Aller au contenu principal

La PAC 2023 favorise-t-elle la viande bovine bio ?

Pour certains éleveurs bio, la nouvelle PAC sera peut-être synonyme de perte d’aides. Malgré tout, la dernière version du programme stratégique national limite ce risque.

Le point le plus important concernant les producteurs bio dans la nouvelle PAC est la conditionnalité des aides et les BCAE renforcées.
Le point le plus important concernant les producteurs bio dans la nouvelle PAC est la conditionnalité des aides et les BCAE renforcées.
© Réussir

Le montant consacré aux aides à l’agriculture biologique augmente de 36 % par rapport à l’enveloppe précédente, pour atteindre 340 millions d’euros par an de 2023 à 2027. Dans la nouvelle PAC, l’aide au maintien à l’agriculture biologique, au-delà de la période de conversion, disparaît complètement. Certaines régions pourraient mettre en place un dispositif de substitution. « La suppression de l’aide au maintien est dommage car elle permettait de soutenir les éleveurs engagés depuis longtemps dans l’agriculture biologique et d’atténuer les aléas du marché. Aujourd’hui, on ne peut pas dire aux jeunes éleveurs lancez-vous dans la bio car le marché est totalement dégradé ! La suppression de l’aide maintien peut toutefois être l’occasion de lier les conversions à venir avec une prise en compte du marché. Pour cela, nous avons un nouvel outil réglementaire : la contractualisation », souligne Philippe Sellier, éleveur de charolaises en Normandie et président de la commission bio d’Interbev, l’interprofession élevage et viande.

Afin d’accompagner un maximum de conversion, le montant de l’aide à la conversion (CAB) sur les cultures annuelles, les légumineuses fourragères et les mélanges composés d’au moins 50 % de légumineuses à l’implantation est revu à la hausse et est fixée à 350 euros par hectare et par an pendant cinq ans. Le volume financier important consacré à cette aide a été dimensionné dans l’objectif d’atteindre 18 % de la surface agricole cultivée en agriculture biologique en 2027, but fixé dans le Plan stratégique national (PSN). « La surface agricole cultivée en bio est très liée aux surfaces fourragères et notamment aux éleveurs. En Normandie, par exemple, 70 % de la SAU bio sont liées aux surfaces fourragères donc liées aux élevages. Aussi pour maintenir et augmenter la SAU nationale en bio, il y aura besoin d’éleveur, il faudra donc soutenir la production », insiste Philippe Sellier.

Un niveau spécifique bio pour les écorégimes

Autres mesures importantes sur les écorégimes, il va y avoir un niveau spécifique pour la bio. La nouvelle PAC apporte une reconnaissance à l’agriculture bio et à ses aménités positives, au travers de la voie « certification » des écorégimes. « On a obtenu un niveau supérieur à la certification haute valeur environnementale (HVE), ce qui n’était pas gagné au départ. »

Les exploitations dont les cultures sont totalement conduites en bio (certifiée et/ou en conversion) peuvent prétendre à un bonus de 30 euros/ha au-dessus du niveau supérieur de l’écorégime, soit une aide de 110 euros/ha maximum.

Dans le cas d’un éleveur qui avait fait le choix de l’aide au maintien, le bonus sur l’écorégime ne compense pas la perte de l’aide au maintien. Dans le cas d’un éleveur qui avait fait le choix du crédit d’impôt bio, il est gagnant. Le crédit d’impôt sera revalorisé à 4 500 euros (contre 3 500 euros auparavant) avec la transparence pour les Gaec. Celui-ci reste accessible aux producteurs qui réalisent au moins 40 % de leur chiffre d’affaires en bio. Certains éleveurs bio qui bénéficiaient de l’aide au maintien pourront prétendre à ce crédit d’impôt. L’aide à la conversion à l’agriculture biologique – sur cinq ans – n’est pas cumulable avec le bonus de l’écorégime, sauf s’il reste au moins une parcelle en bio de l’exploitation qui ne dispose pas de contrat CAB.

Une compensation avec les aides couplées

Les éleveurs bio pourront aussi bénéficier de la revalorisation autour de 150 euros/ha du soutien aux oléoprotéagineux et autres légumineuses fourragères. Les mélanges seront éligibles si la légumineuse est dominante. Il faut encore attendre les décrets d’application pour savoir dans quelle mesure précisément les méteils riches en protéines pourront être éligibles.

Le saviez-vous

Avec le renforcement de la conditionnalité des aides en 2023, les exploitations en agriculture biologique devront, pour s’assurer le bon versement de leurs aides PAC, respecter des mesures issues de l’ancien paiement vert au même titre que les conventionnelles.

 

Les plus lus

Bovins viande : un revenu 2022 bas, sauf pour les systèmes avec cultures
L'Institut de l'Elevage a simulé sur cas-types le revenu 2022 des élevages bovins viande. Hausse des prix des bovins et hausse…
« Le marché italien et le développement de primes spécifiques à la vache allaitante, ont véritablement permis le maintien et le développement du naissage en France, notamment dans les zones défavorisées », souligne Philippe Chotteau, chef du département économie de l’Institut de l’élevage.
Bovins viande : vers un retour aux faibles effectifs des années 1980 ?
Rétrospective avec Philippe Chotteau, chef du département économie de l’Institut de l’élevage, sur les évènements qui ont jalonné…
taureau race limousine
A Lanaud, quatre taureaux limousins vendus aux enchères plus de 15 000 euros
100 % des veaux ont été vendus lors des enchères pour la deuxième série de taureaux limousins issus de la station nationale de…
Stéphanie Mocques-Goure donne la priorité aux résultats économiques. Sur son exploitation, tout est géré au mieux pour limiter les charges et pouvoir se dégager un revenu.
Bovins viande : « Je veux vivre de mon métier »
À Beaufort-en-Anjou dans le Maine-et-Loire, Stéphanie Mocques-Goure a transformé en profondeur son système pour réussir à se…
Les cours des broutards charolais stabilisés à haut niveau
Les cours des broutards charolais stabilisés à haut niveau
Durant les derniers mois de l’année 2022, les cours des broutards sont restés stables ou ont à peine diminué.
Avant de faire entrer les animaux dans les cases, il convient d’étaler avec un godet une dizaine de centimètres d’écorce broyée puis de « pailler » une à deux fois par semaine.
Des écorces de bois comme alternative à la paille
Les plaquettes de bois ne sont pas le seul produit issu de la biomasse forestière à pouvoir être utilisé comme alternative à la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande