Aller au contenu principal
Font Size

Abattage de bovins : l’Italie finit moins de mâles mais davantage de femelles

femelle laitonne engraissée en Italie
© S.Bourgeois
RBV276_graphobservatoiredettes

Abattages de bovins de 12 à 24 mois au premier semestre en Italie

 

 

Le nombre de gros bovins de 12 à 24 mois abattus en Italie est globalement stable depuis cinq ans. On assiste en revanche à une évolution divergente dans la répartition entre mâles et femelles. Si on analyse ces données sur le seul premier semestre afin d’avoir les chiffres de l’année en cours, la part des jeunes bovins régresse et celle des génisses progresse, même si les mâles assurent encore le gros des volumes. Ces laitonnes sont pour la plupart importées à un poids vif moyen de 350 kg pour un poids à l’abattage classiquement compris entre 560 à 580 kg. Plusieurs raisons expliqueraient cet attrait accru pour les femelles. L’achat d’une laitonne se traduit d’abord par une mise de fond initiale moins importante. Certes les GMQ sont inférieurs à ceux des mâles, mais le coût journalier des rations est aussi moins important. Autre explication : une durée de finition inférieure d’environ trois semaines à celle des mâles permettant d’accélérer le turn-over dans les ateliers. La qualité des carcasses et de la viande est aussi classiquement mise en avant avec, pour des animaux jeunes, une plus grande facilité à obtenir un niveau de finition suffisant. Enfin le fait d’avoir avec des femelles un poids carcasse moins important est un autre argument avec l’habituel refrain sur la dimension des muscles et les conséquences que cela implique sur grammage et l’épaisseur des portions en particulier pour les muscles de l’aloyau.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Les systèmes les plus rémunérateurs ont joué systématiquement sur une part suffisante de céréales autoconsommées (>50 % des concentrés consommés de l’atelier), sur une bonne gestion du poste mécanisation, une productivité des UGB correcte et une productivité de la main-d’œuvre satisfaisante. © C. Delisle
Systèmes d'élevage bovins viande, quelle rentabilité ?
Un traitement statistique des coûts de production, collectés sur trois ans dans les Pays de la Loire et en Deux-Sèvres, a permis…
jeunes bovins ration pommes de terre
Des pommes de terre à saisir pour nourrir le troupeau allaitant
Des disponibilités importantes de tubercules se présentent cette année pour l'alimentation animale. Daniel Platel de la chambre d…
Cinq alternatives à la paille pour la litière des bovins viande
Les disponibilités en paille s'annoncent moins importantes et plus précoces pour la campagne 2020. Différentes possibilités…
Vignette
Un bâtiment d’engraissement « caniculo-compatible »
Pour conforter une installation, le Gaec Civade dans le Cher a investi dans un bâtiment d’engraissement. Entièrement réalisé en…
rayon viande bovine bio grande distribution Leclerc
La viande bovine bio ignore la crise
L’agriculture biologique continue d’avoir le vent en poupe. Elle semble même surfer sur la vague à la faveur des critiques sur…
Le concours national Charolais adultes reporté, le concours des veaux aménagé
Le conseil d’administration du Herd Book Charolais réuni le 25 juin a décidé de reporter le concours national des adultes à une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande