Aller au contenu principal
Font Size

Lutter contre la « mégacrise » de consommation des viandes

L’assemblée générale de Culture Viande a étudié les nouvelles donnes de la consommation de viande, dans un contexte de filière très tendu.

Jean-Paul Bigard, président de Culture Viande. " C'est la x-ième crise dans notre domaine, mais faisons preuve de lucidité pour comprendre un environnement particulièrement sauvage. "
© S. Bourgeois

La consommation de viande bovine est clairement en situation de crise. Lors de l’assemblée générale de Culture Viande (ex-Sniv-SNCP)(1), Pascale Hébel, du Crédoc, a présenté une partie d’une étude qui montre que la consommation de viandes de boucherie a baissé de 8 % en un an. Vingt-trois pourcents des adultes déclarent avoir limité leur consommation de viande à domicile en 2016. De l’autre côté, 17 % des adultes sont des grands consommateurs de viande rouge : ils ont consommé chez eux plus de 70 grammes par jour de viande rouge (seuil défini par l’OMS). Il faut mettre en parallèle de ces résultats le rebond de la restauration, en lien avec la reprise économique et la stabilisation des inquiétudes des consommateurs après « la crise des lasagnes ». « Il faut répondre aux tendances de consommation et aller sur les valeurs des consommateurs », a expliqué Pascale Hébel.

Des analogies ont pu être faites avec la filière des vins, champagnes et cidres, ou bien avec la filière du pain, pour lesquelles les mutations entre baisse des volumes consommés et augmentation des prix ont été faites. Pour Caroline Faillet (institut Boléro), pour gérer les attaques et les menaces, il est temps de passer de la communication à l’influence, et pour ceci, d’être présent là où les consommateurs le sont, c’est-à-dire sur les réseaux sociaux. Pascal Berthelot (journaliste) a expliqué que nul ne peut s’extraire du jeu médiatique. « Les citoyens votent en achetant. La seule solution est d’accepter le débat avec la société civile. Si des choses ne sont pas montrables, il va falloir les changer. »

Stéphanie Bérard-Gest, directrice marketing chez Charal, cherche à réveiller l’imaginaire hyper-positif dont bénéficie la viande chez les consommateurs. « Il y a beaucoup à faire pour améliorer les linéaires. On peut aussi solliciter la consommation de viande le soir en proposant des viandes crues, des viandes cuites froides, des viandes « ingrédients » (émincés à manger en salade…). » Les messages nutritionnels sur la viande sont aussi à relançer. « 40 % des enfants sont carencés en fer aujourd’hui », a-t-elle avancé.

Pour Jean-Paul Bigard, il faut aussi conserver la propriété intellectuelle des termes steak, boucher… qui sont assez facilement utilisé par la filière des protéines végétales-substituts de viande. « La culture française de la viande, unique au monde, n’est pas encore totalement en péril, mais le temps presse », estime-t-il.

Jean-Paul Bigard, dans son discours de clôture, a par ailleurs stigmatisé les affrontements, les incompréhensions et les blocages qui émergent à tous les niveaux dans la filière viande. Concernant « l’aventure cœur de gamme de la FNB », elle est jugée totalement inacceptable. « Attention à ce que la déception ne soit pas supérieure à l’espérance. Imposée par le chantage, ciblée sur du très haut de gamme représentant moins de 5 % de la production bovine, totalement improvisée et sans la moindre légitimité aussi bien comptable que juridique. Elle s’inscrit dans une relation directe production-distribution marginalisant l’intermédiaire industriel », a décrit le président.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

L’intérêt de l’épeautre en alimentation du troupeau allaitant tient à la présence des glumes.
L'épeautre, une céréale qui n'apporte pas que de l'énergie
Par la présence des enveloppes du grain riches en cellulose, l’épeautre est utile en engraissement pour sécuriser la ration. Il…
carte Arvalis estimation date de début de récolte du maïs ensilage
Les ensilages de maïs pourraient débuter plus tôt que prévu
Arvalis a publié une carte des dates de début possible des chantiers d'ensilage de maïs. Ce sera autour du 20 août en Rhône-Alpes…
abattage à la ferme loire atlantique
L'AALVie lance un financement participatif pour son projet d'abattage à la ferme
L'association AALVie (abattage des animaux sur le lieu de vie) a dévoilé son projet lors d'une conférence de presse le 7 juillet…
broutards charolais au pré
L'offre en broutards restera limitée dans les prochains mois

Au 1er juin 2020, on dénombrait 511 000 mâles de race allaitante âgés de 6 à 12 mois dans la BDNI : un effectif en recul de 3…

David Durand, éleveur au GAEC des Gariottes (à gauche) et Christophe Seringe, technicien d’élevage à la SCA Le pré vert (à droite), un tandem de choc pour développer le veau rosé bio. © E. Durand
Le veau rosé bio comme alternative au broutard
Le veau rosé bio s’est développé depuis une dizaine d’années dans le Sud-Ouest. Pour le Gaec des Gariottes en Corrèze, cette…
Un seul gros bovin est traité à la fois et le temps entre la saignée et l’éviscération ne doit pas dépasser une heure. © AALVIE
Un caisson mobile pour abattre les animaux à la ferme
Depuis trois ans, des éleveurs de Loire-Atlantique et de Vendée préparent la mise en place de caissons mobiles pour abattre les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande