Aller au contenu principal

La Pologne stocke sur pieds

 © Pixabay
© Pixabay

Au sein de l’Union européenne, la Pologne présente la particularité d’avoir nettement accru ces dernières années sa production de viande bovine en développant l’engraissement de taurillons laitiers ou croisés à partir des veaux nés localement. Mais la viande bovine est loin d’être le produit carné plébiscité des Polonais. Ils n’en consomment même pas deux kg/habitant/an en donnant leur préférence au porc et au poulet. L’essentiel de la production de viande bovine de ce pays (85%) est donc destinée à l’exportation. L’Italie fait partie des principaux clients. « La viande polonaise sur le marché italien est avant tout destinée à la restauration hors domicile et secondairement à celui de la transformation. Quelques bouchers low cost s’approvisionnent en viande polonaise ainsi que de rares petites chaînes de supermarchés dans le sud du pays », explique l’Institut de l’élevage dans son bulletin mensuel de conjoncture de mars dernier. La fermeture des restaurants en Italie depuis le 10 mars prive donc cette viande de son principal débouché. « Il devrait en résulter des retards d’abattages importants et sans doute de la congélation en Pologne. » Autant d’animaux non abattus qui vont forcément s’alourdir. Ils finiront par arriver sur le marché dans quelques semaines quand les problématiques sanitaires liées au coronavirus seront progressivement levées.

La baisse des hydrocarbures pénalise l’Algérie

Les importations algériennes de broutards lourds depuis la France se sont particulièrement bien tenues l’an dernier (67 000 têtes) et les volumes exportés en janvier 2020 (5300 têtes) ont été multipliés par 5 comparativement à janvier 2019. Les actuelles interrogations sur ce débouché font suite à la forte baisse du prix des hydrocarbures. Une donnée préoccupante pour un pays dont l’essentiel des ressources découle des exportations de gaz naturel. « De plus, l’économie algérienne pourrait ralentir du fait des mesures prises suite à la découverte de cas de Covid 19 sur son territoire », estime l’Institut de l’élevage. La crainte est que cela ne fasse qu’amplifier l’impact de la baisse du prix du gaz en faisant reculer le pouvoir d’achat des Algériens lequel impacterait la demande en viande bovine et par suite, en broutards.

 
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Emmanuelle Ducros © DR
Emmanuelle Ducros : « le RIP pour les animaux est un piège intellectuel "
Emmanuelle Ducros, journaliste économique et spécialiste des questions agricoles à l’Opinion nous éclaire sur le référendum pour…
Face à l’évolution des prix des broutards « incompréhensible et inacceptable », les Eleveurs du grand Massif Central appellent à la rétention de ces animaux en ferme.
Les éleveurs bovins du Grand Massif Central sont appelés à retenir au maximum les broutards en ferme
Les prix des broutards ne cessent de baisser depuis plusieurs semaines, aussi les Eleveurs de races à viande du grand Massif…
Un marché des broutards mâles sérieusement engorgé
La demande n’est pas au rendez-vous pour les taurillons finis et l’abondance de cette marchandise dans la plupart des pays…
Malgré un quasi-arrêt en mars et avril, fin juin, le port de Sète avait déjà expédié 40 000 bovins (broutards et génisses laitières). Quelque 121 000 animaux ont été expédiés en 2019 (80 % destinés en Algérie). © Sepab
Export de bovins vivants : l’Algérie permet de maintenir la dynamique des prix
Marché difficile et risqué, l’export de broutards vers l’Algérie reste indispensable pour maintenir une dynamique des prix. Et,…
Le lecteur de glycémie donne directement les résultats dans la pâture.  © B. Gavage
La conséquence d’un déficit énergétique en fin de gestation
Cette vache âgée a perdu beaucoup d’état en fin de gestation. Elle souffre d’une pathologie classique en élevage ovin mais moins…
Quentin Gougeon, éleveur à Vaiges en Mayenne (à droite). « Depuis mon installation, je travaille au maintien du bocage pour abriter les bovins et les céréales conduites en agriculture biologique. On valorise une partie de notre production de bois par le biais de la SCIC Mayenne bois énergie. » « La structure se charge d’organiser la commercialisation d’un bois durable et équitable », ajoute Olivier Lepage, chargé de développement à la SCIC. © C. Delisle
Chez Quentin et Dominique Gougeon, les haies sont un patrimoine à valoriser
Sur l’exploitation de Quentin et Dominique Gougeon à Vaiges en Mayenne, les haies sont conduites comme une culture à part entière…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande