Aller au contenu principal

L’Apal initie une production de viande hachée produite, élaborée et commercialisée dans le Grand Est

Depuis le premier décembre, il est possible d’acheter dans des supermarchés « Match » et « Leclerc » de la région Grand Est de la viande hachée « équitable et de qualité » produite avec des muscles de vaches charolaises issues des élevages des adhérents de l’Apal.

La viande hachée à 12 % de matière grasse commercialisée sous la marque « Les éleveurs du Grand Est » est présenté pour l’instant sous 3 formats : barquettes de 2 ou 4 steaks hachés et barquette de 350 g de « cheveux d’ange. »
© Apal

Mettre en place des filières susceptibles de mieux valoriser la production de ses 2700 adhérents, tout en favorisant les débouchés de proximité. En créant la marque « Les éleveurs du Grand Est » qui s’applique depuis le premier décembre à de la viande hachée commercialisée en barquette dans les linéaires de supermarchés « Match » et « Leclerc » de cette région, l’Apal (Association de Productions Animales de l’Est) répond parfaitement à ces objectifs. « La volonté de l’Apal est de garantir une viande équitable et de qualité avec une provenance locale puisque la viande proviendra exclusivement d’animaux nés, élevés, abattus et transformés en région Grand Est. Les animaux sont abattus à Mirecourt, dans les Vosges et le steak est élaboré à Vitry le François, dans la Marne » précise Aline Barrois, sa directrice. Cette démarche a pris son envol le premier décembre. Elle est présentée comme la seule filière équitable haché 100% Grand Est compte tenu de la provenance des animaux mais également du lieu de leur transformation ainsi que de la localisation des magasins où cette viande est commercialisée. Actuellement les bovins concernés sont uniquement des vaches Charolaises qui, numériquement parlant, sont aussi les allaitantes plus couramment présentes dans cette région.

Vaches de 350 à 450 kg carcasse

Du côté du prix auquel sont achetés ces animaux, Aline Barrois fait état de 4,40 € du kilo carcasse entrée abattoir pour des charolaises correctement finies d’une gamme de conformation assez standard. La volonté est surtout par la suite de caler les évolutions de ce prix sur lIndice des prix d'achat des moyens de production agricoles (Ipampa) calculé par l’Institut de l’élevage. Ces tarifs sont annoncés pour des poids de carcasse idéalement compris dans une fourchette de 350 à 450 kg. En effet tous les magasins ne sont pas uniquement intéressés par la seule viande hachée. Certains le sont également par des muscles à griller. La volonté est alors d’avoir un prix unitaire de la portion abordable, associé à un muscle qui puisse avoir été tranché suffisamment épais pour permettre une cuisson correcte et éviter de se retrouver avec un morceau de semelle dans l’assiette. Pour sa phase de lancement en décembre, l’Apal table dans un premier temps sur une dizaine d’animaux par semaine avec forcément la volonté de dynamiser les volumes, tout particulièrement au cours du premier semestre 2021.

 

 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

tas de fumier compact maturé stocké au champ
Le fumier stocké au champ ne présente pas de risque de pollution nitrique
D'après un essai à la ferme expérimentale de Derval, le stockage du fumier compact ou très compact en andain au champ, après deux…
 L’outil mesure 6 m de long. Il se positionne sur le télescopique soit dans l’alignement de la flèche ou perpendiculairement à cette dernière. Ces deux positionnements correspondent aux deux usages pour lequel cet outil a été conçu et est utilisé : à savoir faciliter la mise en place des bâches en plastique une fois le silo tassé ou soulever les barrières en tubulaires dans la stabulation en intervenant à distance depuis le couloir situé devant les ... © F. d'Alteroche
Tirer les bâches d’ensilage sans efforts
À Thoisy-le-Désert en Côte-d’Or, Ludovic Roy place et retire sans difficultés les bâches en plastique des silos avec une rallonge…
Vignette
Plan de relance : des aides pour la biosécurité et le bien-être animal
Le volet agricole du plan de relance comprend une mesure « pacte biosécurité et bien-être animal ». Le dispositif sera piloté par…
Cette année, la campagne de vêlages se passe vraiment bien avec 85 % de vêlages sans aide, et les retours en chaleurs sont nettement plus rapides qu’auparavant. Pour certaines, c’est quinze jours après le vêlage. © S. Bourgeois
Une approche globale pour une reproduction au top
Des vaches bien préparées au vêlage retournent vite en chaleurs. C’est l’expérience qu’a faite Jean-Michel Michelot, éleveur dans…
Le plan protéines n’oublie pas l’herbe

La stratégie nationale protéines végétales, dévoilée le 1er décembre vise à réduire la…

"Un veau qui ne se lève pas se remarque rapidement ce qui permet de le prendre en charge sans délai », soulignent les éleveurs interrogés sur leur conduite de limitation des tétées. © C. Delisle
Y a-t-il un intérêt à limiter l’accès des veaux à leurs mères ?
Dans le cadre du projet Optirepro, l’Institut de l’élevage et la chambre d’agriculture des Pays de la Loire se sont penchés sur…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande