Aller au contenu principal
Font Size

Les voyants au vert pour la viande bio

Anticiper, organiser, former, communiquer, tels sont les défis de la filière viande bio pour profiter des belles perspectives qui s’offrent à elle aujourd’hui. « Nous sommes actuellement dans un optimisme réaliste, et nous avons toutes les raisons de nous réjouir », soulignait Philippe Cabarat, éleveur de Charolaises dans la Nièvre et président de la commission bio d’Interbev (Interprofession du bétail et des viandes), lors d’une conférence organisée au Sommet de l’élevage.

Chiffres à l’appui, la filière bio est en plein essor. Selon l’Agence bio, une augmentation du nombre de vaches allaitantes, sous signe AB, de 22,5 % en 2015 par rapport à 2014 (soit 146 000 vaches de plus) est enregistrée. « Les conversions ont plus que doublé, passant de 19 000 à 41 000. En 2016, ce sont 394 fermes en allaitants qui se sont engagées (+ 13,1 %). Les conversions en allaitants s’effectuent majoritairement en simultané (terres et animaux) », expose Jean-François Deglorie, d’Interbev bio. On note également des hausses sur les tonnages mais aussi en aval de la filière dans tous les secteurs (transformateurs, distributeurs, importateurs, exportateurs et opérateurs) et un développement du marché avec, point important, le maintien d’un prix rémunérateur pour l’éleveur depuis 2015.

« On observe 1 €/kgC de différence en faveur de la bio pour une vache R= et ce, depuis fin 2015 », souligne Loïc Madeline, de l’Institut de l’élevage. Autre voyant au vert, l’intérêt grandissant des consommateurs. « Le bio s’installe durablement dans nos assiettes, si l’on se réfère aux résultats d’une étude qui montre que 75 % des personnes pensent que le bio est bénéfique pour l’environnement et la santé, et que le nombre de jeunes qui commencent à consommer de la viande bio croît. Toutefois, la forte augmentation des conversions en 2016 représente l’un des défis des années à venir. On doit réussir à valoriser ces nouveaux volumes sur le marché, pour garder un prix rémunérateur stable et ainsi rassurer les éleveurs. Les nouveaux arrivants doivent être conscients de cette filière, aujourd’hui organisée et structurée, que l’on a construit au fil des ans. Reste à la pérenniser autour d’une logique de commerce équitable et d’une image toujours aussi positive auprès du grand public, et à trouver la capacité de répondre à de nouveaux marchés », conclut Philippe Cabarat.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Bâchage des silos : des pistes pour dégager les pneus
Machinisme
La bonne conservation du tas d’ensilage passe par la pose d’une couverture parfaitement hermétique. Si la qualité des bâches est…
L’intérêt de l’épeautre en alimentation du troupeau allaitant tient à la présence des glumes.
L'épeautre, une céréale qui n'apporte pas que de l'énergie
Par la présence des enveloppes du grain riches en cellulose, l’épeautre est utile en engraissement pour sécuriser la ration. Il…
carte Arvalis estimation date de début de récolte du maïs ensilage
Les ensilages de maïs pourraient débuter plus tôt que prévu
Arvalis a publié une carte des dates de début possible des chantiers d'ensilage de maïs. Ce sera autour du 20 août en Rhône-Alpes…
David Durand, éleveur au GAEC des Gariottes (à gauche) et Christophe Seringe, technicien d’élevage à la SCA Le pré vert (à droite), un tandem de choc pour développer le veau rosé bio. © E. Durand
Le veau rosé bio comme alternative au broutard
Le veau rosé bio s’est développé depuis une dizaine d’années dans le Sud-Ouest. Pour le Gaec des Gariottes en Corrèze, cette…
Le kéfir est distribué à la naissance puis une fois par jour pendant les deux jours suivants. © L. Lamarre
Le kéfir pour hygiéniser le tube digestif des veaux
Le kéfir est une boisson fermentée fabriquée à partir de lait ou de sucre. Son usage se développe beaucoup en élevage bovin ces…
Le marché des reproducteurs bovins allaitants à l’heure du coronavirus
Sur le marché intérieur, le commerce des bovins reproducteurs allaitants est pénalisé par la décapitalisation, la mauvaise…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande