Aller au contenu principal
Font Size

Génisses d´élevage
La Russie est un marché un peu particulier


Le ministère français de l´Agriculture a annoncé la réouverture du marché russe pour des génisses d´élevage issues d´une soixantaine de départements à compter du premier février dernier. Des exportations d´animaux aubrac, charolais, limousins et salers avaient déjà eu lieu en 1998 et 2001 vers ce pays qui serait toujours demandeur. La Russie a en effet sérieusement besoin de relancer sa production pour améliorer son autosuffisance alimentaire. Les génisses déjà exportées par la France sont depuis devenues des vaches et les résultats obtenus sont encourageants avec toutefois des bilans inégaux suivant les races, compte tenu des conditions climatiques difficiles de ce pays et aussi du manque de savoir-faire des acheteurs côté conduite d´élevage.
Il n´en demeure pas moins que nous n´en sommes qu´au tout début du processus entamé pour renouer des relations commerciales avec la Russie. « Il y a une vraie carte à jouer, mais il ne sert à rien de s´emballer pour ce projet tant que l´on n´en connaît pas clairement les conditions », soulignent certains observateurs. Il convient en effet de discuter sur la définition du produit demandé, sur les qualifications nécessaires, sur son prix et bien sûr sa disponibilité. Cette destination restera toutefois un marché un peu particulier à cause des taux de change et des garanties de paiement à obtenir. D´autres pays sont également intéressés par ce marché, même si la France a de sérieux atouts puisqu´elle fait figure de « réservoir européen » pour la génétique allaitante.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Les systèmes les plus rémunérateurs ont joué systématiquement sur une part suffisante de céréales autoconsommées (>50 % des concentrés consommés de l’atelier), sur une bonne gestion du poste mécanisation, une productivité des UGB correcte et une productivité de la main-d’œuvre satisfaisante. © C. Delisle
Systèmes d'élevage bovins viande, quelle rentabilité ?
Un traitement statistique des coûts de production, collectés sur trois ans dans les Pays de la Loire et en Deux-Sèvres, a permis…
jeunes bovins ration pommes de terre
Des pommes de terre à saisir pour nourrir le troupeau allaitant
Des disponibilités importantes de tubercules se présentent cette année pour l'alimentation animale. Daniel Platel de la chambre d…
Cinq alternatives à la paille pour la litière des bovins viande
Les disponibilités en paille s'annoncent moins importantes et plus précoces pour la campagne 2020. Différentes possibilités…
Vignette
Un bâtiment d’engraissement « caniculo-compatible »
Pour conforter une installation, le Gaec Civade dans le Cher a investi dans un bâtiment d’engraissement. Entièrement réalisé en…
Le concours national Charolais adultes reporté, le concours des veaux aménagé
Le conseil d’administration du Herd Book Charolais réuni le 25 juin a décidé de reporter le concours national des adultes à une…
rayon viande bovine bio grande distribution Leclerc
La viande bovine bio ignore la crise
L’agriculture biologique continue d’avoir le vent en poupe. Elle semble même surfer sur la vague à la faveur des critiques sur…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande