Aller au contenu principal

Le Bœuf Ethique lance un financement participatif pour son abattoir mobile

Le budget est en train d’être bouclé, l’organisation est prête. L’abattoir mobile du Bœuf Ethique prévoit de démarrer son activité au premier semestre 2021.

« Nous sommes en train de finaliser la réception de fonds privés pour plus de 600 000 euros » annonce Emilie Jeannin, éleveuse en Côte-d'Or à l'initiative du Bœuf Ethique, lors d'une conférence de presse organisée le 23 juillet 2020. Un financement participatif est lancé sur la plateforme Miimosa, avec l'objectif de récolter 250 000 euros, sous la forme d'un prêt rémunéré. Le budget sera ensuite bouclé avec un prêt bancaire d’un million d’euros, qui couvrira l’achat du matériel.  

Il est prévu ensuite de lancer la commande du camion à la rentrée, et de démarrer l’activité au premier semestre 2021. Le périmètre est défini à la région Bourgogne-Franche-Comté et les départements allaitants limitrophes (Allier, Rhône, Loire,…). La première année, 120 éleveurs participeront, un effectif qui devrait monter l’année suivante à entre 250 et 300 éleveurs, puis poursuivre sa progression.

« Le volume qui sera traité est évalué à 540 téc la première année, puis 950 téc l’année suivante. L’activité commencera avec quatre bêtes par jour, avant d’augmenter progressivement. Un seul élevage sera traité chaque jour » précise Emilie Jeannin.

Le protocole sanitaire est d’ores et déjà validé par la DDPP de Côte d’Or, et il sera signé prochainement. Un planning prévisionnel de l’activité sera adressé aux services vétérinaires au minimum un mois à l’avance pour l’organisation des inspections. Elles seront assurées par des vétérinaires sanitaires, et les services vétérinaires sont en train de réfléchir aux conditions dans lesquelles pourraient être mandatés des vétérinaires d’exercice libéral.

Lire aussi : Un abattoir mobile qui se déplace d’élevage en élevage

La SAS Le Bœuf Ethique achètera les animaux sur pieds, les abattra sur leur élevage et les vendra sous sa marque. Une charte pour les conditions d’élevage des animaux est définie (alimentation, logement,..), et la contractualisation intègrera notamment les indicateurs interprofessionnels de coûts de production. Les éleveurs s’engagent sur la contractualisation du volume d’animaux qu’ils souhaitent, à partir de quatre bovins.

 

Pour la distribution de la viande, sont pressentis des restaurateurs plutôt de type qualitatifs, des artisans bouchers, et aussi des points de distribution en GMS pour rendre le produit accessible au plus grand nombre.  

"Les objectifs de ce projet sont multiples", rappelle Emilie Jeannin. "Eviter aux animaux les souffrances liées à des transports longs et extrêmement stressants, éviter aux animaux l'univers anxiogène des abattoirs traditionnels et des conditions d'abattage parfois opaques, assurer aux éleveurs une meilleure rémunération en réduisant les intermédiaires, proposer aux consommateurs une viande de qualité répondant à des critères éthiques et en garantir sa parfaite traçabilité." 

Lire aussi : « Quatre ans pour expérimenter l’abattoir mobile »

 

 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Prix des céréales : les raisons de la flambée des cours
Grandes Cultures
Blé, orge, maïs : les prix de l'ensemble des marchés des céréales ont connu une hausse brutale ces dernières semaines. Cette…
filet brise-vent
Plan de relance : des aides pour la biosécurité et le bien-être animal
Le volet agricole du plan de relance comprend une mesure « pacte biosécurité et bien-être animal ». Le dispositif sera piloté par…
Sophie et Michel travaillent avec leur fils Baptiste. Cette année, les laitonnes ont du être rentrées dès octobre à cause des fortes pluies. © S. Bourgeois
Une perte sensible d’efficacité économique pour un système broutards dans la Nièvre
Michel et Sophie Durand conduisent à Ougny dans la Nièvre, un système herbager avec 165 vêlages et vente de broutards lourds. À …
Cette année, la campagne de vêlages se passe vraiment bien avec 85 % de vêlages sans aide, et les retours en chaleurs sont nettement plus rapides qu’auparavant. Pour certaines, c’est quinze jours après le vêlage. © S. Bourgeois
Une approche globale pour une reproduction au top
Des vaches bien préparées au vêlage retournent vite en chaleurs. C’est l’expérience qu’a faite Jean-Michel Michelot, éleveur dans…
Le plan protéines n’oublie pas l’herbe

La stratégie nationale protéines végétales, dévoilée le 1er décembre vise à réduire la…

"Un veau qui ne se lève pas se remarque rapidement ce qui permet de le prendre en charge sans délai », soulignent les éleveurs interrogés sur leur conduite de limitation des tétées. © C. Delisle
Y a-t-il un intérêt à limiter l’accès des veaux à leurs mères ?
Dans le cadre du projet Optirepro, l’Institut de l’élevage et la chambre d’agriculture des Pays de la Loire se sont penchés sur…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande