Aller au contenu principal

L’Apal initie une production de viande hachée produite, élaborée et commercialisée dans le Grand Est

Depuis le premier décembre, il est possible d’acheter dans des supermarchés « Match » et « Leclerc » de la région Grand Est de la viande hachée « équitable et de qualité » produite avec des muscles de vaches charolaises issues des élevages des adhérents de l’Apal.

La viande hachée à 12 % de matière grasse commercialisée sous la marque « Les éleveurs du Grand Est » est présenté pour l’instant sous 3 formats : barquettes de 2 ou 4 steaks hachés et barquette de 350 g de « cheveux d’ange. »
© Apal

Mettre en place des filières susceptibles de mieux valoriser la production de ses 2700 adhérents, tout en favorisant les débouchés de proximité. En créant la marque « Les éleveurs du Grand Est » qui s’applique depuis le premier décembre à de la viande hachée commercialisée en barquette dans les linéaires de supermarchés « Match » et « Leclerc » de cette région, l’Apal (Association de Productions Animales de l’Est) répond parfaitement à ces objectifs. « La volonté de l’Apal est de garantir une viande équitable et de qualité avec une provenance locale puisque la viande proviendra exclusivement d’animaux nés, élevés, abattus et transformés en région Grand Est. Les animaux sont abattus à Mirecourt, dans les Vosges et le steak est élaboré à Vitry le François, dans la Marne » précise Aline Barrois, sa directrice. Cette démarche a pris son envol le premier décembre. Elle est présentée comme la seule filière équitable haché 100% Grand Est compte tenu de la provenance des animaux mais également du lieu de leur transformation ainsi que de la localisation des magasins où cette viande est commercialisée. Actuellement les bovins concernés sont uniquement des vaches Charolaises qui, numériquement parlant, sont aussi les allaitantes plus couramment présentes dans cette région.

Vaches de 350 à 450 kg carcasse

Du côté du prix auquel sont achetés ces animaux, Aline Barrois fait état de 4,40 € du kilo carcasse entrée abattoir pour des charolaises correctement finies d’une gamme de conformation assez standard. La volonté est surtout par la suite de caler les évolutions de ce prix sur lIndice des prix d'achat des moyens de production agricoles (Ipampa) calculé par l’Institut de l’élevage. Ces tarifs sont annoncés pour des poids de carcasse idéalement compris dans une fourchette de 350 à 450 kg. En effet tous les magasins ne sont pas uniquement intéressés par la seule viande hachée. Certains le sont également par des muscles à griller. La volonté est alors d’avoir un prix unitaire de la portion abordable, associé à un muscle qui puisse avoir été tranché suffisamment épais pour permettre une cuisson correcte et éviter de se retrouver avec un morceau de semelle dans l’assiette. Pour sa phase de lancement en décembre, l’Apal table dans un premier temps sur une dizaine d’animaux par semaine avec forcément la volonté de dynamiser les volumes, tout particulièrement au cours du premier semestre 2021.

 

 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Profiter d’une conjoncture plus favorable à la viande bovine pour bâtir un vrai projet de filière
Face à des volumes de production qui s’étiolent et à une pyramide des âges des éleveurs devenue préoccupante, les participants au…
Plusieurs paramètres entrent en jeu pour analyser la différence de rentabilité des systèmes, à commencer par le coût de production.
Les systèmes d’avenir existent déjà en élevages bovins viande !
Après avoir mis en avant les facteurs de variabilité de la rentabilité des exploitations bovins viande des Pays de la Loire et…
David Lachassagne a apprécié la rusticité et le rendement en grain et paille de l'orge hybride.
« J’ai choisi de ne récolter l’orge hybride qu’en grain et paille »
David Lachassagne, éleveur de charolais à Givarlais dans l’Allier, a testé cette année l’orge hybride sur trois hectares. Vu son…
Génisses ayant vêlées à deux ans - archives. La stratégie « vêlages à deux ans » stricte ne concerne que 1,3 % des troupeaux allaitants.
Vêlage à deux ans : une piste d’intérêt en bovins viande
En France, le vêlage à deux ans est très peu pratiqué en élevage allaitant. Pourtant, il permet d’améliorer l’efficience des…
Une enchère record à 15 400 € pour un futur reproducteur Charolais prometteur
Une vente aux enchères conjointement organisée par Charolais Expansion et le herd book charolais à l’occasion du dernier concours…
Maïs « coupe haute » : un fourrage plus concentré à bien rationner
Alors que les ensilages de maïs sont prometteurs cette année, Arvalis fait le point sur la technique de récolte de l'ensilage de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande