Aller au contenu principal
Font Size

Le pré-conditionnement des broutards devient la règle aux USA

Le « préconditionnement » devient la règle aux États-Unis. En France, une étude est en cours pour évaluer la pertinence de la préparation des futurs jeunes bovins chez le naisseur.

Il existe une cinquantaine de programmes de « préconditionnement » aux États-Unis. Tous demandent peu ou prou, un animal vacciné, castré, écorné, déparasité, sevré depuis au moins 30 jours, habitué à manger à l’auge et d’un poids avoisinant dans l’idéal les 300 kg. © F. D'Alteroche
Il existe une cinquantaine de programmes de « préconditionnement » aux États-Unis. Tous demandent peu ou prou, un animal vacciné, castré, écorné, déparasité, sevré depuis au moins 30 jours, habitué à manger à l’auge et d’un poids avoisinant dans l’idéal les 300 kg.
© F. D'Alteroche

En Amérique du Nord, les animaux issus de cheptels allaitants passent classiquement les premiers mois de leur vie avec leur mère dans des systèmes souvent extensifs où leur alimentation repose presque exclusivement sur l’herbe et le lait. Ce n’est qu’après le sevrage qu’ils intègrent des feedlots où ils seront finis en quelques mois. « Bien entendu les systèmes français ne sont pas transposables avec ce qui se pratique dans ces pays ! », explique Stéfanie Bernheim, docteur vétérinaire et responsable technique au laboratoire Zoetis. Mais tout comme en Europe, dans les feedlots d’Amérique du Nord, les maladies respiratoires sont à l’origine de 75 % de la morbidité.

Pour aller à l’encontre de ces pathologies, la plupart des animaux bénéficient d’un « préconditionnement ». Ce terme précisément défini correspond aux « actes de préparation des bovins destinés à entrer en atelier d’engraissement ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Les systèmes les plus rémunérateurs ont joué systématiquement sur une part suffisante de céréales autoconsommées (>50 % des concentrés consommés de l’atelier), sur une bonne gestion du poste mécanisation, une productivité des UGB correcte et une productivité de la main-d’œuvre satisfaisante. © C. Delisle
Systèmes d'élevage bovins viande, quelle rentabilité ?
Un traitement statistique des coûts de production, collectés sur trois ans dans les Pays de la Loire et en Deux-Sèvres, a permis…
jeunes bovins ration pommes de terre
Des pommes de terre à saisir pour nourrir le troupeau allaitant
Des disponibilités importantes de tubercules se présentent cette année pour l'alimentation animale. Daniel Platel de la chambre d…
Cinq alternatives à la paille pour la litière des bovins viande
Les disponibilités en paille s'annoncent moins importantes et plus précoces pour la campagne 2020. Différentes possibilités…
Vignette
Un bâtiment d’engraissement « caniculo-compatible »
Pour conforter une installation, le Gaec Civade dans le Cher a investi dans un bâtiment d’engraissement. Entièrement réalisé en…
rayon viande bovine bio grande distribution Leclerc
La viande bovine bio ignore la crise
L’agriculture biologique continue d’avoir le vent en poupe. Elle semble même surfer sur la vague à la faveur des critiques sur…
Le concours national Charolais adultes reporté, le concours des veaux aménagé
Le conseil d’administration du Herd Book Charolais réuni le 25 juin a décidé de reporter le concours national des adultes à une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande