Aller au contenu principal

L’herbe est le premier levier pour l’autonomie protéique en élevage allaitant

Pour améliorer leur autonomie protéique, les élevages bovins viande misent avant tout sur les prairies et les méteils. Une gestion fine du pâturage en toutes saisons et des fauches précoces permettent d’optimiser leur richesse protéique.

Un suivi pluriannuel sur 69 parcelles de prairies du Grand Ouest (étude Perpet) a montré que la quantité de matière azotée totale valorisée par hectare est supérieure à 1 tonne par an (7tMS/ha à 150 g MAT/kgMS pour de l'herbe feuillue).
Un suivi pluriannuel sur 69 parcelles de prairies du Grand Ouest (étude Perpet) a montré que la quantité de matière azotée totale valorisée par hectare est supérieure à 1 tonne par an (7tMS/ha à 150 g MAT/kgMS pour de l'herbe feuillue).
© S. Bourgeois

"En élevages bovins viande, l’herbe est le premier et le plus puissant levier pour progresser vers l’autonomie protéique", entame Marion Kentzel de l’Institut de l’élevage, en charge du volet bovins viande du programme Cap protéines. Il y a toujours eu nécessité technique et économique à valoriser les fourragères prairiales pour le volume et l’apport énergétique qu’elles apportent. La valorisation de leur richesse en protéines est devenue aussi un objectif. "Il faut certes sécuriser la production par rapport aux aléas climatiques, mais il n’y aura pas moins cher que l’herbe", resitue la spécialiste.

C’est ainsi que les pistes fourragères s’appuient essentiellement sur les prairies. Une gestion fine du pâturage en toutes saisons et des fauches précoces permettent d’optimiser leur richesse protéique. Les méteils et les légumineuses - luzerne, trèfle blanc, trèfle violet, lotier, vesces, pois fourrager… - sont l’autre pilier en élevage bovins viande pour atteindre un bon niveau d’autonomie protéique. Des cultures dérobées d’été font aussi leur part. Enfin, des protéines se cachent aussi dans les arbres fourragers, qui peuvent constituer un apport ponctuel intéressant.

Bien valoriser les protéines disponibles

L’autonomie peut être améliorée non seulement en produisant plus de protéines, mais aussi en valorisant mieux celles qui sont produites. Rappelons que pendant l’engraissement, il est recommandé d’apporter entre 100 et 105 g de PDI/UF pour les jeunes bovins de races allaitantes et entre 90 et 100 g de PDI/UF pour les femelles en finition. Au-delà de ces ratios, le complémentaire azoté est gaspillé, puisque les croissances ne sont pas améliorées.

 

 

 

Faire analyser un échantillonnage bien pensé de ses fourrages, calculer et réajuster les rations régulièrement, vérifier que les quantités distribuées correspondent bien à ce qui est prévu permet de bien travailler. Selon l’organisation du fonctionnement du troupeau, on peut voir aussi s’il est possible d’alloter les bovins de façon à distribuer des rations au plus près de leurs besoins.

Une évolution souvent en plusieurs étapes

« Pour évoluer vers davantage d’autonomie protéique, un système d’élevage s’engage sur une trajectoire qui peut s’étaler sur une dizaine d’années », explique Marion Kentzel. Souvent, cela commence par l’implantation de quelques hectares de luzerne ou de mélange graminées-légumineuses, qui entraîne une réflexion plus globale sur la gestion de l’herbe et sur le système fourrager dans son ensemble. Dans une phase suivante, surgit la question du niveau de productivité animale par rapport à la ressource fourragère de l’exploitation. Et parfois, cette évolution conduit à changer les objectifs zootechniques (poids des animaux, race, débouchés commerciaux…) pour atteindre un autre équilibre.

Faire analyser les fourrages, calculer et réajuster les rations régulièrement, vérifier que les quantités distribuées correspondent bien à ce qui est prévu permet de bien travailler.
Faire analyser les fourrages, calculer et réajuster les rations régulièrement, vérifier que les quantités distribuées correspondent bien à ce qui est prévu permet de bien travailler.
© E. Bignon

 

Pourquoi chercher l’autonomie protéique ?

Un certain niveau d’autonomie protéique permet de parer son élevage face aux fluctuations des marchés mondiaux des matières premières.

Cela permet de se passer du soja sud-américain - objet de controverses. La France a importé 3,2 millions de tonnes de tourteaux de soja en 2020. Les bovins viande en consomment environ 8 %. Les volailles de chair et de ponte en sont les premières destinataires (44 % du total) suivies par les bovins laitiers et mixtes (36 %), et les porcs (6 %).

Et l’autonomie protéique est un moyen de participer à l’effort pour de meilleures performances environnementales, car elle va globalement de pair avec une plus faible empreinte carbone. D’après une étude de l’Institut de l’élevage et Terres Univia (1), même si le niveau d’autonomie en protéines n’a pas d’effet systématique sur les émissions de GES, il favorise - via les choix d’assolement faits - le stockage du carbone dans les sols.

(1) Relations entre autonomie protéique, empreinte environnementale et économie. Dossiers techniques de l’élevage « Vers l’autonomie protéique en élevages de ruminants » p.61 - septembre 2022.

Cap protéines : deux ans pour renforcer les connaissances agronomiques et zootechniques

Cap protéines est un programme de recherche et développement sur deux ans qui se termine en décembre 2022. Le volet qui concerne les élevages de ruminants, piloté par l’Institut de l’élevage, vise à accroître l’autonomie protéique des élevages et des territoires.

Près de cent vingt partenaires techniques ont participé, des essais spécifiques ont été mis en place sur 21 sites, des plateformes de démonstration ont été montées, des portes ouvertes en élevage organisées, et 330 fermes pilotes de ruminants ont été identifiées.

Parmi elles, une quarantaine d’élevages de bovins viande témoignent de leur réussite à progresser vers l’autonomie protéique, chacune faisant l’objet d’une fiche et souvent d’une vidéo à retrouver sur le site cap-proteines-elevage.fr.

Ce programme fait partie du Plan protéines de France relance commencé en décembre 2020.

L’efficience protéique nette pour mieux approcher la compétition feed/food

Les ruminants sont souvent accusés de "gaspiller" des protéines au détriment de l’alimentation humaine.

En moyenne, 93 % des protéines consommées par les bovins viande français ne sont pas consommables par l’homme, rapporte l’Institut de l’élevage (1). C’est 89 % en élevage bovin laitier, et 90 % en ovins viande par exemple.

Pour avoir une vision plus juste de la "compétition" entre alimentation humaine et alimentation animale, aussi appelée "compétition feed/food", le GIS Avenir élevage propose de calculer l’efficience protéique nette de conversion des aliments. Cette notion permet de faire la balance entre d’une part les protéines animales produites par un élevage, et d’autre part les protéines consommables par l’homme qui y sont consommées par les animaux.

Prioriser les fourrages et les coproduits

Si le résultat est supérieur à 1, le système d’élevage est producteur de protéines pour l’alimentation humaine. S’il est compris entre 0 et 1, le système est consommateur de protéines.

Sur les systèmes d’élevages bovins viande, l’Inrae a calculé en 2018 une efficience protéique nette de 0,71 pour un cas-type naisseur-engraisseur du Grand Ouest, et de 0,67 pour un cas-type naisseur-engraisseur du Massif central. C’est 1,88 en système bovins lait, qui exporte beaucoup plus de quantités de protéines ramenées à l’animal, et 0,34 en système ovins viande de montagne du Massif central.

À l’échelle des filières, selon l’Inrae, les calculs montrent que toutes les productions animales peuvent être productrices nettes de protéines, à condition de maximiser la part des végétaux non consommables par l’homme dans les rations. C’est-à-dire de donner la priorité, après les fourrages et notamment l’herbe sous toutes ses formes, aux coproduits d’industries agroalimentaires et résidus de cultures. La distribution de protéagineux et de céréales est en revanche plutôt à réduire.

(1) Compétition feed/food : un enjeu pour les ruminants. Dossiers techniques de l’élevage « Vers l’autonomie protéique en élevages de ruminants » p.17 - septembre 2022.

Les plus lus

Bovins viande : un revenu 2022 bas, sauf pour les systèmes avec cultures
L'Institut de l'Elevage a simulé sur cas-types le revenu 2022 des élevages bovins viande. Hausse des prix des bovins et hausse…
« Le marché italien et le développement de primes spécifiques à la vache allaitante, ont véritablement permis le maintien et le développement du naissage en France, notamment dans les zones défavorisées », souligne Philippe Chotteau, chef du département économie de l’Institut de l’élevage.
Bovins viande : vers un retour aux faibles effectifs des années 1980 ?
Rétrospective avec Philippe Chotteau, chef du département économie de l’Institut de l’élevage, sur les évènements qui ont jalonné…
taureau race limousine
A Lanaud, quatre taureaux limousins vendus aux enchères plus de 15 000 euros
100 % des veaux ont été vendus lors des enchères pour la deuxième série de taureaux limousins issus de la station nationale de…
Stéphanie Mocques-Goure donne la priorité aux résultats économiques. Sur son exploitation, tout est géré au mieux pour limiter les charges et pouvoir se dégager un revenu.
Bovins viande : « Je veux vivre de mon métier »
À Beaufort-en-Anjou dans le Maine-et-Loire, Stéphanie Mocques-Goure a transformé en profondeur son système pour réussir à se…
Les cours des broutards charolais stabilisés à haut niveau
Les cours des broutards charolais stabilisés à haut niveau
Durant les derniers mois de l’année 2022, les cours des broutards sont restés stables ou ont à peine diminué.
Avant de faire entrer les animaux dans les cases, il convient d’étaler avec un godet une dizaine de centimètres d’écorce broyée puis de « pailler » une à deux fois par semaine.
Des écorces de bois comme alternative à la paille
Les plaquettes de bois ne sont pas le seul produit issu de la biomasse forestière à pouvoir être utilisé comme alternative à la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande