Aller au contenu principal
Font Size

L’APAL à l’écoute des marchés

Le concours de Pâques de l’Apal (Association de production animale de l’Est) a mis en lumière la volonté des éleveurs de s’adapter à la demande des bouchers comme des industriels.

Avec 156 animaux majoritairement Charolais et Limousins, mais également Blonds et Parthenais, le marché aux bestiaux de Laneuveville-devant-Bayon, au sud de Nancy, avait presque fait le plein, le 15 mars dernier, pour la seizième édition du traditionnel concours de Pâques de l’Association de production animale de l’est (Apal). Devant plus de 200 personnes, la vente aux enchères de douze bêtes sélectionnées par le jury, dont deux labels, a donné le "la" précédant les négociations de main à la main dans les allées. La fourchette de mise à prix oscillait entre 6 et 8 €/kg. Les enchères ne se sont pas enflammées. Le record de la vente à 9,10 € est revenu à une Charolaise avec des masses musculaires harmonieusement réparties. Si tous les animaux proposés aux enchères ont été vendus, leur prix moyen est en retrait d’environ 1,50 € sur la vente de Noël 2016 traditionnellement plus animée en raison d'une demande plus soutenue autour des fêtes de fin d’année.

Proposer une offre adaptée à chaque marché

Les concours de Bayon fournissent un débouché à environ 15 % d’un potentiel d’animaux provenant de toute la région Grand- Est. Ils attirent artisans bouchers et responsables des rayons boucherie de la grande distribution. Michel Copernot, gérant de la boucherie d’un hypermarché à Conflans-en-Jarnisy en Meurthe-et-Moselle, ne rate aucun de ces rendez-vous. « Je travaille des bêtes de concours toute l’année, nées, élevées et abattues en Lorraine » dit-il. « Je suis intéressé par des carcasses lourdes de 450 à 600 kg, de conformation U ou E. J’achète en moyenne deux bêtes aux enchères et cinq autres dans les allées. De la Charolaise pour le rendement, de la Limousine pour le grain de viande et de la Blonde pour la tendreté. Les clients viennent par le bouche à oreille. Nous mettons en vente au tarif qu’il faut, même si on en vend un peu moins ».

Pour Stéphane Peultier, président de l’Apal, ce type d’événement régulier est indispensable pour promouvoir le savoir-faire des éleveurs et créer des liens avec les points de vente de la région. Mais l’objectif de l’Apal est de « pouvoir proposer une offre adaptée à chaque marché ». C’est pourquoi l’association s’est positionnée il y a un an pour être le partenaire du schéma britannique Stabiliser. Facilité de vêlage, gène sans corne et carcasses répondant mieux que d’autres à un schéma industriel, ont convaincu l’Apal de lancer un test grandeur nature. Une trentaine d’éleveurs sont sur la ligne de départ. « L’est de la France convient tout particulièrement à cette expérimentation car toutes les races y cohabitent » fait remarquer Stéphane Peultier. Dans ce projet, l’Apal s’est assuré du soutien du Conseil régional et d’instituts techniques comme Arvalis ou l’ENSAIA. La signature des statuts de l’association de gestion de cette initiative était prévue début avril.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Bâchage des silos : des pistes pour dégager les pneus
Machinisme
La bonne conservation du tas d’ensilage passe par la pose d’une couverture parfaitement hermétique. Si la qualité des bâches est…
L’intérêt de l’épeautre en alimentation du troupeau allaitant tient à la présence des glumes.
L'épeautre, une céréale qui n'apporte pas que de l'énergie
Par la présence des enveloppes du grain riches en cellulose, l’épeautre est utile en engraissement pour sécuriser la ration. Il…
carte Arvalis estimation date de début de récolte du maïs ensilage
Les ensilages de maïs pourraient débuter plus tôt que prévu
Arvalis a publié une carte des dates de début possible des chantiers d'ensilage de maïs. Ce sera autour du 20 août en Rhône-Alpes…
broutards charolais au pré
L'offre en broutards restera limitée dans les prochains mois

Au 1er juin 2020, on dénombrait 511 000 mâles de race allaitante âgés de 6 à 12 mois dans la BDNI : un effectif en recul de 3…

David Durand, éleveur au GAEC des Gariottes (à gauche) et Christophe Seringe, technicien d’élevage à la SCA Le pré vert (à droite), un tandem de choc pour développer le veau rosé bio. © E. Durand
Le veau rosé bio comme alternative au broutard
Le veau rosé bio s’est développé depuis une dizaine d’années dans le Sud-Ouest. Pour le Gaec des Gariottes en Corrèze, cette…
Le kéfir est distribué à la naissance puis une fois par jour pendant les deux jours suivants. © L. Lamarre
Le kéfir pour hygiéniser le tube digestif des veaux
Le kéfir est une boisson fermentée fabriquée à partir de lait ou de sucre. Son usage se développe beaucoup en élevage bovin ces…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande