Aller au contenu principal

Le nombre de jeunes bovins produits en Europe a baissé de 2 % en 2020

graph effectif jeunes bovins en dans les payd d'europe entre 2004 et 2020
Evolution des effectifs de bovins mâles âgés de un à deux ans dans différents pays d'Europe entre 2004 et 2020

Le prix des taurillons a progressé tout au long de l’été. Une hausse plus ou moins précoce et plus ou moins dynamique selon les principaux pays producteurs. C’est en Pologne et en Allemagne que la situation s’est améliorée le plus rapidement, atteignant dès juillet des tarifs supérieurs à ceux de 2018. Des cotations qui se sont encore raffermies dans les semaines suivantes. L’Institut de l’élevage faisait état début septembre de JB O polonais à 3,62 euros du kilo carcasse en semaine 35 et 4,04 euros du kilo carcasse pour les JB R allemands. Des chiffres légèrement supérieurs à ceux de l’automne 2012 quand l’export de viande et de JB vivants sur la Turquie avait soudainement ragaillardi les cotations.

Comme souvent, ce net redressement des prix est favorisé par une demande dynamique alors que les volumes produits stagnent ou s’érodent dans les principaux pays producteurs. Entre décembre 2019 et décembre 2020 le nombre de mâles de 1 à 2 ans détenus dans les élevages des différents pays l’UE à 27 a reculé de 112 000 têtes pour s’établir à 5,1 millions d’animaux. En Allemagne tout comme en France, le nombre de JB engraissés est en net recul depuis 10 ans.

En Irlande, Italie et Espagne le nombre d’animaux produits stagne plus qu’il ne décroît. Et en Pologne, il a diminué en 2020 pour la seconde année consécutive après plus de dix années de croissance ininterrompue de la production. Cela permet malgré tout aux Polonais d’accéder depuis l’an dernier au rang de premier producteur européen de jeunes bovins pour le nombre d’animaux finis en reléguant l’Allemagne en seconde position.

Les plus lus

Bovins viande : un revenu 2022 bas, sauf pour les systèmes avec cultures
L'Institut de l'Elevage a simulé sur cas-types le revenu 2022 des élevages bovins viande. Hausse des prix des bovins et hausse…
« Le marché italien et le développement de primes spécifiques à la vache allaitante, ont véritablement permis le maintien et le développement du naissage en France, notamment dans les zones défavorisées », souligne Philippe Chotteau, chef du département économie de l’Institut de l’élevage.
Bovins viande : vers un retour aux faibles effectifs des années 1980 ?
Rétrospective avec Philippe Chotteau, chef du département économie de l’Institut de l’élevage, sur les évènements qui ont jalonné…
taureau race limousine
A Lanaud, quatre taureaux limousins vendus aux enchères plus de 15 000 euros
100 % des veaux ont été vendus lors des enchères pour la deuxième série de taureaux limousins issus de la station nationale de…
Stéphanie Mocques-Goure donne la priorité aux résultats économiques. Sur son exploitation, tout est géré au mieux pour limiter les charges et pouvoir se dégager un revenu.
Bovins viande : « Je veux vivre de mon métier »
À Beaufort-en-Anjou dans le Maine-et-Loire, Stéphanie Mocques-Goure a transformé en profondeur son système pour réussir à se…
Les cours des broutards charolais stabilisés à haut niveau
Les cours des broutards charolais stabilisés à haut niveau
Durant les derniers mois de l’année 2022, les cours des broutards sont restés stables ou ont à peine diminué.
Avant de faire entrer les animaux dans les cases, il convient d’étaler avec un godet une dizaine de centimètres d’écorce broyée puis de « pailler » une à deux fois par semaine.
Des écorces de bois comme alternative à la paille
Les plaquettes de bois ne sont pas le seul produit issu de la biomasse forestière à pouvoir être utilisé comme alternative à la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande