Aller au contenu principal

Génisses d´élevage
La Russie est un marché un peu particulier


Le ministère français de l´Agriculture a annoncé la réouverture du marché russe pour des génisses d´élevage issues d´une soixantaine de départements à compter du premier février dernier. Des exportations d´animaux aubrac, charolais, limousins et salers avaient déjà eu lieu en 1998 et 2001 vers ce pays qui serait toujours demandeur. La Russie a en effet sérieusement besoin de relancer sa production pour améliorer son autosuffisance alimentaire. Les génisses déjà exportées par la France sont depuis devenues des vaches et les résultats obtenus sont encourageants avec toutefois des bilans inégaux suivant les races, compte tenu des conditions climatiques difficiles de ce pays et aussi du manque de savoir-faire des acheteurs côté conduite d´élevage.
Il n´en demeure pas moins que nous n´en sommes qu´au tout début du processus entamé pour renouer des relations commerciales avec la Russie. « Il y a une vraie carte à jouer, mais il ne sert à rien de s´emballer pour ce projet tant que l´on n´en connaît pas clairement les conditions », soulignent certains observateurs. Il convient en effet de discuter sur la définition du produit demandé, sur les qualifications nécessaires, sur son prix et bien sûr sa disponibilité. Cette destination restera toutefois un marché un peu particulier à cause des taux de change et des garanties de paiement à obtenir. D´autres pays sont également intéressés par ce marché, même si la France a de sérieux atouts puisqu´elle fait figure de « réservoir européen » pour la génétique allaitante.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Julien Denormandie sommet de l'elevage
FNB : "Un contrat écrit obligatoire pour toutes les catégories de bovins d'ici fin 2022"
Selon un communiqué de la FNB, Julien Denormandie a annoncé lors de sa visite au Sommet de l'Elevage qu'au 1er janvier 2022,…
Olivier Mevel "Le monde agricole n’a pas à supporter le train de vie du distributeur"
Olivier Mevel : "Le monde agricole n’a pas à supporter le train de vie du distributeur"
Maître de conférences à l’université de Brest, Olivier Mevel n’est pas tendre avec le travail mené par l’observatoire de la…
Bruno Dufayet, président de la Fédération Nationale Bovine
Bruno Dufayet, Fédération nationale bovine : « Des signaux de marché au vert, les prix doivent sortir du rouge »
A quelques jours du Sommet de l’Elevage, le président de la Fédération nationale bovine estime que toutes les planètes sont…
Déchargement de broutards français dans un atelier italien - En Italie, la conjoncture actuelle est favorable avec des niveaux de prix nettement plus élevés que ce qui est habituellement pratiqué à cette période de l’année.
Trop peu valorisés, les broutards sont moins nombreux
Le prix du maigre a gagné quelques centimes en fin d’été mais ne progresse pas dans les mêmes proportions que les femelles finies…
Le parc d’attente est un demi-cercle à barrière poussante sécurisée permettant au choix d’orienter les animaux vers un parc, vers le quai de chargement ou vers l’entrée du couloir de contention. Le sol est un béton strié et il a été coulée après avoir bien vérifié que tout fonctionnait. Il est couvert d'un peu de sciure pour ne pas glisser.
[Contention des bovins] Une installation faite maison de haut niveau
Depuis dix ans, le Gaec des Reclous est équipé d’une belle installation associant bois et métal, complétée par un quai de…
vaches blondes au pâturage
[PAC 2023] Ce que l’on sait de l’aide couplée bovine pour les troupeaux allaitants
L’Institut de l’Elevage a présenté lors d’une conférence au Sommet de l’Elevage les informations disponibles sur la future aide…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande