Aller au contenu principal

Enquête Credoc 
Les hypermarchés en perte de vitesse 

Le Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie (Credoc) a publié en mai dernier le résultat d’une enquête (déjà conduite en 2012 et 2005) sur les comportements d’achat des Français. Ce travail permet de mieux connaître qui fréquente quel type de magasin, avec quelle fréquence et avec quelles motivations. La satisfaction ressentie dans chaque type de circuit de distribution a également été mesurée. Il en ressort que dans le cadre des achats alimentaires, la proximité est le premier critère de choix du magasin. Le critère du « moins cher» demeure en seconde position mais il est baisse par rapport à 2012. « Cela profite aux supermarchés mais aussi aux supérettes et commerces de proximité. Les circuits liés au digital progressent également, comme le drive ou la livraison à domicile commandée sur internet », souligne le Credoc dans le compte-rendu de cette étude. Les circuits dits « électroniques » (drive et commandes sur internet avec livraison à domicile) affichent depuis cinq ans une hausse de fréquentation mensuelle non négligeable : + 9 points pour les drives et + 3 points pour internet avec livraison.

Hausse du bio et baisse du surgelé

Nouveauté par rapport à 2012, les consommateurs n’hésite pas à fréquenter plusieurs types de commerces alimentaires en fonction des produits recherchés. Parmi ces magasins, on observe la hausse des magasins spécialisés dans les produits bio et la baisse des magasins spécialisés en surgelés. « Près d’un Français sur trois visite un magasin bio au moins une fois par mois (27 %). Au cours des douze derniers mois, près d’un consommateur sur trois fréquentant les magasins bio déclare s’y être rendu plus souvent qu’au cours de l’année passée. De même, les magasins de vente directe ou les magasins alimentaires participatifs (type La Louve, La Cagette, etc.) profitent de ce regain d’intérêt pour des produits qualitatifs. » Autre évolution mise en avant par cette étude : la baisse de fréquentation des marchés forains (76 % en 2012 et 68 % en 2017) compensée aux yeux des consommateurs par des magasins spécialisés de vente de produits frais type Grand Frais, Nature en ville, Biocoop …

Six profils de consommateurs

Suite à cette enquête le Crédoc a mis en évidence six profils de consommateurs :

Les conquis des grandes surfaces. Ce sont plutôt des habitants de classes modestes vivant dans des villes moyennes. Le prix est leur critère d’achat décisif. 
Les "désimpliqués" de leur alimentation. Ils ne s’intéressent guère à l’alimentation. La proximité géographique du magasin est le critère de choix prioritaire. Les courses ne riment pas vraiment avec plaisir pour ces individus qui, de fait, ne s’intéressent guère à leur alimentation.
Les conquis des courses électroniques sont des adeptes des drives. Plutôt jeunes, ils sont à la recherche de praticité et de rapidité. Ils sont très connectés.
Les papillonneurs fréquents prennent le temps de fréquenter plusieurs enseignes différentes par semaine afin d’y acheter des produits adaptés. Ils sont plutôt retraités, en couple et appartiennent aux classes moyennes. 
Les éclectiques des circuits indépendants de proximité sont particulièrement sensibles à l’environnement dans leurs achats alimentaires et leur vie quotidienne. Ils fréquentent en particulier les magasins de vente directe, les magasins bio et participatifs. Ce sont plutôt des individus aux revenus élevés.
Les éclectiques des enseignes de proximité sont encore plus axés sur la recherche de produits de qualité que le reste de la population. Ce sont plutôt des urbains et des individus diplômés.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Prix des céréales : les raisons de la flambée des cours
Grandes Cultures
Blé, orge, maïs : les prix de l'ensemble des marchés des céréales ont connu une hausse brutale ces dernières semaines. Cette…
filet brise-vent
Plan de relance : des aides pour la biosécurité et le bien-être animal
Le volet agricole du plan de relance comprend une mesure « pacte biosécurité et bien-être animal ». Le dispositif sera piloté par…
Sophie et Michel travaillent avec leur fils Baptiste. Cette année, les laitonnes ont du être rentrées dès octobre à cause des fortes pluies. © S. Bourgeois
Une perte sensible d’efficacité économique pour un système broutards dans la Nièvre
Michel et Sophie Durand conduisent à Ougny dans la Nièvre, un système herbager avec 165 vêlages et vente de broutards lourds. À …
Cette année, la campagne de vêlages se passe vraiment bien avec 85 % de vêlages sans aide, et les retours en chaleurs sont nettement plus rapides qu’auparavant. Pour certaines, c’est quinze jours après le vêlage. © S. Bourgeois
Une approche globale pour une reproduction au top
Des vaches bien préparées au vêlage retournent vite en chaleurs. C’est l’expérience qu’a faite Jean-Michel Michelot, éleveur dans…
Le plan protéines n’oublie pas l’herbe

La stratégie nationale protéines végétales, dévoilée le 1er décembre vise à réduire la…

"Un veau qui ne se lève pas se remarque rapidement ce qui permet de le prendre en charge sans délai », soulignent les éleveurs interrogés sur leur conduite de limitation des tétées. © C. Delisle
Y a-t-il un intérêt à limiter l’accès des veaux à leurs mères ?
Dans le cadre du projet Optirepro, l’Institut de l’élevage et la chambre d’agriculture des Pays de la Loire se sont penchés sur…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande