Aller au contenu principal

Bovins Viande : Actualité agricole et agroalimentaire de la filière viande bovine dédiée aux agriculteurs, éleveurs de vaches al

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Recyclage des déchets
La Sopave récupère tous les plastiques, polyéthylène et polypropylène


Lorsqu´on parle de plastiques agricoles usagés, on s´intéresse principalement au polyéthylène ; pour les exploitations d´élevage : bâches d´ensilage, film d´enrubannage, sacs d´engrais de 50 kilos, poche intérieure des big-bags et bidons. Certaines entreprises ne collectent pas tous ces produits, notamment les films d´enrubannage plus difficiles à traiter. Il faut beaucoup plus d´énergie pour les broyer et surtout pour les sécher après lavage ; pour un même poids, plus le film est fin, plus la surface est importante (200 m2 pour 1 kilo de film d´enrubannage contre 10 m2 pour une bâche d´ensilage). La Sopave est équipée pour traiter toutes les catégories de plastiques. Cette année, elle a même décidé de collecter les polypropylènes (ficelle, poche externe des big-bags). Pour l´instant, ils sont stockés ; lorsque la quantité sera suffisante, ils seront recyclés. Répondant ainsi au souci des agriculteurs de se débarrasser de tous leurs déchets, elle espère récupérer de nouveaux marchés.
Pour enlever les plastiques à un coût raisonnable, la Sopave doit récupérer au moins deux bennes de 35 m3 à chaque point de collecte, soit environ vingt tonnes de plastiques bruts. ©B. Griffoul

Contrairement à ce que l´on entend parfois, elle ne demande pas à ce que les bâches soient lavées ou brossées car « les gens ne le feraient pas. Nous pouvons laver sans difficulté des produits qui contiennent 80 % de matière stérile ».
Par contre, les ferrailles, bouts de bois ou pneus mélangés aux plastiques, ne sont pas les bienvenus car ils détériorent les machines. Les bidons doivent être rincés et égouttés. « Nous apprécions les plastiques pressés en balles rondes car nous savons que les agriculteurs qui les ont faites n´y ont pas laissé d´objets indésirables ; de plus, elles permettent de réduire le volume et donc le coût du transport. »
Les plastiques doivent être triés selon leur catégorie (polyéthylène, polypropylène) et, pour les polyéthylènes, selon leur couleur (coloré, translucide). Lorsqu´elle assure elle-même le transport des plastiques, la Sopave le facture au coût réel (30 à 50 euros la tonne).
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

« Je suis un passionné », reconnaît bien volontiers Alban Grandidier. Le troupeau, certes de dimension modeste n’en est pas moins conduit aux petits oignons.  © F. d'Alteroche
« La luzerne est bénéfique pour mes Limousines et pour ma rotation »
La luzerne est devenue incontournable chez Alban Grandidier. Elle a conforté l’autonomie protéique de l’exploitation et apporté…
Les réglages de l’épandeur facilités par les applis
Machinisme
Avec la création permanente de nouvelles formulations d’engrais, le recours à une application sur smartphone permet de profiter…
logo médaille or concours général agricole
[Salon de l'agriculture 2020] Le Concours général agricole a 150 ans
Les concours de reproducteurs des races allaitantes se répartissent sur la durée du Salon de l'agriculture, du 22 février au 1er…
L’outil est disponible à l’adresse suivante : idele.fr/decibov/ © Idele
Décibov simule la faisabilité d’un projet
Ce logiciel de simulation apporte un premier niveau de réponse quant à la faisabilité d’un projet de mise en place d’un atelier…
Limousin junior a la particularité d’être la seule démarche label rouge permettant de valoriser des taurillons de race allaitante.  © F. d'Alteroche
L’objectif ambitieux de 40 % de label rouge à échéance 2023
Le plan de filière défini par Interbev dans le cadre des Égalim ambitionne de faire passer à 40 % l’offre de viande bovine…
Mathieu Fromaget. "Les Charolaises passent l’hiver au foin de prairies naturelles et une autre source de stock est recherchée pour sécuriser le système." © S. Bourgeois
« Le sorgho ne convient pas dans notre système »
Avec 30 hectares de prairies naturelles et le reste de la SAU en cultures de vente, le sorgho est semé trop tard pour réussir à l…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande