Aller au contenu principal
Font Size

Les loups, plus nombreux, prennent goût aux bovins

La population lupine progresse. D’après le suivi estival réalisé par l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS), il y avait à l’automne 2018 en France, 85 zones de présence permanente (ZPP), dont 72 meutes.

loup @pixabay
© @pixabay
répartition du loup en France en 2017 - ONCFS

 

Le dernier bilan hivernal faisait état de 74 ZPP dont 57 meutes. « Il est probable que l’estimation de l’effectif en sortie d’hiver 2018-2019 dépasse les 500 loups. […] Pour mémoire, le gouvernement s’était fixé comme objectif d’atteindre ce seuil à l’échéance du présent plan loup, soit 2023, et a pris l’engagement de réexaminer le dispositif de gestion une fois l’objectif atteint », explique l’ONCFS

Dans le sud du Massif central, les attaques ne se cantonnent plus aux ovins. Les veaux naissants ont été eux aussi cet automne de plus en plus concernés. Cette évolution prévisible va inévitablement s’accentuer dans les mois et années à venir compte tenu de la prolificité de l’espèce dont les effectifs augmentent actuellement d’environ 20 % par an. Le loup, classé dans l’annexe II de la Convention de Berne, fait partie des espèces « strictement protégées ». Toutes les tentatives pour faire évoluer ce classement ont jusqu’à présent échoué. Le Comité permanent de la convention de Berne s’est réuni du 27 au 30 novembre dernier mais n’a pas répondu à la demande d’élus de territoire de déclasser l’animal de ce statut.

 
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

L’intérêt de l’épeautre en alimentation du troupeau allaitant tient à la présence des glumes.
L'épeautre, une céréale qui n'apporte pas que de l'énergie
Par la présence des enveloppes du grain riches en cellulose, l’épeautre est utile en engraissement pour sécuriser la ration. Il…
carte Arvalis estimation date de début de récolte du maïs ensilage
Les ensilages de maïs pourraient débuter plus tôt que prévu
Arvalis a publié une carte des dates de début possible des chantiers d'ensilage de maïs. Ce sera autour du 20 août en Rhône-Alpes…
abattage à la ferme loire atlantique
L'AALVie lance un financement participatif pour son projet d'abattage à la ferme
L'association AALVie (abattage des animaux sur le lieu de vie) a dévoilé son projet lors d'une conférence de presse le 7 juillet…
broutards charolais au pré
L'offre en broutards restera limitée dans les prochains mois

Au 1er juin 2020, on dénombrait 511 000 mâles de race allaitante âgés de 6 à 12 mois dans la BDNI : un effectif en recul de 3…

David Durand, éleveur au GAEC des Gariottes (à gauche) et Christophe Seringe, technicien d’élevage à la SCA Le pré vert (à droite), un tandem de choc pour développer le veau rosé bio. © E. Durand
Le veau rosé bio comme alternative au broutard
Le veau rosé bio s’est développé depuis une dizaine d’années dans le Sud-Ouest. Pour le Gaec des Gariottes en Corrèze, cette…
Un seul gros bovin est traité à la fois et le temps entre la saignée et l’éviscération ne doit pas dépasser une heure. © AALVIE
Un caisson mobile pour abattre les animaux à la ferme
Depuis trois ans, des éleveurs de Loire-Atlantique et de Vendée préparent la mise en place de caissons mobiles pour abattre les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande