations, et de rester maître de la génétique de leur troupeau. Nous défendons le modèle d’un système non intégré, ouvert et partenarial, le seul qui permettra aux éleveurs de garder la main sur l’orientation de la race.

Nous faisons confiance aux éleveurs, qui sont très attachés à notre structure. Nous avons 2 000 adhérents. Aujourd’hui 93 % des vaches des éleveurs sélectionneurs sont à l’organisme de sélection Charolais France."

Sur quels projets travaille actuellement le herd-book Charolais ?
-C. - "Nous continuons d’accompagner nos adhérents par le conseil, les services et l’innovation. Nous sommes à l’écoute des besoins des éleveurs. En juillet, nous avons lancé une application pour smartphones dédiée à la génétique certifiée de la race Charolaise. Le herd-book a d’autre part développé, en collaboration avec Prim’Holstein France, l’outil Ecow. C’est le premier outil de classement économique des vaches intra-troupeau. Nous poursuivons aussi le travail du programme Bien naître, dont l’objectif est de sécuriser les premiers vêlages et également de faire naître de futures reproductrices. Le prochain grand rendez-vous de la Charolaise est le Salon de l’agriculture. Cette année, les Charolais organisent leur concours en début de salon (le dimanche), un créneau davantage propice à la médiatisation et à la visite d’éleveurs étrangers que la fin de semaine."
"L’inscription d’un animal dans deux livres relève du choix de l’éleveur"

Les plus lus

Bovins viande : un revenu 2022 bas, sauf pour les systèmes avec cultures
L'Institut de l'Elevage a simulé sur cas-types le revenu 2022 des élevages bovins viande. Hausse des prix des bovins et hausse…
« Le marché italien et le développement de primes spécifiques à la vache allaitante, ont véritablement permis le maintien et le développement du naissage en France, notamment dans les zones défavorisées », souligne Philippe Chotteau, chef du département économie de l’Institut de l’élevage.
Bovins viande : vers un retour aux faibles effectifs des années 1980 ?
Rétrospective avec Philippe Chotteau, chef du département économie de l’Institut de l’élevage, sur les évènements qui ont jalonné…
taureau race limousine
A Lanaud, quatre taureaux limousins vendus aux enchères plus de 15 000 euros
100 % des veaux ont été vendus lors des enchères pour la deuxième série de taureaux limousins issus de la station nationale de…
Stéphanie Mocques-Goure donne la priorité aux résultats économiques. Sur son exploitation, tout est géré au mieux pour limiter les charges et pouvoir se dégager un revenu.
Bovins viande : « Je veux vivre de mon métier »
À Beaufort-en-Anjou dans le Maine-et-Loire, Stéphanie Mocques-Goure a transformé en profondeur son système pour réussir à se…
Les cours des broutards charolais stabilisés à haut niveau
Les cours des broutards charolais stabilisés à haut niveau
Durant les derniers mois de l’année 2022, les cours des broutards sont restés stables ou ont à peine diminué.
Avant de faire entrer les animaux dans les cases, il convient d’étaler avec un godet une dizaine de centimètres d’écorce broyée puis de « pailler » une à deux fois par semaine.
Des écorces de bois comme alternative à la paille
Les plaquettes de bois ne sont pas le seul produit issu de la biomasse forestière à pouvoir être utilisé comme alternative à la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande