Aller au contenu principal

La France importe essentiellement de la viande de réformes laitières

vaches laitières
© A.Conté

La France importe bon an mal an un peu plus de 20 % de ses besoins en viande de gros bovins. D’après des données de l’Institut de l’élevage, ces importations ont représenté en 2019 un total de 297 000 tec pour une consommation globale de 1 321 000 tec.

RBV289_legraph

Pour chacune des différentes catégories de gros bovins, la partie colorée correspond aux tonnages issus d’animaux élevés en France et la partie en noire aux tonnages de viandes importées provenant des mêmes catégories d’animaux.

 

Ces importations sont presque exclusivement composées de viande de vaches de réforme avec une large majorité de réformes laitières, lesquelles ne correspondent d’ailleurs pas toutes forcément à des carcasses peu conformées et mal finies. Que cette viande soit destinée à être consommée sous forme de muscles tranchés ou de viande hachée, ces tonnages sont majoritairement destinés aux différents créneaux de la restauration hors foyer (RHF) dans la mesure où les caractéristiques de ces viandes importées (prix, dimension des muscles, viande suffisamment colorée car issue d’animaux adultes…) correspondent bien aux attentes de ces opérateurs. Les pays fournisseurs sont globalement toujours les mêmes depuis vingt ans avec dans le tiercé de tête l’habituel trio Pays-Bas, Irlande, Allemagne. À signaler toutefois l’arrivée de la Pologne parmi les plus importants fournisseurs. Alors que les volumes de viandes polonaises importés étaient négligeables au début des années 2000, ils avoisinaient 30 000 tec en 2019.

Pour 2020 dans l’attente du verdict des données statistiques, la part des viandes importées devrait a priori être en diminution. Les semaines de confinement ont favorisé les repas pris à la maison avec des viandes achetées en grande distribution, boucherie et circuits de proximité donc le plus souvent étiquetées VBF et un net recul du nombre de repas pris dans les différents circuits de la RHF où le VBF est bien moins fréquent !

Lire aussi : La production française de viande bovine prévue en baisse de 1 % pour 2021

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

A Lanaud, un taureau limousin adjugé à 17 200 euros
Les premières ventes aux enchères de la campagne 2022-2023 de la race limousine se sont déroulés les 16 et 17 novembre, dans le…
Les chiffres des premiers croisés Limousine x Angus de la ferme expérimentale de Thorigné
À la ferme expérimentale de Thorigné-d’Anjou, une expérimentation de longue durée analyse l’intérêt du croisement Angus sur des…
Jean-Pierre Boyer, négociant en bovins : "Un prix résulte d’une confrontation entre offre et demande"
Jean-Paul Boyer, négociant en bovins : "Un prix résulte d’une confrontation entre offre et demande"
La loi Egalim 2 et l’obligation de contractualisation ont pris du retard. Négociant dans l’Aveyron, Jean-Paul Boyer n’a jamais…
La nette érosion en cours et probablement à venir du cheptel allaitant va mathématiquement se traduire par une réduction des disponibilité en animaux maigres laquelle commence à sérieusement préoccuper les opérateurs de l'aval, qu'ils soient français, espagnols ou italiens.
Net recul de la production de viande bovine à échéance 2030
Entamée il y a six ans, l’érosion du cheptel bovin français commence à donner des sueurs froides aux intervenants de l’aval. Et…
Quatre nouveaux taureaux limousins « qualités maternelles » chez Créalim
Pour cette campagne, Créalim entre au catalogue quatre taureaux labellisés « qualités maternelles » aux profils relativement…
Flavien Fayolle mesure 1,75 mètre et malgré un été caniculaire très déficitaire en eau son switchgrass en seconde année de végétation a réalisé une belle croissance.
Deux hectares de panic érigé pour réduire les achats de paille de litière
Pour remédier en partie à leur déficit en paille, les associés du Gaec Fayolle en Corrèze ont semé l’an dernier quatre parcelles…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande