Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

La Turquie a battu en 2018 des records d'importation de broutards

La Turquie a importé 1 210 000 broutards en 2018, soit deux fois plus qu’en 2017. La très grande majorité des animaux sont venus d’Amérique du Sud.

broutards sud-americains engraissés en Turquie
© S.Chastanet

Le marché turc est décidément bien compliqué à lire. Sur l'année 2018, la crise financière a provoqué une inflation alimentaire de 31 % et les importations de broutards ont été très importantes. Ce sont pour une grande majorité d'entre eux des broutards brésiliens - quatre fois plus nombreux qu'en 2017 - et urugayens qui ont été achetés. Ceci est du au fait que leur prix très faible - entre 1,0 € et 1,5 € du kg vif au départ du Brésil - et que cela s'est combiné l'an dernier à la dévaluation du real brésilien et du peso urugayen, qui compense en partie la chute de la livre turque.

La Turquie a également importé 187 000 animaux européens en 2018 (+4% /2017), venus principalement d’Europe de l’Est.

"Ces importations impressionnantes, supérieures au total italien en 2018, devraient toutefois être plus modestes en 2019. Probablement pour prévenir un encombrement du marché, l’État turc a décidé un arrêt brutal des importations de tous les bovins vivants début janvier 2019. Il est difficile de prévoir la date et les conditions de réouverture du marché" annonce l'Institut de l'Elevage.

 

graph importations broutards en Turquie 2018 Institut de l'Elevage

Pour en savoir plus : https://www.tendances-lait-viande.fr/category/viande-bovine/?numero=299

Voir aussi notre article de juin 2018 :Germain Milet, Institut de l'Elevage : la Turquie veut favoriser les engraisseurs locaux

 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Cédric Mandin, en Gaec avec son frère François à Sainte-Cécile, en Vendée. © C. Mandin
Cédric Mandin : "nos vaches attendent dans la stabulation"
Pour manifester sa colère face à la baisse du prix des bovins finis, Cédric Mandin, éleveur en Vendée et secrétaire général de la…
Florent Calmès. « Je travaille plus sur le coût de production que sur le GMQ. » © B. Griffoul
Chez Florent Calmès : simplifier le travail pour gérer seul un cheptel de 125 vaches
Florent Calmès, installé dans l’Aveyron, ne fait pas de compromis sur le résultat économique mais a fortement simplifié le…
steak et saucisse
Les mots « saucisses » et « steaks » réservés aux seuls produits carnés
L’Assemblée Nationale a adopté mercredi 27 mai une loi pour renforcer la transparence de l'information du consommateur sur les…
Didier Guillaume a annoncé une prochaine réunion au ministère pour débattre sur le prix trés dégradé de la viande bovine à la production.
[Covid 19] Selon Didier Guillaume, la baisse de rémunération des éleveurs bovins est « inadmissible »
La dégringolade du prix des bovins finis suscite un sentiment de dégoût chez les éleveurs et ne va pas inverser l’actuelle…
Antoine et Pascal Perrin ont apprécié que cette plante valorise très bien l’eau tombée. © C. Sudraud/SAS Scanner
"Le sorgho fourrager multicoupe pour compléter les stocks"
Le Gaec Perron a cultivé en 2019 du sorgho fourrager multicoupe sur 3,5 hectares. Semé mi-mai, en choisissant une variété bon…
EffiViande : un projet au service du maintien de l’élevage bovins allaitants
Piloté par l’Institut de l’élevage, le projet EffiViande vise à co-construire des systèmes de production de viande bovine…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande