Aller au contenu principal

Génisses d´élevage
La Russie est un marché un peu particulier


Le ministère français de l´Agriculture a annoncé la réouverture du marché russe pour des génisses d´élevage issues d´une soixantaine de départements à compter du premier février dernier. Des exportations d´animaux aubrac, charolais, limousins et salers avaient déjà eu lieu en 1998 et 2001 vers ce pays qui serait toujours demandeur. La Russie a en effet sérieusement besoin de relancer sa production pour améliorer son autosuffisance alimentaire. Les génisses déjà exportées par la France sont depuis devenues des vaches et les résultats obtenus sont encourageants avec toutefois des bilans inégaux suivant les races, compte tenu des conditions climatiques difficiles de ce pays et aussi du manque de savoir-faire des acheteurs côté conduite d´élevage.
Il n´en demeure pas moins que nous n´en sommes qu´au tout début du processus entamé pour renouer des relations commerciales avec la Russie. « Il y a une vraie carte à jouer, mais il ne sert à rien de s´emballer pour ce projet tant que l´on n´en connaît pas clairement les conditions », soulignent certains observateurs. Il convient en effet de discuter sur la définition du produit demandé, sur les qualifications nécessaires, sur son prix et bien sûr sa disponibilité. Cette destination restera toutefois un marché un peu particulier à cause des taux de change et des garanties de paiement à obtenir. D´autres pays sont également intéressés par ce marché, même si la France a de sérieux atouts puisqu´elle fait figure de « réservoir européen » pour la génétique allaitante.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Prix des céréales : les raisons de la flambée des cours
Grandes Cultures
Blé, orge, maïs : les prix de l'ensemble des marchés des céréales ont connu une hausse brutale ces dernières semaines. Cette…
filet brise-vent
Plan de relance : des aides pour la biosécurité et le bien-être animal
Le volet agricole du plan de relance comprend une mesure « pacte biosécurité et bien-être animal ». Le dispositif sera piloté par…
Sophie et Michel travaillent avec leur fils Baptiste. Cette année, les laitonnes ont du être rentrées dès octobre à cause des fortes pluies. © S. Bourgeois
Une perte sensible d’efficacité économique pour un système broutards dans la Nièvre
Michel et Sophie Durand conduisent à Ougny dans la Nièvre, un système herbager avec 165 vêlages et vente de broutards lourds. À …
Cette année, la campagne de vêlages se passe vraiment bien avec 85 % de vêlages sans aide, et les retours en chaleurs sont nettement plus rapides qu’auparavant. Pour certaines, c’est quinze jours après le vêlage. © S. Bourgeois
Une approche globale pour une reproduction au top
Des vaches bien préparées au vêlage retournent vite en chaleurs. C’est l’expérience qu’a faite Jean-Michel Michelot, éleveur dans…
Le plan protéines n’oublie pas l’herbe

La stratégie nationale protéines végétales, dévoilée le 1er décembre vise à réduire la…

Pac: les aides aux bovins allaitants et laitiers revalorisées pour la campagne 2020
Le montant unitaire de l'aide aux bovins allaitants est revalorisé à 171,25 euros par vache (au lieu de 166 euros) pour les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande