Aller au contenu principal

" La méthanisation soutient notre activité d’engraissement "

Près de Vérone dans le nord de l'Italie, la ferme della Torre engraisse 4 000 mâles et 1 500 femelles par an. En parallèle du passage à l’injection directe pour les méthaniseurs, le projet est de doubler la taille de l’atelier bovins.

La ferme della Torre, à Isola Della Scala dans la province de Vérone (Venétie), est une coopérative créée en 1966, regroupant une cinquantaine d’agriculteurs. Elle fait elle-même partie d’un grand groupe coopératif d’agrofourniture et de collecte, le Consorzio agrario del Nordeste. Les surfaces cultivées sont pour partie propriété de la coopérative, pour partie en location auprès des actionnaires ou auprès de divers propriétaires. « Depuis les débuts de la coopérative, nous avons engraissé beaucoup, beaucoup d’animaux, sans pour autant faire fortune. Nous sommes déjà satisfaits de ne pas perdre d’argent », déclare un administrateur de la coopérative. « Aujourd’hui, ce qui mène l’élevage est la dynamique du biogaz ou du photovoltaïque. » Ici, toutes les déjections bovines sont en effet méthanisées en cogénération. Et le projet pour la ferme dans les prochaines années est de passer l’installation en injection directe de méthane. « La capacité de l’atelier d’engraissement serait alors doublée pour atteindre 10 000 places. »

Pour l’heure, la conduite de l’atelier d’engraissement correspond aux pratiques classiques dans la plaine du Po. Pratiquement tous les animaux proviennent de France. Ils sont à 90 % charolais et 10 % aubrac. Une partie des places sont louées par des abattoirs ou d’autres partenaires, mais la coopérative gère la conduite sanitaire et l’alimentation de l’ensemble des animaux.

Le taux de rotation pour les mâles est de 1,7 et ils sont engraissés jusqu’à 700 kg, parfois davantage, à l’âge de 16 à 18 mois. Les femelles, qui représentent une moindre partie des effectifs, tournent à raison de deux lots par an. Elles sont abattues après pile six mois d’engraissement en Italie, pour bénéficier de la prime nationale, et avant l’âge de 24 mois, à un poids vif de 550 à 600 kilos. « Pour pouvoir bénéficier d’une prime nationale pour animaux « engraissés en Italie », les bovins doivent en effet faire preuve d’une présence d’au moins 180 jours sur l’élevage. L’an passé, le montant de cette prime nationale s’est élevé à 45 à 50 euros », explique Dr Michele Murano, chargé du suivi sanitaire et alimentaire des animaux. Michele Murano, vétérinaire, est salarié du Consorzio agrario del Nordeste et visite deux fois par semaine l’ensemble des lots d’animaux.

Une seule ration pour les mâles et une seule pour les femelles

Deux salariés sont présents en permanence sur l’atelier d’engraissement. La conduite est simplifiée avec seulement une ration pour les mâles et une ration pour les femelles (voir tableau). Elles sont basées sur l’ensilage de maïs, le maïs grain humide, et un aliment complémentaire formulé et fabriqué par le Consorzio agrario del Nordeste à 22,5 % de MAT, contenant notamment du soja extrudé et de l’urée. Le maïs ensilage est estimé à 140 euros la tonne. La ferme est équipée de trois mélangeuses automotrices. La ration est distribuée à volonté deux fois par jour, chaque jour de l’année, sachant que les quantités sont calculées pour qu’il n’y ait pratiquement pas de refus. Les auges creuses dispensent d’une repousse. Le GMQ zootechnique moyen est de 1500 g/j, soit 1450 g/j par rapport au poids commercial. La conformation varie pour les mâles de U2-U3 à E2-E3. Une décote s’applique à la vente si la couleur de la viande n’est pas assez claire. Les animaux sont abattus dans différents abattoirs du nord de l’Italie. Les mâles sont toujours vendus en lots. Pour les femelles, un tri est effectué en partie pour les plus formées ainsi qu’en fonction de leur état d’engraissement (la Toscane recherchant par exemple une viande un peu plus maigre).

Un taux de mortalité de 0,7 % et 1 500 g de GMQ en moyenne

Quelques lots sont pesés trois à quatre fois par an pour vérifier le bon fonctionnement de la ration. Le taux de mortalité a été de 0,7 à 0,8 % en 2015, auquel s’ajoute un taux de 0,5 à 0,6 % d’animaux ayant été vendus non finis après avoir reçu des soins (pour cause d’accident notamment). Les frais sanitaires ont été de 23 euros par animal l’an dernier.

Les animaux sont importés de France à un poids de 400 à 420 kilos. À leur arrivée, les broutards d’un même camion passent trois à quatre semaines ensemble sur une aire bétonnée non couverte. Ils reçoivent du foin à volonté pendant quelques jours, étalé dans les auges à la main. Puis la ration d’engraissement (voir tableau) est adaptée pour le premier mois avec davantage de foin et de pulpes de betterave et moins de protéines. Les animaux sont vaccinés contre l’IBR, la BVD, le RSV et le PI3 (avec un vaccin tétravalent et un rappel à trente jours). Un traitement endectocide et un antibiotique injectable complètent le protocole. Les mâles passent ensuite dans des bâtiments sur caillebotis en cases de six animaux. Seul un « petit » lot des mâles les plus formés est engraissé sur paille. Les femelles, pour leur part, poursuivent leur engraissement dans les paddocks non couverts. Les consommateurs italiens ne voient pas d’inconvénient à ce mode d’élevage en grands ateliers, qui existent depuis des décennies dans le pays. Le fait que les femelles soient élevées en plein air est même perçu plutôt favorablement pour leur bien-être.

Toutes les surfaces gérées par la ferme coopérative, environ 1 000 hectares, sont semées en maïs. En ensilage, le rendement moyen est de 20 à 21 tMS/ha. Au total, la ferme utilise chaque année 15 500 tonnes brutes d’ensilage pour l’engraissement des bovins et 9 100 tonnes d’ensilage pour les méthaniseurs. C’est-à-dire que l’équivalent d’environ 150 hectares de maïs sont ensilés à destination de la méthanisation. En pratique, ce sont les maïs les plus secs qui y sont attribués. Du maïs grain humide est d’autre part récolté sur l’équivalent de 450 hectares environ. La consommation de maïs grain sec étant de 2 750 tonnes par an, la ferme n’est pas autosuffisante pour cet aliment et une partie du maïs grain sec est acheté à l’extérieur.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Le bâtiment est en bois avec une ventilation naturelle, une bonne ambiance à l’intérieur et des écarts de température diurne-nocturne atténués par la toiture en panneaux « sandwich » de 4 centimètres d’épaisseur. © F. d'Alteroche
Une stabulation sur caillebotis double usage pour les vaches allaitantes
Dans le Cantal, la nécessité d’accroître les capacités de stockage en lisier d’un bâtiment entravé a incité les associés du Gaec…
Les vaches ont très vite adopté les logettes et les cornadis suédois leur ont permis de sauver leurs cornes, sans dommages jusqu’à présent. © F. d'Alteroche
Des caillebotis pour les vaches, pour ne pas remettre en cause l’autonomie
Le Gaec d’Éole utilise à peine 12 tonnes de paille-hiver pour les seules cases à veaux et cases de vêlage d’une stabulation « …
 © M-H André
L’Argentine, cette usine à bœufs qui tourne au ralenti
Dans bon nombre d’élevages naisseurs argentins, le potentiel de production est loin d’être utilisé à 100 % de ses capacités. Une…
De la Stabiliser à la Redyblack, vers une nouvelle race bovins viande en France
Portée par l’association Bovinext, la RedyBlack est la première race bovine en création depuis des décennies à obtenir son…
Les poteaux métalliques ont permis de limiter l’emprise au sol et la charpente et les parois en bois contribuent à une bonne ambiance avec des devis comparatifs métal/bois qui étaient similaires. © F. d'Alteroche
Bâtiment sur caillebotis : associer l’économie en paille à son confort
Construite sur les pentes du Massif du Sancy, la stabulation du Gaec de Surain associe litière paillée et fosse sous caillebotis…
Pauline Garcia élève 130 Salers dans le Cantal. Elle propose des formations et des conseils sur le terrain ou en ligne (conseils à l’heure). © Etho-diversité
La conduite positive du bovin par Pauline Garcia
Pauline Garcia, éleveuse de 130 Salers dans le Cantal et comportementaliste animalière, applique sur le terrain des résultats de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande