Aller au contenu principal

Recyclage des déchets
La Sopave récupère tous les plastiques, polyéthylène et polypropylène


Lorsqu´on parle de plastiques agricoles usagés, on s´intéresse principalement au polyéthylène ; pour les exploitations d´élevage : bâches d´ensilage, film d´enrubannage, sacs d´engrais de 50 kilos, poche intérieure des big-bags et bidons. Certaines entreprises ne collectent pas tous ces produits, notamment les films d´enrubannage plus difficiles à traiter. Il faut beaucoup plus d´énergie pour les broyer et surtout pour les sécher après lavage ; pour un même poids, plus le film est fin, plus la surface est importante (200 m2 pour 1 kilo de film d´enrubannage contre 10 m2 pour une bâche d´ensilage). La Sopave est équipée pour traiter toutes les catégories de plastiques. Cette année, elle a même décidé de collecter les polypropylènes (ficelle, poche externe des big-bags). Pour l´instant, ils sont stockés ; lorsque la quantité sera suffisante, ils seront recyclés. Répondant ainsi au souci des agriculteurs de se débarrasser de tous leurs déchets, elle espère récupérer de nouveaux marchés.
Pour enlever les plastiques à un coût raisonnable, la Sopave doit récupérer au moins deux bennes de 35 m3 à chaque point de collecte, soit environ vingt tonnes de plastiques bruts. ©B. Griffoul

Contrairement à ce que l´on entend parfois, elle ne demande pas à ce que les bâches soient lavées ou brossées car « les gens ne le feraient pas. Nous pouvons laver sans difficulté des produits qui contiennent 80 % de matière stérile ».
Par contre, les ferrailles, bouts de bois ou pneus mélangés aux plastiques, ne sont pas les bienvenus car ils détériorent les machines. Les bidons doivent être rincés et égouttés. « Nous apprécions les plastiques pressés en balles rondes car nous savons que les agriculteurs qui les ont faites n´y ont pas laissé d´objets indésirables ; de plus, elles permettent de réduire le volume et donc le coût du transport. »
Les plastiques doivent être triés selon leur catégorie (polyéthylène, polypropylène) et, pour les polyéthylènes, selon leur couleur (coloré, translucide). Lorsqu´elle assure elle-même le transport des plastiques, la Sopave le facture au coût réel (30 à 50 euros la tonne).
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Le bâtiment est en bois avec une ventilation naturelle, une bonne ambiance à l’intérieur et des écarts de température diurne-nocturne atténués par la toiture en panneaux « sandwich » de 4 centimètres d’épaisseur. © F. d'Alteroche
Une stabulation sur caillebotis double usage pour les vaches allaitantes
Dans le Cantal, la nécessité d’accroître les capacités de stockage en lisier d’un bâtiment entravé a incité les associés du Gaec…
Les vaches ont très vite adopté les logettes et les cornadis suédois leur ont permis de sauver leurs cornes, sans dommages jusqu’à présent. © F. d'Alteroche
Des caillebotis pour les vaches, pour ne pas remettre en cause l’autonomie
Le Gaec d’Éole utilise à peine 12 tonnes de paille-hiver pour les seules cases à veaux et cases de vêlage d’une stabulation « …
 © M-H André
L’Argentine, cette usine à bœufs qui tourne au ralenti
Dans bon nombre d’élevages naisseurs argentins, le potentiel de production est loin d’être utilisé à 100 % de ses capacités. Une…
De la Stabiliser à la Redyblack, vers une nouvelle race bovins viande en France
Portée par l’association Bovinext, la RedyBlack est la première race bovine en création depuis des décennies à obtenir son…
Pauline Garcia élève 130 Salers dans le Cantal. Elle propose des formations et des conseils sur le terrain ou en ligne (conseils à l’heure). © Etho-diversité
La conduite positive du bovin par Pauline Garcia
Pauline Garcia, éleveuse de 130 Salers dans le Cantal et comportementaliste animalière, applique sur le terrain des résultats de…
Les poteaux métalliques ont permis de limiter l’emprise au sol et la charpente et les parois en bois contribuent à une bonne ambiance avec des devis comparatifs métal/bois qui étaient similaires. © F. d'Alteroche
Bâtiment sur caillebotis : associer l’économie en paille à son confort
Construite sur les pentes du Massif du Sancy, la stabulation du Gaec de Surain associe litière paillée et fosse sous caillebotis…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande