Aller au contenu principal

Les voyants au vert pour la viande bio

Anticiper, organiser, former, communiquer, tels sont les défis de la filière viande bio pour profiter des belles perspectives qui s’offrent à elle aujourd’hui. « Nous sommes actuellement dans un optimisme réaliste, et nous avons toutes les raisons de nous réjouir », soulignait Philippe Cabarat, éleveur de Charolaises dans la Nièvre et président de la commission bio d’Interbev (Interprofession du bétail et des viandes), lors d’une conférence organisée au Sommet de l’élevage.

Chiffres à l’appui, la filière bio est en plein essor. Selon l’Agence bio, une augmentation du nombre de vaches allaitantes, sous signe AB, de 22,5 % en 2015 par rapport à 2014 (soit 146 000 vaches de plus) est enregistrée. « Les conversions ont plus que doublé, passant de 19 000 à 41 000. En 2016, ce sont 394 fermes en allaitants qui se sont engagées (+ 13,1 %). Les conversions en allaitants s’effectuent majoritairement en simultané (terres et animaux) », expose Jean-François Deglorie, d’Interbev bio. On note également des hausses sur les tonnages mais aussi en aval de la filière dans tous les secteurs (transformateurs, distributeurs, importateurs, exportateurs et opérateurs) et un développement du marché avec, point important, le maintien d’un prix rémunérateur pour l’éleveur depuis 2015.

« On observe 1 €/kgC de différence en faveur de la bio pour une vache R= et ce, depuis fin 2015 », souligne Loïc Madeline, de l’Institut de l’élevage. Autre voyant au vert, l’intérêt grandissant des consommateurs. « Le bio s’installe durablement dans nos assiettes, si l’on se réfère aux résultats d’une étude qui montre que 75 % des personnes pensent que le bio est bénéfique pour l’environnement et la santé, et que le nombre de jeunes qui commencent à consommer de la viande bio croît. Toutefois, la forte augmentation des conversions en 2016 représente l’un des défis des années à venir. On doit réussir à valoriser ces nouveaux volumes sur le marché, pour garder un prix rémunérateur stable et ainsi rassurer les éleveurs. Les nouveaux arrivants doivent être conscients de cette filière, aujourd’hui organisée et structurée, que l’on a construit au fil des ans. Reste à la pérenniser autour d’une logique de commerce équitable et d’une image toujours aussi positive auprès du grand public, et à trouver la capacité de répondre à de nouveaux marchés », conclut Philippe Cabarat.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Beaujolais charolaises
PAC : une coupe dans l'enveloppe des aides couplées bovins viande est envisagée
La Fédération nationale bovine alerte dans un communiqué après avoir découvert la première "copie" de la France pour la prochaine…
 © F. d'Alteroche
Pac : les différentes options sur la table pour les éleveurs bovins viande
Les services du ministère de l’Agriculture ont présenté mi-mars aux professionnels les différentes options envisagées pour le…
De gauche à droite : Jérôme Séguinier, Thomas Gagnepain et Mathieu Haugoubart ont l'habitude de travailler ensemble en Cuma avec d'autres éleveurs. © M. Haugoubart
« Des matières premières haut de gamme à bon prix grâce à l’achat en commun pour complémenter mon troupeau »
À l’EARL Haugoubart dans la Nièvre, des matières premières sont achetées en commun par camions entiers avec un groupe de voisins…
Benoît Dazy. "Nos portes sont ouvertes pour nos clients, aux écoles et à toute personne qui en émet le désir afin de partager notre vision de l’élevage." © S. Bourgeois
" Quarante vaches aubracs vendues en direct "
Benoît Dazy s’attache à garder un système ultra simple, avec 40 vêlages en système bœufs et vente directe. Il trouve un bon …
Les litières sont composées de paille mais également de plaquettes forestières issues de l’entretien des nombreuses haies présentes sur le parcellaire avec le choix récent d’en laisser « monter » quelque unes pour conforter la ressource en bois sur pied et s’adapter aux évolutions du climat avec davantage d’ombre en été. © F. d'Alteroche
"Un maximum de productivité par UTH et par UGB avec mon troupeau Charolais"
Bonne productivité numérique, mortalité maîtrisée, croissances de bon niveau, vêlage à deux ans de plus en plus fréquent… Tous…
La Chine fait s'envoler les cours des matières premières pour l'engraissement des bovins
La hausse est impressionnante. Elle ne concerne malheureusement pas le prix de la viande bovine mais celle des différentes…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande